FacebookTwitter
mardi, 18 avril 2017 21:17

Le succès inattendu d’un super héros sudburois

Écrit par 



Kevin Montpellier et Martin Deschatelets

Sudbury — Martin Deschatelets, originaire de Sturgeon Falls, et Kevin Montpellier, originaire de Chelmsford, ont été les premiers surpris par le succès obtenu par leur campagne de sociofinancement pour le deuxième numéro des aventures du super héros sudburois Big Nick.

Les deux fondateurs d’Expired Comics souhaitaient obtenir 2000 $ pour financer l’impression et la distribution de la bande dessinée. Ils ont atteint leur objectif en seulement six jours. Sa sortie pour l’exposition Graphic Con de Sudbury en juin est donc pratiquement assurée.

Ils n’avaient même pas pris le temps de penser à des objectifs complémentaires (stretch goal), au cas où ce montant serait largement dépassé. Pour ajouter à leur «malheur», le premier objectif complémentaire a été atteint la journée même de son annonce.

«Toutes les décisions que nous prenons doivent [tenir compte de nos limites]», note M. Montpellier, pour souligner qu’ils ne doivent pas surcharger de travail leur unique dessinateur. Par conséquent, le lendemain de leur entrevue avec Le Voyageur, ils annonçaient qu’à 4000 $, toutes les copies de Big Nick #2 seraient signées de la main des auteurs et de leur coloriste, Nicholas Lockhead. Au moment d’aller sous presse, ils en étaient à 3294 $.

Ce succès les encourage grandement à prévoir plus de numéros. Ils croient qu’un ou deux autres seront nécessaires pour conclure l’histoire qu’ils veulent raconter, mais ils ont déjà d’autres idées pour poursuivre la série.

La campagne Kickstarter pour Big Nick #2 se poursuit jusqu'au 4 mai : Big Nick sur Kickstarter.

Big Nick et Sudbury

La deuxième aventure de Big Nick commence environ un an après sa «naissance». Au moment où «le maire de Sudbury s’apprête à révéler une statue en l’honneur de Big Nick, le Bedrock Titan, qui est pratiquement une montagne avec des pattes, apparait. Big Nick doit alors défendre la ville d’une attaque-surprise», expliquent les deux auteurs.

Selon M. Montpellier, ne pas avoir à expliquer l’origine du super héros permet de lancer l’action beaucoup plus rapidement. «Il y a plus de Sudbury en arrière-plan [que dans le premier]», précise M. Deschatelets. Ils promettent même une apparition du Collège Boréal. De plus, tout comme dans le premier numéro, il y a des blagues que seuls ceux qui demeurent ou qui ont déjà visité Sudbury comprendront.

Big Nick a été créé en 2015 pour le tout premier Graphic Con. Pour remercier les organisateurs de leur avoir donné le statut d’invités d’honneurs, Martin et Kevin ont créé Big Nick. «Son costume représente le Gros cinq cennes, les couleurs rappellent l’environnement et la flore de la ville», dévoile le dessinateur.

Pour sa première apparition, il n’y avait que des affiches et des tasses. Ils se sont tellement fait demander pourquoi il n’y avait pas de bande dessinée qu’ils ont décidé d’en créer une l’année suivante.


Deux pages du numéro 2 de Big Nick


«Voici une illustration très très exclusive [de Big nick #2], elle n’est même pas finie!» dit Martin Deschatelets. Est-ce qu'on y voit comment Big Nick vaincra le Bedrock Titan?

Big Nick et Expired Comics

Earth's Finest, la deuxième BD d'Expired Comics, a également reçu de très bons commentaires.
«On ne pensait pas qu’il y avait un désir pour une bande dessinée de Big Nick, on pensait qu’un personnage serait suffisant, ce ne l’était vraiment pas», rigole M. Montpellier. «On a été surpris de voir le nombre de personnes qui sont venues en acheter. On ne voulait pas nécessairement que Big Nick devienne le personnage qui représente Expired Comics, mais il s’est un peu imposé», poursuit-il.

Ils ont également été surpris du succès du personnage à l’extérieur de la ville du Nickel. Les achats en ligne proviennent de partout au pays et même la majorité des donateurs pour le sociofinancement ne sont pas de Sudbury. «On pense que les gens aiment la bande dessinée parce qu’il est vraiment un héros canadien et pour l’humour», qui est plus rare dans les autres bandes dessinées créées au Canada, avancent-ils. Une amitié née à Sudbury

Le début de l’amitié de ces deux Franco-Ontariens et de leur rêve remonte à un emploi d’été, à Sudbury, en 2004. «On s’est mis à parler de bandes dessinées et à créer des personnages à partir de choses qu’on voyait», raconte M. Montpellier.

Ils ont créé Expired Comics et publié leur première bande dessinée, The Morning Wood Guardian, en 2012... qu’ils ne recommandent pas comme lecture pour les enfants.

