FacebookTwitter
mercredi, 17 mai 2017 06:00

L’appropriation culturelle n’existe pas

Le milieu culturel du Canada anglais est en crise. En fait, il serait plus juste d’appeler ça une tempête dans un verre d’eau, mais des gens ont déjà perdu leur job dans cette tempête. Ça s’appelle l’appropriation culturelle. Pour l’instant, ça demeure cantonné au Canada anglais et espérons que cette extrême rectitude culturelle ne contaminera pas le Canada français.

Wikipédia définit l’appropriation culturelle comme étant «un concept universitaire originaire des États-Unis selon lequel l’adoption ou l’utilisation d’éléments d’une culture par les membres d’une culture dominante serait irrespectueuse et constituerait une forme d’oppression et de spoliation». Au Canada, le concept est maintenant repris par certains artistes et activistes autochtones.

Comme le sujet touche la question autochtone, il est important d’affirmer ici que nous comprenons très bien les revendications des autochtones et les frustrations qu’ils peuvent ressentir face au racisme avec lequel nous les avons souvent traités. Le Canada peut et doit faire mieux pour promouvoir et apprendre des valeurs de ces peuples. Mais dans le domaine de l’art, de la fiction, de l’imaginaire, personne n’a le monopole de la culture. D’affirmer le contraire ne fait que miner la réconciliation entre les peuples pourtant tellement nécessaire pour l’avenir du Canada.

La question a récemment fait les manchettes lorsque, face aux critiques d’activistes autochtones, une galerie torontoise a annulé l’exposition d’une jeune artiste, Amanda PL, qui peint dans le style autochtone de Norval Morrisseau. Cependant, le concept a déjà été utilisé pour dénigrer d’autres artistes. La chanteuse acadienne Natasha St-Pier avait été critiquée il y a quelque années parce qu’elle portait une coiffe à plumes de style autochtone dans son clip Tous les Acadiens. Et des auteurs canadiens-anglais ont subi le même sort parce qu’ils osent décrire des situations impliquant des communautés ou personnages autochtones.

Ces critiques sont déplorables et ridicules. Imaginons pour un instant que le concept d’appropriation culturelle ait eu cours au siècle dernier. Imaginons que les babyboumeurs canadiens-français n’aient jamais lu Agaguk de Yves Thériault à l’école. Ce n’est pas un grand roman et ce n’est certainement pas le livre définitif sur la culture autochtone, mais il a probablement ouvert les yeux à plusieurs.

Imaginons que les musiciens Blancs n’aient pu jouer du jazz ou du blues sous prétexte que c’est une musique inventée par des Afro-Américains. Poussé à l’extrême, le concept d’appropriation culturelle voudrait dire qu’on ne devrait pas traduire de livres écrits par des auteurs venant d’une culture minoritaire. Quelle foutaise!

Nous, Franco-Ontariens, sommes minoritaires, mais il semble évident que nos auteurs, disons Jean-Marc Dalpé ou Daniel Poliquin, ne renâcleraient pas si leurs œuvres étaient traduites et devenaient des hits planétaires. Pourquoi? D’abord parce que ça les / nous ferait connaitre. Et aussi parce qu’il y a du cash à la clé.

Alors ne nous leurrons pas. Toute cette histoire est une histoire de sous. Certains artistes veulent garder le monopole des subventions et des ventes liées à leurs œuvres minoritaires. Mais, ce faisant, ils limitent la compréhension et l’ouverture des autres aux valeurs et à la vie des leurs.

Lu 1839 fois Dernière modification le mardi, 16 mai 2017 14:27
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Daniel Bélanger et Daniel Lavoie pour la prochaine saison de La Slague
    Daniel Bélanger et Daniel Lavoie pour la prochaine saison de La Slague Sudbury — La Slague du Carrefour francophone accordera une grande place aux artistes franco-ontariens en 2017-2018, en plus d'accueillir de grands noms de la chanson populaire, tels que Daniel Bélanger et Daniel Lavoie. La programmation de la saison a été…
    Ecrit le vendredi, 23 juin 2017 16:54
  • Place des Arts du Grand Sudbury: l’Ontario emboite pleinement le pas à la Ville
    Place des Arts du Grand Sudbury: l’Ontario emboite pleinement le pas à la Ville Sudbury— L’Ontario octroiera la somme de 5 millions $ au projet de la Place des Arts du Grand Sudbury par le biais de la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO). L’annonce a été faite…
    Ecrit le jeudi, 22 juin 2017 12:10
  • Cent ans, ça passe vite quand on aime la vie
    Cent ans, ça passe vite quand on aime la vie Sudbury — Une centaine de parents et amis sont venus de l’Ontario, du Québec, de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse souligner le 100e anniversaire de naissance de Marie-Jeanne Chevrefils, née Turcot, le 3 juin dernier. Elle est native de St-Urbain-Premier au Québec…
    Ecrit le jeudi, 22 juin 2017 10:30
  • Festival Stars and Thunder : Les pronostics s’améliorent
    Festival Stars and Thunder : Les pronostics s’améliorent Timmins — Timmins est fin prête pour présenter ce qui sera peut-être l’un des plus importants festivals au pays pour souligner les 150 ans du Canada et de l’Ontario. En date du 16 juin, 15 196 billets avaient été vendus. S’échelonnant sur…
    Ecrit le jeudi, 22 juin 2017 10:20
  • Livre blanc sur les arts et la culture : Qu’en pense le Nord?
    Livre blanc sur les arts et la culture : Qu’en pense le Nord? Nord de l'Ontario — Cinq mesures prioritaires, dont l’accroissement du financement octroyé aux artistes et aux centres culturels, ont été dressées dans le Livre blanc sur les arts et la culture francophones que l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO)…
    Ecrit le mercredi, 21 juin 2017 15:34
  • M-E Chainey : l'heure de la transplantation est venue
    M-E Chainey : l'heure de la transplantation est venue Ottawa — Après 20 ans de carrière, Marie-Eve Chainey a effectué son dernier saut en hauteur le 11 juin. Le jeudi 22 juin, l’athlète relèvera un nouveau défi : celui d’une transplantation de rein qui pourrait, l’espère-t-elle, la libérer des rechutes du…
    Ecrit le lundi, 19 juin 2017 11:55
  • «Dans un mariage, il faut que chacun mette de l’eau dans son vin»
    «Dans un mariage, il faut que chacun mette de l’eau dans son vin» Les Sudburois Régine et Omer Lalonde célèbreront leur 70e anniversaire de mariage le 16 juin. Mme Lalonde garde toujours de vifs souvenirs du piquenique de son St-Charles natal où elle a rencontré son mari. «On avait été à la même école, mais…
    Ecrit le vendredi, 16 juin 2017 06:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login