FacebookTwitter
mardi, 26 septembre 2017 09:02

Le Livre blanc sur les médias francophones de l’Ontario a des visées nationales

Écrit par 
Ontario — La création d’un Observatoire neutre des médias minoritaires canadiens est l’une des plus ambitieuses recommandations parmi les 27 que contient le Livre blanc sur les médias francophones de l’Ontario de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Les recommandations couvrent un large éventail de domaines et visent à créer un environnement propice à la survie des médias francophones de la province et du Canada.

L’Observatoire proposé aurait deux rôles : s’assurer que les changements auxquels consentirait un gouvernement — pour la publicité, le financement ou autres — sont appliqués et être un outil de mesure de l’auditoire des médias francophones hors Québec.

Les systèmes actuels de calcul du public n’ont pas été conçus pour tenir compte des radios et des chaines de télé qui œuvrent en milieu minoritaire. «Les radios savent qu’elles sont écoutées, mais quand tu n’as pas de chiffre», il devient difficile de le prouver aux annonceurs, souligne le président de l’AFO, Carol Jolin.

Il ne faut pas supposer que cet observatoire aurait un pouvoir contraignant si un gouvernement ne respectait pas ses promesses. Il reviendrait donc aux divers organismes porte-paroles francophones de faire de nouvelles pressions sur le gouvernement, confirme M. Jolin.

Le directeur général des Médias de l’épinette noire — qui possède la radio CINN FM et le journal Le Nord à Hearst —, Steve Mc Innis, croit également que cet Observatoire est essentiel. «Quand tu essaies d’aller chercher de plus gros clients au niveau national, il faut des preuves comme que tu es écouté. Ça donne de la crédibilité à ta station aussi», explique-t-il.

Financement

M. Mc Innis apprécie tout particulièrement la première recommandation, qui demande que 5 % des budgets des campagnes publicitaires gouvernementales soit réservé aux médias francophones de l’Ontario, ce qui respecte le poids démographique des Franco-Ontariens. «Juste ça, ça partirait vraiment du bon côté», croit-il.

Même s’il est satisfait du document présenté par l’AFO, M. Mc Innis ne croit pas que toutes les recommandations pourront être appliquées. «Je ne sais pas où les gouvernements iraient chercher l’argent.»

Parmi les autres mesures, on compte l’adoption par le gouvernement ontarien d’une politique similaire à celle en cours pour le financement des médias ethniques et s’assurer que les municipalités continuent de publier leurs avis dans les journaux. On suggère aussi d’appuyer le mouvement national de médias qui exige qu’il ne soit plus possible pour les annonceurs de profiter d’un crédit d’impôt lorsqu’ils annoncent sur Facebook et Google. Ce crédit avait originalement été créé pour la publicité dans les médias locaux.

Financement des radios

Une recommandation vise plus particulièrement les radios francophones qui, en plus de la baisse de la publicité des gouvernements, ont perdu un programme d’appui en 1995. En suivant le modèle qui existe présentement au Québec, on suggère un financement de 50 000 $ par année pour les radios existantes et de 100 000 $ la première année pour de nouvelles stations.

Steve Mc Innis avance que «ça prend absolument ça». «Ça nous permettrait de respirer et justement d’arrêter de faire des collectes de fonds et de concentrer ces énergies-là à créer du contenu.» Il reconnait que CINN FM est dans une situation plus avantageuse que les autres radios communautaires de la province, avec une communauté qui appuie fortement sa station. Par exemple, à la mi-septembre, leur radiothon a permis d’amasser 21 500 $.

M. Jolin rappelle que les radios communautaires sont en danger et que le Mouvement des intervenants en communications radio de l’Ontario (MICRO) a dû fermer ses bureaux et mettre à pied son personnel. «Ce serait l’idéal d’avoir plus de radios communautaires, mais il faut s’assurer en premier lieu de faire vivre celles que l’on a», précise-t-il.

Passage au numérique

Le rapport met à l’avant-plan le déploiement d’internet haute vitesse dans les régions éloignées et les récentes promesses du gouvernement canadien et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’assurer que toutes les régions du Canada aient accès à une vitesse de téléchargement d’au moins 25 Mbps d’ici 5 ans.

Du côté de Hearst, cet enjeu est d’ailleurs majeur. «C’est pathétique internet ici. Si on atteint 3 Mbps, on est heureux», lance Steve Mc Innis. Ceci limite l’intérêt pour Le Nord et CINN FM de mettre plus de contenu en ligne, comme des vidéos ou même les fichiers audios de leurs émissions de radio.

M. Jolin souligne que les ressources limitées des petits médias ne leur permettent pas de se lancer à «plein régime» dans le développement de stratégies web. «Si on veut être capable de suivre la vague, ça prend de la formation, ça prend des sous et ça prend une expertise». Une recommandation propose justement le financement d’un salaire à demi temps afin que les médias puissent améliorer leur offre numérique, et ce, jusqu’au rétablissement des revenus de publicités.

