FacebookTwitter
mardi, 28 juin 2016 13:12

Le Canada : comment déjouer la peur

Dans le journal de mercredi dernier, je nous mettais en garde contre les politiciens sans vision d’avenir qui tentent de se bâtir du capital politique en nous faisant peur. Et voilà t’y pas que le lendemain, jeudi dernier, ces oiseaux de malheur gagnaient le référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, le vote sur ce que l’on a appelé le Brexit. Mais, vu du Canada, nous avons de quoi être fiers et peut-être même pouvons-nous donner l’exemple aux autres pays aux prises avec ces hypocrites.

Nigel Farage, Boris Johnson et Michael Gove ont menti à tour de bras pour faire peur aux Britanniques. Farage voulait donner une crédibilité à son parti de l’extrême droite, UKIP, qui ne détient actuellement qu’un siège au Parlement britannique; Johnson et Gove, eux, voulaient tout simplement battre le premier ministre Cameron pour prendre sa place. Ils ont utilisé la crainte des classes défavorisées envers la mondialisation et l’immigration pour gagner le référendum. L’avidité politique et les mensonges de ces trois « stooges » ont créé le chaos en Grande-Bretagne et en Europe et maintenant leurs alliés — Trump aux USA, Wilder en Autriche et Le Pen en France — vont utiliser ce désastre pour tenter de prendre le pouvoir. Les Nazis ont fait exactement la même chose il y a 80 ans.

Au Canada, nous avons jusqu’à présent résisté aux sirènes de la peur. Lors de la dernière élection fédérale, lorsque les Conservateurs ont tenté de miser sur le niqab et sur la création d’une ligne téléphonique de délation contre les étrangers, nous les avons tout simplement défaits aux urnes. Et nous avons élu un premier ministre qui a plutôt fait campagne sur l’espoir. Quand le gouvernement a décidé d’admettre 25 000 réfugiés syriens au Canada, on a vu la société civile se mobiliser afin de préparer leur venue et plusieurs propriétaires offrir des appartements gratuits pour accueillir ces gens qui ont souffert de nos guéguerres.

Le Canada est un des seuls pays au monde à ne pas encore s’être laissé emberlificoter par les colporteurs de peur. Cela nous donne une responsabilité dans le monde. Notre pays peut jouer un rôle fondamental pour déjouer la peur. Il faut d’abord continuer à miser sur notre système social afin de donner une chance aux moins démunis de notre pays. Seulement quand les gens sont acculés au mur qu’ils écoutent les extrémistes de gauche ou de droite. Il faut maintenir des politiques qui nous donnent espoir.

Le Canada doit aussi revenir à son rôle de pacificateur dans le monde. S’il y a tant de réfugiés et d’immigrants dans le monde, c’est parce qu’il n’y a pas d’espoir chez eux. Il y a plusieurs raisons à ceci : la corruption de certains dirigeants, l’intolérance des religions et les changements climatiques qui affectent les récoltes. Mais le fléau qui force le plus de gens à fuir leur pays, c’est la guerre. Nous l’avons vu de 1939 à 1945, nous le voyons aujourd’hui en Irak, en Syrie et en Afghanistan. Ce n’est pas en bombardant les gens que nous donnons de l’espoir. Le Canada doit repenser son engagement mondial en fonction du développement économique et social, de promotion de la démocratie, du respect des droits de la personne et non en termes de AK-47 et de bombardements. Nous sommes un peuple chanceux, nous avons des obligations.
Lu 1818 fois Dernière modification le mardi, 28 juin 2016 13:29
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39
  • Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne
    Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne Sudbury — Martine Belanger, diplômée du programme francophone de sciences infirmières de l’Université Laurentienne de Sudbury depuis le mois de mai, a remporté l’un des trois prix Coup de cœur du jury lors du 7e Congrès mondial des infirmières et infirmiers…
    Ecrit le jeudi, 28 juin 2018 12:42
  • Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements?
    Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements? Sudbury — «Un environnement de travail toxique» : le terme a été utilisé plus d’une fois par des employés et la clientèle lors de l’assemblée générale annuelle du Centre de counselling de Sudbury (CCS) samedi dernier. Les relations entre la…
    Ecrit le mercredi, 27 juin 2018 10:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login