FacebookTwitter
mercredi, 14 décembre 2016 14:04

Parlons blé et gluten

Écrit par 


Vous avez peut-être déjà entendu parler du livre Pourquoi le blé nuit à votre santé (Wheat Belly) du Dr William Davis. Comment savoir si l’on a vraiment une intolérance au blé ou au gluten? Quelle est la différence entre les deux? La docteure en naturopathie Christal Blanchard décortique le sujet avec nous.

Dans un premier temps, entendons-nous sur ce qu’est le gluten, comparé au blé. « Le gluten est un dérivé de grains. Le blé, l’orge, le seigle, l’épeautre et le kamut sont les grains principaux dans lesquels on retrouve le gluten. Le blé a la plus haute composition de gluten, donc c’est pour cette raison que certaines personnes font une diète sans blé et elle est un peu plus facile à suivre que celle sans gluten », précise l’intervenante qui possède une clinique à Sudbury et une autre à Toronto.

Pour ce qui est de l’avoine, il ne contient pas de gluten, mais est souvent transformé dans les mêmes manufactures que le blé et en ressort contaminé. Ceux avec de graves intolérances, dont la maladie céliaque*, devraient s’en tenir loin.

Ce qui s’est passé au cours des 50 dernières années
Pourquoi tant de problèmes de santé dont on n’avait jamais entendu parler auparavant font surface? Simplement parce que ce que l’on consomme est différent. Jetons un coup d’œil sur le blé seulement : « [Il y a environ 50 ans], les gènes ont été génétiquement modifiés pour avoir une récolte plus efficace, pour faire plus d’argent », expose Mme Blanchard. «Le corps ne reconnait plus sa combinaison génétique. Des grands-parents peuvent dire qu’ils ont mangé quelque chose toute leur vie et ne comprennent pas pourquoi leur corps en est devenu intolérant. Le gouvernement ne le reconnait pas comme un OGM, mais c’est ce que c’est. C’est une industrie très bien organisée, qui génère un grand revenu pour le pays, donc on ne veut pas l’avouer. Mais je crois que ça devrait l’être», tranche-t-elle.

« Ce qui passe aujourd’hui pour du blé s’est métamorphosé sous l’effet non pas de la sècheresse, des maladies ou de la sélection naturelle, mais de l’intervention humaine. Ce grain [est bien différent] de ses ancêtres, il porte pourtant le même nom. Pour répondre aux exigences de la production commerciale moderne, il fallait le modifier de manière à en accroitre le rendement, en réduire les couts de production et l’adapter à la culture à grande échelle. En cours de route, on ne s’est pratiquement jamais demandé si ces transformations étaient compatibles avec la santé humaine »1, vient appuyer le livre Pourquoi le blé nuit à votre santé.

Mentionnons également la métabolisation du blé. Les modifications font en sorte que « le pain de blé complet (indice glycémique (IG) de 72) élève le taux de glycémie autant, voir plus, que le sucre de table (IG de 59) ».2 Pour baisser le taux de glycémie d’un de ses patients, un docteur n’a donc besoin que de lui recommander de bannir le blé plutôt que le sucre.

Photo : Priscilla Pilon

Puis, pour donner suite à cette tendance d’éviter le blé, plusieurs compagnies ont vu une occasion d’en tirer profit en créant une variété infinie de produits sans gluten. « Si vous avez décidé d’éviter le gluten, bannissez aussi les produits sans gluten ».3 Ils « sont composés de fécule de maïs et de pomme de terre, d’amidon de riz ou de tapioca. Bien qu’ils ne provoquent pas les effets immunitaires ou neurologiques du gluten de blé, ils déclenchent tout de même la réponse glycémique et insulinique qui mène au gain de poids. En fait, ils font partie des rares aliments à élever le taux de glycémie plus que ne le fait le blé. »4

Le blé non modifié existe-t-il toujours?
« Certains fermiers aux États-Unis et en Europe ont du vrai blé non modifié. Au Canada, tous les fermiers ont les mêmes grains, à moins que ce soit un fermier privé, mais il ne ferait pas assez de revenus pour en tirer profit ou faire concurrence au reste des fermiers », soulève Mme Blanchard.

