FacebookTwitter
mercredi, 17 mai 2017 14:22

Ouverture de la collection généalogique Rodolphe Labelle

Écrit par 
Rodolphe Labelle (à gauche) lors du dévoilement de la plaque portant son nom. Rodolphe Labelle (à gauche) lors du dévoilement de la plaque portant son nom. Photo : Courtoisie
Timmins — Généalogie Timmins Genealogy et la Bibliothèque municipale de Timmins ont signé un accord le 15 mai en matinée afin de transférer la collection de livres de généalogie à la bibliothèque.

«C’est une grosse tâche, donc on a pris la décision de faire le don de tous nos livres à la Bibliothèque, parce qu’elle a le personnel en place pour prendre soin de tout ça», déclare le coordonnateur du groupe de généalogie, Claude Poirier.

«En plus, nos livres sont tous à la Bibliothèque depuis 2006, donc on a pensé que c’était la meilleure chose à faire. La majorité, ce sont des registres de paroisse et de mariages, mais il y a aussi des livres de sépulture et de baptêmes. Il y a également des livres d’histoire de différents endroits. On a des dictionnaires généalogiques, Tanguay, Drouin, des registres de notaires contenant des testaments et des transferts de terres, etc.»

Cette collection représente plus de 1 400 livres d’une valeur de remplacement d’environ 56 000 $. Puisqu’il s’agit de livres de recherche, ceux-ci doivent demeurer à la Bibliothèque en tout temps. Selon la directrice générale de la Bibliothèque municipale de Timmins, Carole-Ann Churcher, et M. Poirier, il s’agit d’une précieuse collection. Notons que plusieurs de ces registres ne sont plus disponibles en version imprimée.

Hommage-surprise

Pour marquer le transfert, un hommage a été rendu à Rodolphe Labelle, un homme qui a consacré d’innombrables heures à faire croitre le centre de généalogie et à mousser l’intérêt du public. Le dévoilement a été une surprise pour lui, qui ne s’attendait aucunement à recevoir des éloges.

«C’est vraiment lui qui a poussé pour créer notre groupe. Ça a commencé vers 2003, avec la Société franco-ontarienne d’histoire et de généalogie (SFOHG), qui a communiqué avec M. Labelle pour lui demander de fonder un groupe de recherche pour la généalogie. Il a été le président fondateur depuis qu’on a débuté notre collection de livres», raconte M. Poirier. «C’est M. Labelle qui prenait soin de l’entretien des livres, de la classification, de la réparation, de les replacer dans les étagères, de la commande de livres neufs, il faisait tout. Ça fait longtemps qu’il faisait ça bénévolement.»

Lorsque M. Labelle a reçu des livres de la SFOHG, ce fervent de généalogie n’a pas hésité à les entreposer minutieusement dans son domicile en attendant de trouver un lieu propice pour les mettre à la disposition du public. «Il y avait des boites et des boites. Il a accepté de les entreposer chez lui jusqu’à ce qu’un accord soit conclu avec la Bibliothèque. Son dévouement est hors pair. On a pensé que puisqu’on donne les livres à la Bibliothèque, on devrait nommer notre collection la “Collection de généalogie Rodolphe Labelle”.»


Une relation de travail qui évolue

Contrairement au système habituel de classification bibliothécaire, la collection est rangée dans les étagères en ordre géographique dans le but de faciliter la recherche. «Ce n’est pas une méthode de classification normale pour la Bibliothèque, mais une méthode de classification qui convient bien pour la recherche généalogique», élabore M. Poirier.

«La seule chose qui va changer, c’est qu’ils seront responsables de l’entretien. Par contre, si la Bibliothèque a besoin d’aide ou de conseils, y compris pour l’acquisition de nouveaux livres, nous avons déjà convenu que nous maintiendrons notre relation de travail avec eux et que nous continuerons à promouvoir la généalogie.»

La Bibliothèque se chargera donc de la gestion de la collection en plus de la rendre éventuellement disponible en ligne. Lorsque ce sera complété, des gens de partout seront en mesure d’effectuer leurs recherches généalogiques avec des sources fiables ou de planifier plus efficacement leur séjour de recherche à Timmins. «Il y a plusieurs personnes qui se fient aux informations que l’on retrouve sur internet, mais il y a beaucoup d’erreurs sur internet. Il faut se fier aux registres primaires», poursuit M. Poirier.

«Je tiens à préciser que la Bibliothèque est un endroit public, les visiteurs n’ont donc pas besoin d’être membres du groupe de généalogie pour se servir de la collection, ni pour obtenir notre aide», mentionne-t-il.

Malgré cette transition, le groupe de généalogie demeurera actif. L’adhésion est gratuite et permet d’être à l’affut des nouveautés dans le domaine. Le groupe est toujours à la recherche d’une présidence.

Lu 916 fois Dernière modification le mercredi, 17 mai 2017 14:29
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Perspectives économique 2018 : Première expérience en français
    Perspectives économique 2018 : Première expérience en français Grand Sudbury — L’économie canadienne est en excellente santé selon le vice-président sénior et chef économiste de la Banque Scotia, Jean-François Perreault. La croissance de 3 % de l’économie en 2017 représente le double de ce qui avait été anticipé. Cependant,…
    Ecrit le vendredi, 15 décembre 2017 11:09
  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login