FacebookTwitter
vendredi, 28 avril 2017 09:07

Bilan de saison de la Yo Mobile de Timmins

Écrit par 
Mario Dussault, fondateur de la Yo Mobile, annonce qu’il a accueilli à bord de la Yo Mobile cet hiver plus de 5 300 personnes. Mario Dussault, fondateur de la Yo Mobile, annonce qu’il a accueilli à bord de la Yo Mobile cet hiver plus de 5 300 personnes. Photo : Émilie Deschênes
Timmins — Chaque année, le nombre d’itinérants et de démunis chaleureusement accueilli à bord de la Yo Mobile est en hausse. Au cours de la saison hivernale, de la mi-octobre 2016 au 1er avril 2017, 5 367 personnes ont franchi la porte du minibus noir stationné à l’hôtel de ville de Timmins les vendredis et samedis entre 19 h et minuit.

«Cette année, il y en a eu encore plus que l’année passée. L’année passée, on a accueilli environ 4 500 personnes et je pensais que c’était un gros chiffre», déclare le fondateur de la Yo Mobile, Mario Dussault.

Au fil des ans, M. Dussault a réussi à gagner la confiance de nombreuses personnes, certaines qui étaient hésitantes même à s’approcher du minibus. Grâce à l’accueil de l’équipe de bénévoles et de M. Dussault, qui a lui-même vécu l’itinérance à un moment de sa vie, les gens de la rue y trouvent non seulement une oreille pour les écouter, mais également un endroit où se réchauffer, se rassasier et se doter de vêtements chauds.

«Je revois les mêmes personnes et j’en ai des nouveaux tous les ans. Cette année, j’en ai eu beaucoup que je n’avais jamais vu auparavant», raconte-t-il. «C’est le bouche à oreille. Il y en a qui disent “Ah oui, c’est un de mes amis qui m’a dit que tu faisais ça”.»

Trop de jeunes seuls

Il n’est pas rare de voir assis à table de la Yo Mobile des enfants en bas âge, un phénomène qui préoccupe M. Dussault. En toute confidentialité, ce dernier a fait part de ses inquiétudes à un organisme-ressource pouvant aider à remédier à la situation.

«Il y avait bien des enfants au début de l’année. Je me suis plaint un peu et je pense que ça a aidé, parce qu’on dirait qu’au milieu de la saison, ça comme changé. Il y avait moins d’enfants», révèle-t-il. «Qu’est-ce que je fais avec ça, tu sais? Il y avait des enfants vraiment jeunes qui arrivaient sans parents. Quand ils viennent avec leurs parents, c’est moins pire, mais quand tu vois un petit jeune arriver tout seul à 21 h ou 22 h le soir! Je te dirais que j’avais des jeunes entre 7 ans et 12 ou 13 ans. Il y en avait beaucoup, beaucoup cette année. C’est pas mal épeurant», se désole le bienfaiteur.

L’aspect positif, c’est que jeunes et moins jeunes repartent le ventre plein, souvent avec le sourire aux lèves. «J’ai passé une belle saison. Il y a des bénévoles tout le temps, on n’en manque pas. J’ai eu beaucoup d’aide avec ça. J’avais une dame, Tammy, qui faisait l’horaire des bénévoles pour la Yo Mobile. Et le dernier mois d’activités, c’était réservé à l’École secondaire catholique Thériault, aux membres du Projet Amour Communautaire», élabore M. Dussault.

Au point de vue nourriture et vêtements d’hiver, la Yo Mobile a été choyée d’avoir bénéficié d’un appui aussi généreux de la communauté. «Au début de la saison, j’ai commencé avec la remorque. On donnait des manteaux, des vêtements chauds», lance-t-il. On a vraiment habillé tout le monde.»

Générosité inégale

Bien que la communauté de Timmins s’est montrée bienveillante en offrant des dons divers, même en livrant du café chaud les fins de semaine, de la pizza et autres, certaines entreprises n’ont pas renouvelé leur appui. Par conséquent, M. Dussault a dû mettre la main dans son portefeuille personnel pour parvenir à achever la saison comme prévu.

