FacebookTwitter
mercredi, 31 mai 2017 06:00

Pourquoi une nouvelle Loi sur les services en français?

Il y a quelques mois, nous présentions en guise d’éditorial Une histoire de fou. Cette «chronique» personnelle décrivait un incident vécu par notre éditorialiste qui s’était vu refuser le droit de faire une présentation en français devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario (CAMO). Ce qui s’est passé ensuite démontre pourquoi la Loi sur les services en français doit être revue.

À la suite de cet incident, notre éditorialiste a évidemment déposé une plainte au bureau du Commissaire aux services en français (CSEF). Il a envoyé toute la documentation reliée à cette affaire, incluant un résumé écrit de sa présentation soumis en français à la CAMO. Il a aussi fait parvenir un document envoyé par la CAMO qui indiquait noir sur blanc qu’il aurait besoin d’un interprète. Or le commissaire qui entendait la cause, et qui ne parlait pas français, n’avait pas assuré les services de traduction et a refusé d’entendre la présentation en français.

Une responsable des plaintes au bureau du CSEF a donc poursuivi le dossier auprès du ministère du Procureur Général, responsable des tribunaux quasi judiciaires, comme la CAMO. Voici le peu que ça a donné.

Dans une réponse on ne peut plus laconique, la section du ministère du Procureur Général responsable de la CAMO s’excuse et blâme toute l’affaire sur une erreur administrative. Elle poursuit en disant que sa pratique est de permettre les présentations dans les deux langues. Et voilà. C’est tout. Tout est beau dans le meilleur des mondes.

Selon l’actuelle Loi sur les services en français, c’est tout ce que le Commissariat peut faire. Ça et peut-être inclure cet incident dans son rapport annuel — qui a été dévoilé hier — à la législature. Mais disons que ce ne sont pas les rapports du Commissaire aux services en français qui font beaucoup de vagues en Chambre lors de la période de questions.

Autrement dit, la loi actuelle ne donne pas beaucoup de pouvoir au Commissaire aux services en français. Il peut soulever une question auprès d’un ministère concerné, mais il ne peut pas remédier à la situation. Il n’a pas le pouvoir, par exemple, d’exiger que la CAMO cédule une autre session de pour entendre la présentation en français d’un citoyen à qui on a refusé ce droit. Même dans le cas d’un ministère ou d’une agence qui serait souvent prise en défaut, il ne peut trainer les récalcitrants devant un tribunal pour obtenir réparation.

Voilà une des choses qu’on doit changer dans la loi actuelle. Le Commissaire doit avoir le droit d’exiger qu’un ministère ou une agence ait non seulement une politique de services en français, mais quelle soit appliquée à la lettre. Et lorsqu’il y a manquement, il doit pouvoir exiger un remède. Cette partie exécutoire de la loi doit s’appliquer à toute la province.

Lu 770 fois Dernière modification le mardi, 30 mai 2017 15:21
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login