M. Mc Innis confirme cet état de fait, soulignant que la petite équipe de Hearst n’arrive pas à gérer ses sites internet aussi fréquemment qu’elle le voudrait.

Contenu

Le texte du Livre blanc rapporte que plusieurs intervenants qui ont participé aux consultations suggèrent une alliance plus forte entre les médias francophones et l’éducation de langue française. Que se soit en intégrant les jeunes dans la production de contenu ou par la mise sur pied d’un comité de travail incluant des représentants des conseils scolaires, du ministère de l’Éducation et des médias afin que ceux-ci fassent partie des stratégies d’aménagement linguistique.

On parle également d’appuyer la création d’un fonds journalistique par le gouvernement du Canada, le développement d’une application mobile qui serait un point d’entrée unique pour tous les médias francophones ontariens et une plus grande collaboration entre les médias d’une même région.

Prochaines étapes

Carol Jolin souligne que ce Livre blanc — comme un récent rapport du Commissariat aux langues officielles — rappelle que «Patrimoine canadien à une responsabilité dans la vitalité de la francophonie partout au Canada, et cette vitalité à besoin de ses médias». «Je suis ouvert à d’autres recettes, mais celle qu’on préconise est le retour de la publicité. C’est ce que nous allons dire à [la ministre Mélanie] Joly pour qu’elle comprenne bien ce que nos médias vivent présentement», affirme-t-il.

L’AFO compte présenter le Livre blanc aussitôt que possible à la ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, ensuite à Patrimoine canadien.

Carol Jolin mentionne que les autres livres blancs produits par l’AFO ont été très appréciés par les parlementaires, qui lui ont dit que ce sont des documents avec lesquels ils peuvent travailler. «C’est une source concertée», précise-t-il.

On pourrait argumenter que le premier livre blanc de l’AFO, celui sur la santé, a permis d’obtenir des résultats concrets après plusieurs années de travail, alors qu’on souligne pourtant dans ce Livre blanc sur les médias que la situation est urgente. Peut-on s’attendre à des actions plus rapides? M. Jolin espère que oui et est encouragé par le nouveau financement obtenu récemment par le Conseil des arts de l’Ontario, quelques mois seulement après le dépôt de leur Livre blanc sur les arts et la culture.

De son côté, Steve Mc Innis espère que le document ne restera pas lettre morte.
Lu 1520 fois Dernière modification le mardi, 26 septembre 2017 09:09
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Les loups se feraient plus présents à East Ferris
    Les loups se feraient plus présents à East Ferris Astorville — Le conseil municipal d’East Ferris a récemment déposé une résolution auprès du ministère des Richesses naturelles et des Forêts afin de sensibiliser le gouvernement provincial au sujet de la présence grandissante de loups dans la municipalité. Certains regroupements,…
    Ecrit le mercredi, 23 mai 2018 15:12
  • TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici »
    TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici » Sudbury — Le dévoilement de la programmation 2018-2019 du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) a bien failli être gâché par une panne d’électricité. Heureusement, le courant est revenu 20 minutes avant l’heure prévue pour les annonces. Dévoilée à travers une série d’installations…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 18:37
  • L’art urbain en mouvement
    L’art urbain en mouvement Sudbury — Un groupe d’artistes visuelles montréalaises sont de passage à Sudbury cette semaine. Habituellement confinées au même terrain vague dans la métropole québécoise, les huit artistes d’Auto-workshop ont décidé de quitter leur enclave et de prendre la route pour…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 16:36
  • De la République tchèque à l’Ontario français
    De la République tchèque à l’Ontario français Sudbury — Qu’est-ce qui peut bien attirer une étudiante de Prague, en République tchèque, à venir étudier en Ontario? Rien de moins que la culture franco-ontarienne. Alice Luňáková étudie l’enseignement des langues aux enfants à l’Université Masaryk, dans la ville…
    Ecrit le mercredi, 25 avril 2018 14:00
  • Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite
    Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite Timmins et Sudbury — Pour des raisons médicales, Keisha Corbeil a dû mettre sur la glace un projet qui lui tenait à cœur. Après avoir surmonté une difficile épreuve, elle a décidé de persévérer et de mener à bien un…
    Ecrit le vendredi, 20 avril 2018 16:24
  • Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand
    Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand Sudbury — La directrice générale du Centre Victoria pour femmes (CVF), Gaëtane Pharand, et l’une des 19 personnes qui ont reçu ce matin le Prix de distinction du procureur général pour les services aux victimes. Ce prix reconnait le travail exceptionnel…
    Ecrit le jeudi, 12 avril 2018 13:45
  • Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière
    Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière Sudbury — Pour une deuxième année consécutive, Rochelle Larivière, de l’École St-Paul de Lively, se rendra à l’Expo-sciences pancanadienne. Rochelle est la seule francophone qui a remporté l’une des six places disponibles, décernées lors de l’Expo-sciences régionale de Sudbury dimanche…
    Ecrit le mercredi, 11 avril 2018 21:57

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login