Le Conseil d’administration des services sociaux du district de Cochrane et la Ville de Timmins ont, parmi d’autres, fourni d’un important soutien. «La Ville donne de l’électricité pour la Yo Mobile», mentionne-t-il à titre d’exemple. «Il y a une épicerie qui nous donnait des bananes aussi.»

M. Dussault recueille toujours des dons en prévision de sa septième année d’activités, qui prendra son envol au début du mois d’octobre 2017. On peut prendre contact avec l’équipe par la page Facebook de la Yo Mobile.

Bris mécanique

En préparation pour sa prochaine saison, M. Dussault concentrera ses énergies sur l’aménagement d’un nouvel autobus en raison d’un important bris mécanique sur la Yo Mobile actuelle.

«Ça me prend un autre autobus, à cause du moteur. J’en ai un autre petit, alors cet été, je vais préparer l’autre. Mais j’aimerais en avoir un autre, pas un gros, mais pas un petit, entre les deux. Je pourrais mettre quatre tables au lieu de deux. Il n’y aurait plus personne qui attendrait dehors», indique-t-il.

«Si je n’avais [des gens qui m’aident], je ne pourrais plus opérer», conclut-il. «En octobre, je vais encore être stationné à l’hôtel de ville. Merci à tout ce beau monde qui appuie la Yo Mobile!»

Lu 2005 fois
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Les loups se feraient plus présents à East Ferris
    Les loups se feraient plus présents à East Ferris Astorville — Le conseil municipal d’East Ferris a récemment déposé une résolution auprès du ministère des Richesses naturelles et des Forêts afin de sensibiliser le gouvernement provincial au sujet de la présence grandissante de loups dans la municipalité. Certains regroupements,…
    Ecrit le mercredi, 23 mai 2018 15:12
  • TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici »
    TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici » Sudbury — Le dévoilement de la programmation 2018-2019 du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) a bien failli être gâché par une panne d’électricité. Heureusement, le courant est revenu 20 minutes avant l’heure prévue pour les annonces. Dévoilée à travers une série d’installations…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 18:37
  • L’art urbain en mouvement
    L’art urbain en mouvement Sudbury — Un groupe d’artistes visuelles montréalaises sont de passage à Sudbury cette semaine. Habituellement confinées au même terrain vague dans la métropole québécoise, les huit artistes d’Auto-workshop ont décidé de quitter leur enclave et de prendre la route pour…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 16:36
  • De la République tchèque à l’Ontario français
    De la République tchèque à l’Ontario français Sudbury — Qu’est-ce qui peut bien attirer une étudiante de Prague, en République tchèque, à venir étudier en Ontario? Rien de moins que la culture franco-ontarienne. Alice Luňáková étudie l’enseignement des langues aux enfants à l’Université Masaryk, dans la ville…
    Ecrit le mercredi, 25 avril 2018 14:00
  • Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite
    Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite Timmins et Sudbury — Pour des raisons médicales, Keisha Corbeil a dû mettre sur la glace un projet qui lui tenait à cœur. Après avoir surmonté une difficile épreuve, elle a décidé de persévérer et de mener à bien un…
    Ecrit le vendredi, 20 avril 2018 16:24
  • Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand
    Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand Sudbury — La directrice générale du Centre Victoria pour femmes (CVF), Gaëtane Pharand, et l’une des 19 personnes qui ont reçu ce matin le Prix de distinction du procureur général pour les services aux victimes. Ce prix reconnait le travail exceptionnel…
    Ecrit le jeudi, 12 avril 2018 13:45
  • Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière
    Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière Sudbury — Pour une deuxième année consécutive, Rochelle Larivière, de l’École St-Paul de Lively, se rendra à l’Expo-sciences pancanadienne. Rochelle est la seule francophone qui a remporté l’une des six places disponibles, décernées lors de l’Expo-sciences régionale de Sudbury dimanche…
    Ecrit le mercredi, 11 avril 2018 21:57

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login