FacebookTwitter
vendredi, 01 septembre 2017 13:54

Promenons-nous dans les bois… en toute sécurité

Écrit par  Suzanne Charron

Photos : Suzanne Charron

L’automne arrive à grands pas. Son air vivifiant et ses couleurs flamboyantes donnent à plusieurs personnes l’envie de marcher dans la forêt. Et quels endroits plus enchanteurs pour le faire que dans nos parcs provinciaux, en particulier celui de Killarney.

Mais les humains ne sont pas les seuls à s’y promener : un loup solitaire et curieux s’y adonne aussi. Depuis la mi-juillet, on peut apercevoir l’animal sur la route 637 qui mène à Killarney ou parfois sur les sentiers de randonnée pédestre dans le parc. Il ne manifeste aucune crainte des humains et n’hésite pas à s’approcher des voitures stationnées sur le bord de la route, ce qui n’est pas habituel pour un loup.

D’ordinaire, ces canidés se font plutôt discrets; eux, ils vont nous apercevoir, mais pas nous.

Ce loup semble être en santé; du moins, on ne voit aucune évidence de parasites ou de maladie et son poil est beau pour un pelage d’été. Il est possible que ce soit un loup algonquin, parce que ce type de loup fréquente la région. Est-il de race pure? Ou un hybride loup algonquin/loup gris? Ou encore un croisement entre loup et coyote? Seul un test d’ADN pourrait le confirmer. Peu importe, l’essentiel c’est de noter que son comportement n’est pas normal pour un loup, de quelque espèce qu’il soit.

Souvent, quand un loup devient accoutumé à la présence humaine, c’est qu’on l’a attiré avec de la nourriture. Comme les humains, il aurait pris gout aux repas-minute. C’est beaucoup plus facile que de chasser. Si le loup est jeune — comme il m’a paru —, il n’aurait peut-être pas acquis les habiletés de chasse avant de disperser ou quitter sa meute. Cet apprentissage peut prendre deux ans de participation aux activités de chasse avec la meute.

Somme toute, ce scénario n’est pas favorable ni pour l’animal ni pour l’humain. Selon le biologiste américain, Doug Smith, plus un loup est exposé aux humains, plus les chances que le comportement de l’animal devienne imprévisible sont grandes. Il peut rôder autour pendant des semaines, voir des mois, sans qu’il n’arrive rien. Il vaut mieux alors prendre ses précautions.

Si vous rencontrez le loup sur la route de Killarney, laissez-le passer, klaxonner à petits coups et demeurer dans l’auto. Si vous le rencontrez sur la piste, gardez votre calme. Il ne faut pas l’approcher, lui tourner le dos ou se sauver en courant. Faites tout ce que vous pouvez pour lui indiquer qu’il n’est pas bienvenu auprès des humains : faites du bruit, criez, bouger les bras, grossissez-vous en soulevant le bas de votre chemise ou veston vers le haut. Ne lui donnez surtout pas de nourriture! Puis, gardez votre chien en laisse. Si vous vous sentez en danger, composez le 911 ou avisez les autorités du parc.

Ceci étant dit, un sifflet ou artifice d’effarouchement (bear banger) en main, profitez en toute quiétude de vos randonnées automnales.

Suzanne Charron, éducatrice en science du loup et auteure


Lu 2842 fois Dernière modification le mardi, 05 septembre 2017 12:41

Actualité du Nord

  • Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario
    Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario Sudbury et Timmins — Valérie Demers de Timmins, Miss South Porcupine, sort grande gagnante du concours Miss North Ontario Regional Canada Pageant 2019 qui a été présenté à Sudbury du 9 au 11 mai. Mme Demers n’est pas la seule Franco-Ontarienne…
    Ecrit le lundi, 13 mai 2019 10:10
  • Quelle est la différence entre une IP et une IA?
    Quelle est la différence entre une IP et une IA? Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 15:45
  • Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé
    Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé Timmins — Le futur Centre de santé communautaire de Timmins a trouvé sa première directrice générale en la personne de Julie Béchard. Elle entrera en fonction le 21 mai. Mme Béchard est la directrice générale et fondatrice du Centre Passerelle…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 11:46
  • La Place des Arts a trouvé son premier directeur général
    La Place des Arts a trouvé son premier directeur général Sudbury — Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.…
    Ecrit le mardi, 07 mai 2019 10:00
  • 100 ans de présence francophone à Kirkland Lake
    100 ans de présence francophone à Kirkland Lake Kirkland Lake — Les élèves et le personnel de l’École secondaire catholique Jean-Vanier ont présenté une soirée de reconnaissance des fondateurs francophones qui se sont installés à Kirkland Lake au début du XXe siècle. Dans le cadre du 100e anniversaire de la…
    Ecrit le jeudi, 02 mai 2019 13:00
  • Il y a plus de théâtre en français que l'on pense
    Il y a plus de théâtre en français que l'on pense Sudbury — L’École secondaire catholique l’Essor de Tecumseh repart du Festival Théâtre action en milieu scolaire (FTAMS) avec le prix Première ligne pour le meilleur texte pour leur pièce Au-delà du cadre. Cependant, le jury a tenu à remettre une…
    Ecrit le mardi, 30 avril 2019 15:44
  • Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle
    Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle Bonfield et North Bay — Natalie Daoust, une jeune femme de 24 ans qui demeurait à Bonfield jusqu’à tout récemment, commence tranquillement à regagner ses forces à la suite d’une greffe des deux poumons. Souffrant de problèmes pulmonaires depuis quelques années,…
    Ecrit le mercredi, 24 avril 2019 14:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login