Les effets du blé d’aujourd’hui sur le corps humain
D’abord et avant tout, le blé crée une certaine dépendance. Le livre du Dr Davis explique qu’il a des effets similaires sur le cerveau à l’héroïne chez les toxicomanes (chapitre 4). Il mentionne également que le blé pourrait aggraver les symptômes chez les schizophrènes et les autistes.5

« Le gluten peut même affecter le système neurologique, donc affecte l’habileté de se concentrer et la mémoire. Ceux qui en mangent peuvent être irrités et impatients et une fois que le gluten sort du système, l’humeur s’améliore », élabore Mme Blanchard.

En outre, le blé pourrait entrainer des pertes de mémoire ou des obscurcissements cérébraux, de la fatigue, des ballonnements à l’estomac, des problèmes de peau et des problèmes digestifs, selon la naturopathe. « Il peut aussi affecter l’absorption de la vitamine B12 et l’habileté de conception, car notre corps utilise son énergie pour éliminer le gluten au lieu de faire un bébé, par exemple. Il faut toujours penser à quels aliments donnent de l’énergie et quels prennent notre énergie », relève-t-elle.

Vous pouvez ne pas être affecté
Comment expliquer que certaines personnes n’ont aucun symptôme? « Il se peut que ton corps et celui des membres de ta famille aient été capables de génétiquement changer leur habileté de digérer un nouveau produit », illustre Mme Blanchard.

Afin de déterminer si le blé ou le gluten ont véritablement un effet dans notre corps ou non, on peut les éliminer de sa diète pour une période de 4 à 6 semaines pour ensuite les réintégrer un à un pour voir si les symptômes réapparaissent.

Sinon, « il y a des tests que l’on peut faire en laboratoire qui vérifie les anticorps IgG. Ils déterminent les intolérances, pas les allergies (IgE) », spécifie Mme Blanchard. (Ces tests peuvent couter de 200 à 400 $ et ne sont pas couverts par l’Assurance-santé de l’Ontario.)

« Quand tu n’as pas de symptômes, c’est une bonne idée de faire un test pareil pour t’assurer que ton corps n’a pas d’inflammation contre le gluten ou n’importe quel aliment. Les intolérances causent de l’inflammation dans le corps et l’inflammation cause des maladies. Le gluten est un des aliments qui cause le plus d’inflammation dans le corps si tu as une intolérance et il peut être l’élément déclencheur ou aggraver d’autres problèmes de santé », continue-t-elle.

« Pour les gens avec des maladies auto-immunes, comme les problèmes de glandes thyroïdes, j’ai trouvé qu’avec seulement un changement de diète sans gluten, sans médicaments, il y a une diminution des anticorps. C’est bien connu dans la littérature, mais ce n’est pas accepté, car il n’y a pas assez d’études. Dans ma pratique, quand je fais les tests avant et après le gluten, je vois un changement dramatique », affirme la naturopathe.

Cliquez ici pour une liste détaillée d’aliments qui contiennent du gluten ou non.

*La maladie céliaque est une affection dans laquelle la surface d’absorption de l’intestin grêle est endommagée par une substance appelée gluten. Cette affection entraine l’incapacité du corps à absorber les nutriments : protéines, gras, glucides, vitamines et minéraux, qui sont nécessaires à une bonne santé.6

Sources :

1) Pourquoi le blé nuit à votre santé, Dr. William Davis, p. 25

2) Idem p. 19

3) Idem p. 71

4) Idem p. 70

5) Idem p. 49

6) www.celiac.ca/?page_id=1335&lang=fr
Lu 1308 fois Dernière modification le mercredi, 14 décembre 2016 15:37
Priscilla Pilon

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6212

priscilla.pilon@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login