FacebookTwitter
vendredi, 26 mai 2017 16:43

Nomination du commissaire aux langues officielles : les échos du Nord

Écrit par 
Nord-Est de l'Ontario — Le choix du gouvernement de sélectionner l'ancienne députée libérale provinciale Madeleine Meilleur pour le poste de commissaire aux langues officielles du Canada plait à certains tandis que d'autres décrivent le choix comme une nomination partisane. Le Voyageur a voulu connaitre le point de vue de députés du Nord de l'Ontario.

Le député libéral de Sudbury, Paul Lefebvre, n'a pas participé au processus de nomination pour le poste du commissaire et ne peut donc pas se prononcer sur celui-ci. Il est cependant membre du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, dont l'un des rôles est de réviser le choix du gouvernement, processus qui a été lancé le 18 mai.

Le comité a par contre uniquement le mandat d'évaluer ses compétences pour le poste. «On n’a pas le pouvoir de dire “oui” ou “non”. On peut seulement dire si elle a les compétences et les connaissances pour remplir le poste. On donne notre opinion puis on rapporte ceci à la Chambre des communes», affirme M. Lefebvre.

«Du côté des libéraux, on croit qu’elle a la capacité et les connaissances nécessaires», poursuit-il.

Pour le député du Nouveau parti démocratique (NPD) pour Timmins-Baie James, Charlie Angus — également candidat à la chefferie du NPD fédéral, ce n'est plus une question de compétences. «Il est essentiel pour la commissaire d'avoir le respect de tout le monde et d'avoir l'habileté de [confronter] les décisions du gouvernement. [Le processus de nomination] a sapé la crédibilité de Mme Meilleur pour défendre les intérêts des minorités linguistiques. Mme Meilleur n'aurait pas la confiance des Canadiens ou du parlement», avance-t-il.

Indépendance

L'indépendance du commissaire aux langues officielles est en fait au cœur des contestations de la nomination de Mme Meilleur. Le dévoilement du processus de sélection par le gouvernement et les allégations d'un candidat — à qui on aurait dit qu'il devrait parler à des chefs de file du parti libéral — sèment de plus en plus de doutes sur l'indépendance de Mme Meilleur.

M. Angus n'est pas convaincu que cette candidate pourrait conserver son indépendance. «Le public doit faire confiance au rôle du commissaire et croire à son indépendance. Je suis très perturbé par le processus de nomination de Mme Meilleur, parce qu'il y a des allégations de conflit d'intérêt et d'interférence partisane par le gouvernement de M. Trudeau», soulève M. Angus.

Pour M. Lefebvre, il faudrait lui laisser le temps de prouver son indépendance. «Il faut regarder ce qu’elle a accompli, ce qu’elle a fait pour l’Ontario. Elle a donné l’indépendance au commissaire aux services en français de l’Ontario, elle a joué un grand rôle dans la séparation de TVO et TFO, également pour la défense de l’Hôpital Montfort. Ce sont toutes des choses qu’elle n’était pas obligée de faire, c’était au-delà de la partisanerie. Il y avait une citation de France Gélinas (député NPD provincial de Nickel Belt) l’année passée dans Le Droit où elle disait que [Mme Meilleur] “était francophone avant d’être libérale”».

Opposition

Les chefs des partis d'opposition se sont plaints la semaine dernière de ne pas avoir été consultés pour cette nomination. Pourtant, le député de Sudbury a dit avoir reçu des informations contraires. «L’information qui m’a été donnée, c’est que les critiques et les chefs des partis d’oppositions ont été consultés et que tout le monde était sur la même longueur d’onde : elle a les compétences», note-t-il.

M. Angus reste campé dans le rejet de la candidature. «Mme Meilleur devrait retirer sa nomination pour l'intégrité de ce poste», croit le député Angus, en ajoutant que son parti allait s'opposer à la nomination.

Pas de consensus chez les organismes francophones

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) a tenu une réunion téléphonique avec ses membres le 25 mai en soirée pour discuter de la situation. Les médias nationaux rapportent qu'ils n'ont pas obtenu de consensus sur la position à prendre face à la nomination et la controverse. Les deux préoccupations principales des organismes concernent le processus, mais aussi la crainte de se mettre à dos le gouvernement fédéral et une future commissaire. Une situation difficile lorsqu'il est votre principale source de financement.

Rejoint par téléphone, la directrice de l'ACFO du grand Sudbury, Joanne Gervais, note être dans une position similaire et que l'organisme n'a pas pris position pour le moment.

Lu 952 fois Dernière modification le vendredi, 26 mai 2017 17:07
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Des dons pour des êtres sociaux
    Des dons pour des êtres sociaux Grand Sudbury — Sarah Lemieux et Imran Bagha ont organisé de leur propre chef une collecte de produits hygiéniques pour la Clinique du coin du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury. Les boites de collectes seront en place jusqu’au…
    Ecrit le mardi, 15 août 2017 13:43
  • Déménager le musée, mais où?
    Déménager le musée, mais où? Sudbury — Le musée du Moulin à Fleur ne reçoit pas de visiteurs cet été puisqu’il est fermé pour des rénovations. Selon le gestionnaire des Ressources documentaires et du patrimoine du Grand Sudbury, Brian Harding, il est évident depuis plusieurs…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 10:48
  • Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères
    Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères Sudbury — Après avoir elle-même connu les méfaits de l’isolement que vivent plusieurs jeunes mamans, la résidente de Shefford au Québec, Audrey Poulin, a décidé de lancer l’application mobile Social.mom, qui crée des réseaux entre mères de famille d’une même…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 09:49
  • Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing
    Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing North Bay — Les diverses communautés culturelles du Nipissing se sont rassemblées à la maison mère (Motherhouse) Saint-Joseph de North Bay lundi pour assister à une cérémonie de réconciliation avec les Premières Nations. Dans le cadre du Pèlerinage canadien en…
    Ecrit le jeudi, 03 août 2017 19:25
  • Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue
    Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue Ottawa — Le taux de bilinguisme a atteint un nouveau sommet au Canada, passant de 17,5 à 18 % à l'échelle nationale entre 2011 et 2016, selon les données du recensement 2016 de Statistique Canada. Pendant ce temps, l'anglais a gagné…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:58
  • Une première coopérative jeunesse de services
    Une première coopérative jeunesse de services Temiskaming Shores — La première Coopérative jeunesse de services dans la province, Jeunes en action, a été inauguré jeudi dernier au bureau de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming. Le regroupement de jeunes coopérants de la 7e et 8e année…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:20
  • Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé
    Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé Ottawa — On efface et on recommence. Après avoir échoué au premier essai, le gouvernement de Justin Trudeau réenclenche le processus de nomination afin de pourvoir le poste de commissaire aux langues officielles. Le poste a été affiché vendredi midi…
    Ecrit le vendredi, 28 juillet 2017 17:34

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login