FacebookTwitter
mercredi, 14 juin 2017 15:00

Une première ferme hydroponique dans le Nord de l’Ontario

Écrit par 
Erin Rowe et Stéphane Lanteigne Erin Rowe et Stéphane Lanteigne Photos : Bienvenu Senga
Chelmsford — Les maraichers Erin Rowe et Stéphane Lanteigne, propriétaires de la nouvelle entreprise Smart Greens Sudbury de Chelmsford, font pousser depuis sept semaines du basilic et des choux frisés dans leur serre hermétique de 400 pieds2. L’établissement, où ils pratiquent l’agriculture verticale hydroponique, est le premier du genre dans le Nord de l’Ontario.

C’est après un séjour de plusieurs années en Corée du Sud, où le couple enseignait l’anglais, que lui est venue l’idée de se lancer en agriculture. «Un peu partout en Asie du Sud, la nourriture est produite localement. On voulait voir si on pouvait faire la même chose en revenant», explique M. Lanteigne.

Après avoir découvert la compagnie Modular Farms, spécialisée en conception de serres hydroponiques, le couple a décidé de s’établir dans le Nord de l’Ontario, une région convenant particulièrement à Mme Rowe, originaire de Larder Lake. «C’était idéal pour nous, non seulement pour des raisons familiales, mais aussi parce que c’est une région où le concept est nouveau», avance M. Lanteigne. «Dans le Nord, la saison de plantation n’est que de trois mois environ et la grande partie de la nourriture est importée. On s’est dit qu’il serait bon de pouvoir offrir des produits locaux pendant toute l’année», ajoute-t-il.

Si les fermiers ont opté pour le basilic et le chou frisé au début, c’est en grande partie à cause du niveau de tolérance élevé de ces deux plantes à la fluctuation des conditions physiques et climatiques de la serre qu’ils apprennent toujours à maitriser. «Si on fait une petite erreur, au moins on sait que ce n’est pas toute notre récolte qui sera ruinée», déclare M. Lanteigne.

Un environnement contrôlé


Les pousses de basilic.

Après avoir germé pendant trois semaines dans une pépinière, les graines organiques dont se servent Mme Rowe et M. Lanteigne sont transplantées verticalement dans un substrat inerte irrigué continuellement, de haut en bas, d’une solution liquide recyclable de nutriments. Les conditions chimiques et atmosphériques de la serre — qui dispose également de tubes DEL pour l’éclairage — peuvent être ajustées électroniquement.

La serre est aussi munie d’un déshumidificateur qui recueille l’eau qu’évacuent les plants par le biais de leurs stomates et la réinjecte dans le circuit.


Des plants de chou frisé illuminés par des tubes DEL et irrigués d'une solution liquide de nutriments.

Afin d’éviter les périodes creuses, les maraichers ne plantent chaque semaine que sur le quart de l’espace dont ils disposent. Seuls deux des quatre murs de la serre sont exploités pour l’instant et la récolte attendue dans quelques semaines est d’environ 100 livres de chou frisé et 30 livres de basilic. La serre devrait être exploitée à son maximum d’ici la mi-juillet.

Mme Rowe et M. Lanteigne viennent d’ailleurs d’acheter une deuxième serre qui leur permettra de diversifier leur production, un but qu’ils ne peuvent pas atteindre actuellement étant donné les besoins très différents en nutriments des légumes distincts. Ils espèrent pouvoir, d’ici octobre, ajouter la laitue, la roquette, les épinards et le chou de Chine à la liste de leurs produits.

Un modèle adéquat pour le Nord?

L’ancien technicien agricole à la ferme expérimentale de Kapuskasing, Laurier Guillemette, reconnait les avantages de l’agriculture hydroponique. «C’est un système qui demande un grand contrôle, mais ça pourrait aider dans le Nord de l’Ontario en permettant de rallonger la saison de croissance. Tout se fait à l’intérieur, ce qui réduit considérablement les maladies causées par les insectes», note-t-il.

M. Guillemette a toutefois des doutes quant aux couts élevés que pourrait engendrer l’exploitation d’une ferme hydroponique, surtout pendant les hivers souvent rudes de la région, ce qui pourrait occasionner une hausse des prix des produits.

Pour M. Lanteigne, qui dit lui-même être conscient du problème, la qualité du produit final prévaut. «Chaque unité de lumière consommée équivaut à une unité de biomasse pour les plantes. On finit par avoir de bons produits, faits ici et qui se conservent mieux», fait-il savoir.

Étant donné «la qualité de l’isolation de la serre», il estime que l’éclairage constitue la majeure partie des couts défrayés, un paramètre qu’il croit pouvoir ajuster en fonction des tarifs d’électricité en vigueur.

De la place pour les fermiers dans la région

Outre les ventes dans des établissements locaux dont les besoins en légumes sont élevés, Mme Rowe et M. Lanteigne espèrent pouvoir écouler leur production en établissant une clientèle régulière d’au moins 100 personnes.

La coopérative Mangeons local Sudbury gère depuis quelques années un programme d’Agriculture soutenue par la communauté auquel participent cinq agriculteurs de la région. Selon la gestionnaire de l’établissement, Erica Lagios, les nouveaux acteurs en approvisionnement alimentaire sur la scène locale sont toujours les bienvenus.

«Ce n’est que de cette manière que nous pouvons espérer atteindre notre indépendance alimentaire», déclare-t-elle. Le modèle symbiotique, qui offre aux producteurs un revenu garanti et aux consommateurs des produits frais, ne peut qu’être encouragé, ajoute-t-elle.

Tout comme M. Guillemette, Mme Lagios vante les mérites de l’agriculture hydroponique. «Une expansion de ce modèle dans le Nord pourrait nous offrir la possibilité d’avoir des produits qu’on ne peut pas avoir à certaines périodes de l’année», affirme-t-elle.

Les offres de Smart Greens Sudbury peuvent être consultées au site web de Smart Greens Sudbury.

Abonnez vous
Lu 1224 fois Dernière modification le mercredi, 14 juin 2017 15:11
Bienvenu Senga

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6210

bienvenu.senga@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login