FacebookTwitter
jeudi, 11 mai 2017 13:29

25 ans de plaisir en français

Écrit par  Claire Pilon
25 ans de plaisir en français Photo : campsoleil.ca
Noëlville — Il y a 25 ans, Claude Mayer, créait le Camp des vacances au soleil du Nord avec l’aide du club Richelieu et des Chevaliers de Colomb de la Rivière des Français, dont il était membre.

«Les Chevaliers de Colomb de la Rivière des Français étaient propriétaires d’un camp dont la communauté se servait très peu, alors j’ai proposé aux membres des clubs de fonder un camp pour les jeunes francophones où tout se déroulerait en français. Le but du camp était de permettre aux jeunes de s’amuser en français et aux plus âgés d’obtenir un emploi d’été. C’est de là qu’est né le Camp des vacances au soleil du Nord», explique M. Mayer.

Il affirme que les deux clubs ont rapidement embarqué dans son projet et, environ deux ans plus tard, le club Richelieu les Patriotes de Sudbury s’est joint à eux.

Les activités du camp sont toutes reliées au thème du plaisir sous le soleil. Les jeunes peuvent participer à des excursions, des jeux de groupe, du bricolage, des visites hors du camp, des randonnées pédestres, du canot, du kayak, des feux de camp, de la natation, du chant et du camping. Toutes les activités sont en français et les jeunes ainsi que les moniteurs doivent parler en français en tout temps.

25 ans et bien des changements

Un membre du club des Chevaliers de Colomb de la Rivière des Français, Gilles Monette, se souvient des débuts, puisqu’il a été membre du premier conseil d’administration du camp. «Nous avons dû faire quelques rénovations au terrain et aux édifices, mais dès la première année, nous avons accueilli 70 jeunes, tous de Noëlville», dit-il.

M. Monette ajoute qu’au cours des années, les jeunes ont grandi et la population de Noëlville a diminué si bien qu’aujourd’hui, la majorité des jeunes proviennent des régions environnantes. «Le prix du camp a aussi beaucoup augmenté. Durant la première année, le cout du camp était de 60 $ par semaine. Cette année, c’est plus de 200 $», dit-il.

Selon le président du club Richelieu les Patriotes de Sudbury et président du conseil d’administration du camp, Régent Dupuis, il y eut plusieurs améliorations depuis 25 ans grâce aux nombreux donateurs. «Grâce à un très généreux don de la Caisse populaire de Noëlville, nous avons pu changer le système de traitement des eaux», indique M. Dupuis.

Plusieurs enfants de familles démunis peuvent également recevoir une subvention pour participer. «Les parents n’ont qu’à payer la somme de 50 $ au lieu de la somme totale», dit-il.

M. Dupuis affirme que les célébrations pour souligner le 25e anniversaire de la fondation du camp ne sont pas encore déterminées. «Nous devons premièrement nous assurer que le camp est bien organisé pour cette année pour ensuite se pencher sur les célébrations du 25e anniversaire», affirme M. Dupuis.

Il ajoute que les responsables du camp veulent donner la chance à tous les jeunes francophones de participer. «Nous sommes fiers d’offrir aux jeunes la possibilité de s’amuser en français et il n’est pas question de changer cela», conclut M. Dupuis.

Le camp est situé au bord du lac à la Truite à Monetville et il est conçu pour les jeunes francophones âgés de 8 à 14 ans. Les camps sont d’une durée d’une semaine et ont lieu du 4 juillet au 23 aout.

Lu 1189 fois Dernière modification le jeudi, 11 mai 2017 14:54

Actualité du Nord

  • Perspectives économique 2018 : Première expérience en français
    Perspectives économique 2018 : Première expérience en français Grand Sudbury — L’économie canadienne est en excellente santé selon le vice-président sénior et chef économiste de la Banque Scotia, Jean-François Perreault. La croissance de 3 % de l’économie en 2017 représente le double de ce qui avait été anticipé. Cependant,…
    Ecrit le vendredi, 15 décembre 2017 11:09
  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login