Ils se partagent le travail de conception et de rédaction des histoires, mais la tâche d’illustrer leurs idées revient entièrement à M. Deschatelets. «Ça inclut la mise en page, les annonces, les promotions médiatiques, pis Kevin s’occupe du côté business», décrit le dessinateur.

La vie de bédéiste canadien

S’ils caressent le rêve d’y travailler à temps plein, Expired Comics n’est pas le gagne-pain principal de ses propriétaires. M. Deschatelets est artiste pour une entreprise de conception de jeux vidéos tandis que M. Montpellier est avocat en droit des affaires.

«Il n’y a pas assez d’argent à faire pour notre entreprise pour être capable d’embaucher moi ou Martin à temps plein», fait savoir M. Montpellier, mais ajoute que «chaque fois qu’on publie un projet, on apprend beaucoup de ce qu’on bien fait ou mal fait.»

L’année 2016 a tout de même été bonne pour Expired Comics, car ils ont profité de contrats pour la production de matériel. Ils ont entre autres fait les dessins pour des cahiers spéciaux de l’Association de la presse francophone — dont celui sur le 100e anniversaire du vote des femmes, publié dans Le Voyageur en octobre 2016 — et ils ont collaboré avec le Réseau du patrimoine franco-ontarien sur une bande dessinée qui devrait être publiée en juin : L’ordre de Jacques Cartier.

Ils constatent qu’internet et les réseaux sociaux leur ont permis de faire connaitre leurs créations d’une façon beaucoup plus grande et d’obtenir des chiffres de ventes bien plus élevés que s’ils étaient seulement distribués en magasin.

Le projet secret

Les deux hommes d’affaires étudient en ce moment la possibilité de créer un jeu vidéo. Ils observent l’industrie du jeu vidéo depuis quelques années et croient avoir trouvé une niche, un style de jeu vidéo qui contient très peu de titres et qui serait dans leurs cordes. Ils veulent cependant garder le secret sur le type de jeu, question de ne pas se faire devancer. De plus, ils n’ont pas nécessairement l’intention d’utiliser un de leur personnage existant.

L’idée n’est pas nouvelle pour eux, mais ils ont trouvé seulement récemment un programmeur avec qui ils ont assez d’atomes crochus pour envisager un travail à long terme.

Ils n’en sont par contre qu’à la phase d’évaluation. «On investit présentement beaucoup d’énergie pour évaluer la faisabilité en ce moment», dévoile M. Montpellier.

Devenir une entreprise capable de produire plus d’un type de produits de divertissement serait la voie vers la rentabilité pour Expired Comics. Il voient très bien la possibilité d’ajouter des dessins animés dans le lot.

Lu 1261 fois Dernière modification le mercredi, 19 avril 2017 09:27
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Des dons pour des êtres sociaux
    Des dons pour des êtres sociaux Grand Sudbury — Sarah Lemieux et Imran Bagha ont organisé de leur propre chef une collecte de produits hygiéniques pour la Clinique du coin du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury. Les boites de collectes seront en place jusqu’au…
    Ecrit le mardi, 15 août 2017 13:43
  • Déménager le musée, mais où?
    Déménager le musée, mais où? Sudbury — Le musée du Moulin à Fleur ne reçoit pas de visiteurs cet été puisqu’il est fermé pour des rénovations. Selon le gestionnaire des Ressources documentaires et du patrimoine du Grand Sudbury, Brian Harding, il est évident depuis plusieurs…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 10:48
  • Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères
    Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères Sudbury — Après avoir elle-même connu les méfaits de l’isolement que vivent plusieurs jeunes mamans, la résidente de Shefford au Québec, Audrey Poulin, a décidé de lancer l’application mobile Social.mom, qui crée des réseaux entre mères de famille d’une même…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 09:49
  • Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing
    Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing North Bay — Les diverses communautés culturelles du Nipissing se sont rassemblées à la maison mère (Motherhouse) Saint-Joseph de North Bay lundi pour assister à une cérémonie de réconciliation avec les Premières Nations. Dans le cadre du Pèlerinage canadien en…
    Ecrit le jeudi, 03 août 2017 19:25
  • Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue
    Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue Ottawa — Le taux de bilinguisme a atteint un nouveau sommet au Canada, passant de 17,5 à 18 % à l'échelle nationale entre 2011 et 2016, selon les données du recensement 2016 de Statistique Canada. Pendant ce temps, l'anglais a gagné…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:58
  • Une première coopérative jeunesse de services
    Une première coopérative jeunesse de services Temiskaming Shores — La première Coopérative jeunesse de services dans la province, Jeunes en action, a été inauguré jeudi dernier au bureau de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming. Le regroupement de jeunes coopérants de la 7e et 8e année…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:20
  • Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé
    Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé Ottawa — On efface et on recommence. Après avoir échoué au premier essai, le gouvernement de Justin Trudeau réenclenche le processus de nomination afin de pourvoir le poste de commissaire aux langues officielles. Le poste a été affiché vendredi midi…
    Ecrit le vendredi, 28 juillet 2017 17:34

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login