FacebookTwitter
jeudi, 17 novembre 2016 17:25

Te... Ti... Témisc... kaming... gue ?

Écrit par 
Témiskaming — Lorsqu’une personne cherche le nom d’une ville ou d’une région dans son moteur de recherche préféré, elle n’a qu’à se souvenir comment épeler le nom de l’endroit en question. Par contre, si la région concernée longe la rivière des Outaouais, est entourées par plusieurs communautés sur le rivage d’un gros lac situé entre deux juridictions (l’Ontario et le Québec), le chercheur va vite constater que les gens ont différentes épellations pour définir ce même coin de pays. Les résidents ont cinq façons d’écrire le mot «Témiscaming».

Le nom Témiskaming provient de langue algonquine, soit du mot Temi (profond) et Kami (une étendue d’eau libre).


Témiscaming : ville de 2 385 résidents au Québec
Témiscamingue : municipalité régionale de comté et circonscription électorale au Québec
Temiskaming Shores : ville de 10 400 résidents en Ontario
Témiskaming : épellation qu’empruntent certains organismes francophones en Ontario
Timiskaming : district et circonscription électorale en Ontario et nom d’une Première Nation au Québec


L’agent de développement communautaire de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming, Jean-Claude Carrière, explique que les premiers explorateurs français se sont servis d’une épellation plutôt unique pour identifier la région. «Le premier français a épelé Thémiskamingue — avec un H après le T, un K et GUE à la fin. Cette personne aurait visité la région dans les années 1600. Rappelons aussi que dans la langue algonquine, on peut prononcer le nom de deux façons, soit avec le TEM ou le TIM.»

Jusqu’au début du XXe siècle, les résidents de cette région nord-ontarienne ont écrit ce nom avec un TE, peu importe la langue parlée. À l’époque, certaines sociétés de la couronne, dont la Temiskaming & Northern Ontario Railway (le prédécesseur de la Commission de transport Ontario Northland), ont emprunté cette épellation traditionnelle. Mais avec diverses interprétations du nom de la région, une erreur administrative s’est produite au sein du gouvernement provincial pendant les années 1920, ce qui a mené au changement involontaire de l’épellation.

«Il y a eu une controverse [dans la région] lorsqu’une personne qui travaillait au gouvernement a écrit [par erreur] le nom avec un TI», souligne une entrepreneure de la région, Nicole Guertin. «Depuis ce temps, on réfère à Timiskaming (avec un I) lors des élections ou pour identifier les comtés. Plusieurs agences gouvernementales comme le bureau de santé de Timiskaming se servent aussi de cette épellation», révèle-t-elle.

Plusieurs journaux locaux ont rapporté en 2010 que le député provincial de Timiskaming-Cochrane à l’époque, David Ramsey, a proposé un référendum par la poste aux résidents de sa circonscription pour déterminer leur intérêt à corriger le nom officiel dans le registre de la province. Selon le journal Northern News du 3 mars de cette même année, 82 % des répondants, soit un peu plus de 2 800, ont tranché en faveur du retour du nom Temiskaming. Par contre, aucune action a été prise depuis.

Entre temps, les nouveaux arrivants dans le Témiskaming ontarien apprennent comment identifier laquelle des épellations ils doivent utiliser pour bien s’intégrer dans la communauté.

Mme Guertin, propriétaire d’un gite touristique, précise qu’elle a vécu des maux de tête lorsqu’elle a voulu préparer des dépliants. «Quand on est arrivé dans la région, on voulait faire de la promotion [pour notre entreprise]. Nous avons imprimé quelque chose et j’ai écrit le nom Temiskaming, avec un E. Je me suis dirigé vers l’imprimeur et en passant, je vois Timiskaming avec un I. Je me suis dit “ah non! j’ai fait une erreur”. Je suis revenue chez l’imprimeur avec un I dans ce nom. Il y a alors quelqu’un qui m’a signalé que ce n’était pas de cette façon qu’on devait l’écrire», raconte-t-elle. «Alors, ce n’est vraiment pas évident pour quelqu’un qui arrive dans le coin ou au niveau touristique.»

Lu 1274 fois Dernière modification le jeudi, 17 novembre 2016 17:37
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Des dons pour des êtres sociaux
    Des dons pour des êtres sociaux Grand Sudbury — Sarah Lemieux et Imran Bagha ont organisé de leur propre chef une collecte de produits hygiéniques pour la Clinique du coin du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury. Les boites de collectes seront en place jusqu’au…
    Ecrit le mardi, 15 août 2017 13:43
  • Déménager le musée, mais où?
    Déménager le musée, mais où? Sudbury — Le musée du Moulin à Fleur ne reçoit pas de visiteurs cet été puisqu’il est fermé pour des rénovations. Selon le gestionnaire des Ressources documentaires et du patrimoine du Grand Sudbury, Brian Harding, il est évident depuis plusieurs…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 10:48
  • Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères
    Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères Sudbury — Après avoir elle-même connu les méfaits de l’isolement que vivent plusieurs jeunes mamans, la résidente de Shefford au Québec, Audrey Poulin, a décidé de lancer l’application mobile Social.mom, qui crée des réseaux entre mères de famille d’une même…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 09:49
  • Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing
    Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing North Bay — Les diverses communautés culturelles du Nipissing se sont rassemblées à la maison mère (Motherhouse) Saint-Joseph de North Bay lundi pour assister à une cérémonie de réconciliation avec les Premières Nations. Dans le cadre du Pèlerinage canadien en…
    Ecrit le jeudi, 03 août 2017 19:25
  • Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue
    Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue Ottawa — Le taux de bilinguisme a atteint un nouveau sommet au Canada, passant de 17,5 à 18 % à l'échelle nationale entre 2011 et 2016, selon les données du recensement 2016 de Statistique Canada. Pendant ce temps, l'anglais a gagné…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:58
  • Une première coopérative jeunesse de services
    Une première coopérative jeunesse de services Temiskaming Shores — La première Coopérative jeunesse de services dans la province, Jeunes en action, a été inauguré jeudi dernier au bureau de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming. Le regroupement de jeunes coopérants de la 7e et 8e année…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:20
  • Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé
    Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé Ottawa — On efface et on recommence. Après avoir échoué au premier essai, le gouvernement de Justin Trudeau réenclenche le processus de nomination afin de pourvoir le poste de commissaire aux langues officielles. Le poste a été affiché vendredi midi…
    Ecrit le vendredi, 28 juillet 2017 17:34

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login