FacebookTwitter
jeudi, 02 février 2017 17:05

Une greffe en vue pour Marie-Ève Chainey?

Écrit par 
Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Photo : Archives d'Andréanne Joly
Ottawa — Marie-Ève Chainey avait une bonne nouvelle à partager avec ses proches le matin de Noël : la province finance pendant six mois les médicaments qui lui permettent de penser à une éventuelle greffe du rein qui la débarrassera du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa). Autre chance : 48 heures après la prise de la première dose, elle ne ressentait aucun effet secondaire majeur.

Depuis que la maladie génétique s’est manifestée il y a 15 ans, la jeune femme originaire de Val Rita a traversé bien des épreuves et il lui a fallu plus d’un mois pour digérer la nouvelle de cette possibilité de greffe et la partager à ses proches.

«C’est un processus», dit-elle. Depuis des années, on lui laissait miroiter les possibilités de transplantation rénale et, même si elle travaillait à remplir les critères, elles tombaient à l’eau. «Je ne suis plus capable d’avoir ces nouvelles… Chaque fois, il faut expliquer. C’est jouer avec mes émotions et celles de ma famille.»

Depuis un an, son néphrologue lui conseillait même d’entreprendre des démarches pour trouver un donneur et elle hésitait à avancer. Cette fois, même si elle a une lettre du médecin en main, elle ne nourrit pas de faux espoirs.

Le médicament qu’elle a commencé à prendre la semaine dernière et qui coute 750 000 $ par année lui permet de préparer son système à recevoir un nouveau rein sans qu’il soit possiblement infecté à son tour par le SHUa. La subvention prévoit six mois de traitement, et Mme Chainey espère que le greffe aura lieu d’ici là, mais pas trop tôt, non plus.

En fait, elle a hâte de voyager sans être contrainte par la dialyse, mais elle sait qu’elle changera les symptômes du SHUa pour différentes contraintes. Elle troquera le sport pour le fromage et les voyages, qui lui manquent énormément. «Je vais me trouver un autre sport, mais je veux faire une dernière compétition.»

L’athlète a d’ailleurs trois choses à réaliser avant de penser à la greffe : «Avec le nouveau rein, je vais toujours avoir une bosse sur l’abdomen. Je veux faire une séance de photos, parce que je n’aurai plus jamais d’abdominaux», explique-t-elle. «Je veux faire une dernière compétition de saut en hauteur parce qu’il est possible que je ne sois plus capable de sauter après. Et je veux faire la course Alive for Strive pour avoir des bourses pour les participants pour l’année.»

La course Vivre ses défis lui a permis de remettre plus de 200 bourses à des personnes atteintes de maladies rénales et certains participants ont reçu des greffes depuis la première édition. Cette initiative qu’elle a lancée en 2011 se déroulera le 30 avril cette année.

Rappelons qu’il y a 15 ans, en plein séjour d’études et d’athlétisme, Marie-Ève Chainey était hospitalisée en Espagne. Son séjour en milieu hospitalier espagnol dura un mois, après quoi elle rentrait au Canada. En 2004, confinée à un fauteuil roulant, elle commençait la dialyse de nuit, qui lui a redonné la force nécessaire pour reprendre l’entrainement et même de participer à des compétitions provinciales et nationales de saut en hauteur. En 2013, après sept ans, elle obtenait un baccalauréat. 2017 sera-t-elle une autre année charnière?


Marie-Ève Chainey a reçu le Prix bâtisseur de la Ville d’Ottawa en mai 2015 pour ses efforts avec Alive for Strive.

Lu 891 fois
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Des dons pour des êtres sociaux
    Des dons pour des êtres sociaux Grand Sudbury — Sarah Lemieux et Imran Bagha ont organisé de leur propre chef une collecte de produits hygiéniques pour la Clinique du coin du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury. Les boites de collectes seront en place jusqu’au…
    Ecrit le mardi, 15 août 2017 13:43
  • Déménager le musée, mais où?
    Déménager le musée, mais où? Sudbury — Le musée du Moulin à Fleur ne reçoit pas de visiteurs cet été puisqu’il est fermé pour des rénovations. Selon le gestionnaire des Ressources documentaires et du patrimoine du Grand Sudbury, Brian Harding, il est évident depuis plusieurs…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 10:48
  • Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères
    Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères Sudbury — Après avoir elle-même connu les méfaits de l’isolement que vivent plusieurs jeunes mamans, la résidente de Shefford au Québec, Audrey Poulin, a décidé de lancer l’application mobile Social.mom, qui crée des réseaux entre mères de famille d’une même…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 09:49
  • Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing
    Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing North Bay — Les diverses communautés culturelles du Nipissing se sont rassemblées à la maison mère (Motherhouse) Saint-Joseph de North Bay lundi pour assister à une cérémonie de réconciliation avec les Premières Nations. Dans le cadre du Pèlerinage canadien en…
    Ecrit le jeudi, 03 août 2017 19:25
  • Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue
    Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue Ottawa — Le taux de bilinguisme a atteint un nouveau sommet au Canada, passant de 17,5 à 18 % à l'échelle nationale entre 2011 et 2016, selon les données du recensement 2016 de Statistique Canada. Pendant ce temps, l'anglais a gagné…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:58
  • Une première coopérative jeunesse de services
    Une première coopérative jeunesse de services Temiskaming Shores — La première Coopérative jeunesse de services dans la province, Jeunes en action, a été inauguré jeudi dernier au bureau de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming. Le regroupement de jeunes coopérants de la 7e et 8e année…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:20
  • Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé
    Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé Ottawa — On efface et on recommence. Après avoir échoué au premier essai, le gouvernement de Justin Trudeau réenclenche le processus de nomination afin de pourvoir le poste de commissaire aux langues officielles. Le poste a été affiché vendredi midi…
    Ecrit le vendredi, 28 juillet 2017 17:34

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login