FacebookTwitter
jeudi, 28 avril 2016 14:26

La germination : une nutrition optimale

Écrit par 


Avez-vous déjà tenté de faire germer certaines graines ou légumineuses? Ces aliments qui se métamorphosent en de petites pousses sont extrêmement nutritifs, même plus que les fruits et légumes. Lorsqu’on parle de super aliments, ses germes ou ses pousses sont bien l’un des premiers à mener la course.

«Les experts en santé d’aujourd’hui nous disent qu’il faut consommer moins de viande et de produits laitiers et trouver plus de super aliments. Lorsque nous nous attardons à une nutrition maximale, nous découvrons que les pousses peuvent être de 30 à 50 fois plus nutritives et contiennent jusqu’à 100 fois plus d’enzymes que les fruits et les légumes. Certaines vitamines augmentent même jusqu’à 500 % lors du processus de la germination», révèle le consultant en matière de santé et propriétaire de Heal Inc., Ron Ménard.

«Manger des pousses est la meilleure nutrition que puisse nous offrir la nature : ce sont des aliments vivants. Nous devrions consommer davantage de la nourriture qui est composée d’éléments vivants», enchaine-t-il. De l’autre côté de la médaille, nous retrouvons les produits raffinés ou transformés, qui sont souvent complètement vidés de leur valeur nutritive due à leurs modes de préparation.



Mieux vaut tremper que périr!

«Le fait de tremper et de faire germer des graines, des légumineuses et des grains, relâche des gaz et de l’acide qui peuvent autrement être nocifs. Plusieurs personnes souffrent de problèmes d’indigestion, comme le syndrome du côlon irritable, et ne peuvent tolérer les grains, les graines et les légumineuses, ou encore les produits qui en contiennent, comme le pain par exemple. En réalité, ces aliments ne sont pas prêts à être consommés et contiennent des inhibiteurs d’enzymes, qui les gardent en mode “sommeil” jusqu’à ce qu’ils soient trempés et qu’ils commencent à germer», explique le consultant.

«La membrane extérieure de ces aliments contient de l’acide phytique et une variété de toxines qui les protègent d’être mangé par les mammifères, incluant les humains. L’acide phytique réagit également avec plusieurs minéraux essentiels et empêche leur absorption dans l’intestin. Au lieu d’éliminer ces groupes alimentaires, il suffit de les faire tremper pendant la nuit et de les laisser sur le comptoir quelques jours pour leur permettre de germer, de “prédigérer”, de murir», poursuit M. Ménard.

Que pouvons-nous faire germer?

Les grains, dont l’orge, le blé, le riz et l’épeautre. Les légumineuses, dont les lentilles, le quinoa, les poids, les haricots et les fèves. Les graines, comme les graines de radis, de tournesol, de brocoli, et de quinoa. Vous pouvez également faire germer les noix, dont les amandes, les noix de cajou, les noix de Grenoble et les arachides.

Comment s’y prendre

Le processus est simple : il suffit de faire tremper les graines pendant la nuit en utilisant de l’eau de bonne qualité, puisqu’elle sera absorbée en grande partie. Le lendemain, il faut égoutter et rincer les graines. À l’aide d’une passoire ou d’un pot avec couvercle conçu spécialement pour la germination, vous rincez deux fois par jour.

«Les graines germent après quelques jours dans un environnement chaud et humide. Il faut éviter de les exposer directement au le soleil. Dépendant des conditions et du type de graines, le temps de germination peut varier de 3 à 7 jours. Lorsque la graine obtient de l’air, de l’eau et une température idéale, elle germe. C’est ainsi que débute la germination et un courant d’énergie est libéré dans l’aliment. Les germes peuvent pousser n’importe où et à n’importe quel moment de l’année à l’intérieur. Les graines et les légumineuses germées ont besoin de moins de temps de cuisson que celles non germées. Vous pouvez les faire cuire jusqu’à ce que le centre soit mou, en évitant de les faire cuire trop longtemps, car une partie de sa valeur nutritive pourrait être éliminée», raconte l’expert.

Sûr/sécuritaire pour tous?

«Les experts préviennent que les aliments qui sont germés incorrectement pourraient causer des problèmes de santé pour ceux qui ont un système immunitaire plus faible, incluant les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes», prévient M. Ménard.

Petit à côté, plusieurs personnes utilisent du vinaigre de cidre de pomme afin de désinfecter la nourriture qu’ils font pousser à la maison. Il ne faudrait tout de même pas faire demi-tour devant cet avertissement de M. Ménard. Si nous ne sommes pas dans l’une de ces catégories, la contribution des germes vient combler plusieurs besoins nutritifs. «Les pousses sont utilisées depuis des milliers d’années. Les anciens médecins chinois prescrivaient les germes pour guérir plusieurs maladies. Les pousses fournissent à notre corps tous les acides aminés essentiels, les acides gras essentiels, la protéine, les vitamines et les minéraux», conclut le consultant en matière de santé.

D’autres experts abondent dans le même sens que M. Ménard. «La germination décompose une graine. Cela signifie que c’est moins de travail pour le système digestif», explique Elisabetta Politi, diététiste agréée.

«Le processus de la germination peut rendre la tâche plus facile au corps pour absorber les nutriments, incluant le fer, le zinc et la vitamine C», dit Reem Jabr, diététiste agréé.

La germination en espace

Des chercheurs expérimentent présentement avec des méthodes de germination dans l’espace afin de mieux contribuer à une alimentation saine des astronautes lors de leurs séjours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), lors de mission lunaire ou pour le programme d’exploration de Mars.

«Les pousses ont de hauts taux d’antioxydants qui aident à protéger contre l’exposition à la radiation ainsi que le stress oxydatif et le dommage biologique qui y sont reliés», relate M. Ménard.

En aout dernier, des astronautes ont mangé pour la première fois de la laitue qu’ils ont fait pousser dans l’espace. Le fait de faire pousser des plantes en orbite à plusieurs bénéfices puisqu’elles aident à nettoyer l’air et l’eau des astronautes.

Lu 1891 fois Dernière modification le mercredi, 04 mai 2016 10:13
Priscilla Pilon

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6212

priscilla.pilon@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login