FacebookTwitter
vendredi, 28 avril 2017 09:07

Bilan de saison de la Yo Mobile de Timmins

Écrit par 
Mario Dussault, fondateur de la Yo Mobile, annonce qu’il a accueilli à bord de la Yo Mobile cet hiver plus de 5 300 personnes. Mario Dussault, fondateur de la Yo Mobile, annonce qu’il a accueilli à bord de la Yo Mobile cet hiver plus de 5 300 personnes. Photo : Émilie Deschênes
Timmins — Chaque année, le nombre d’itinérants et de démunis chaleureusement accueilli à bord de la Yo Mobile est en hausse. Au cours de la saison hivernale, de la mi-octobre 2016 au 1er avril 2017, 5 367 personnes ont franchi la porte du minibus noir stationné à l’hôtel de ville de Timmins les vendredis et samedis entre 19 h et minuit.

«Cette année, il y en a eu encore plus que l’année passée. L’année passée, on a accueilli environ 4 500 personnes et je pensais que c’était un gros chiffre», déclare le fondateur de la Yo Mobile, Mario Dussault.

Au fil des ans, M. Dussault a réussi à gagner la confiance de nombreuses personnes, certaines qui étaient hésitantes même à s’approcher du minibus. Grâce à l’accueil de l’équipe de bénévoles et de M. Dussault, qui a lui-même vécu l’itinérance à un moment de sa vie, les gens de la rue y trouvent non seulement une oreille pour les écouter, mais également un endroit où se réchauffer, se rassasier et se doter de vêtements chauds.

«Je revois les mêmes personnes et j’en ai des nouveaux tous les ans. Cette année, j’en ai eu beaucoup que je n’avais jamais vu auparavant», raconte-t-il. «C’est le bouche à oreille. Il y en a qui disent “Ah oui, c’est un de mes amis qui m’a dit que tu faisais ça”.»

Trop de jeunes seuls

Il n’est pas rare de voir assis à table de la Yo Mobile des enfants en bas âge, un phénomène qui préoccupe M. Dussault. En toute confidentialité, ce dernier a fait part de ses inquiétudes à un organisme-ressource pouvant aider à remédier à la situation.

«Il y avait bien des enfants au début de l’année. Je me suis plaint un peu et je pense que ça a aidé, parce qu’on dirait qu’au milieu de la saison, ça comme changé. Il y avait moins d’enfants», révèle-t-il. «Qu’est-ce que je fais avec ça, tu sais? Il y avait des enfants vraiment jeunes qui arrivaient sans parents. Quand ils viennent avec leurs parents, c’est moins pire, mais quand tu vois un petit jeune arriver tout seul à 21 h ou 22 h le soir! Je te dirais que j’avais des jeunes entre 7 ans et 12 ou 13 ans. Il y en avait beaucoup, beaucoup cette année. C’est pas mal épeurant», se désole le bienfaiteur.

L’aspect positif, c’est que jeunes et moins jeunes repartent le ventre plein, souvent avec le sourire aux lèves. «J’ai passé une belle saison. Il y a des bénévoles tout le temps, on n’en manque pas. J’ai eu beaucoup d’aide avec ça. J’avais une dame, Tammy, qui faisait l’horaire des bénévoles pour la Yo Mobile. Et le dernier mois d’activités, c’était réservé à l’École secondaire catholique Thériault, aux membres du Projet Amour Communautaire», élabore M. Dussault.

Au point de vue nourriture et vêtements d’hiver, la Yo Mobile a été choyée d’avoir bénéficié d’un appui aussi généreux de la communauté. «Au début de la saison, j’ai commencé avec la remorque. On donnait des manteaux, des vêtements chauds», lance-t-il. On a vraiment habillé tout le monde.»

Générosité inégale

Bien que la communauté de Timmins s’est montrée bienveillante en offrant des dons divers, même en livrant du café chaud les fins de semaine, de la pizza et autres, certaines entreprises n’ont pas renouvelé leur appui. Par conséquent, M. Dussault a dû mettre la main dans son portefeuille personnel pour parvenir à achever la saison comme prévu.

Le Conseil d’administration des services sociaux du district de Cochrane et la Ville de Timmins ont, parmi d’autres, fourni d’un important soutien. «La Ville donne de l’électricité pour la Yo Mobile», mentionne-t-il à titre d’exemple. «Il y a une épicerie qui nous donnait des bananes aussi.»

M. Dussault recueille toujours des dons en prévision de sa septième année d’activités, qui prendra son envol au début du mois d’octobre 2017. On peut prendre contact avec l’équipe par la page Facebook de la Yo Mobile.

Bris mécanique

En préparation pour sa prochaine saison, M. Dussault concentrera ses énergies sur l’aménagement d’un nouvel autobus en raison d’un important bris mécanique sur la Yo Mobile actuelle.

«Ça me prend un autre autobus, à cause du moteur. J’en ai un autre petit, alors cet été, je vais préparer l’autre. Mais j’aimerais en avoir un autre, pas un gros, mais pas un petit, entre les deux. Je pourrais mettre quatre tables au lieu de deux. Il n’y aurait plus personne qui attendrait dehors», indique-t-il.

«Si je n’avais [des gens qui m’aident], je ne pourrais plus opérer», conclut-il. «En octobre, je vais encore être stationné à l’hôtel de ville. Merci à tout ce beau monde qui appuie la Yo Mobile!»

Lu 1149 fois
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Perspectives économique 2018 : Première expérience en français
    Perspectives économique 2018 : Première expérience en français Grand Sudbury — L’économie canadienne est en excellente santé selon le vice-président sénior et chef économiste de la Banque Scotia, Jean-François Perreault. La croissance de 3 % de l’économie en 2017 représente le double de ce qui avait été anticipé. Cependant,…
    Ecrit le vendredi, 15 décembre 2017 11:09
  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login