FacebookTwitter
mercredi, 04 octobre 2017 15:30

Programme Franco : Bien accueilli par les organismes, qui en espèrent plus

Écrit par 
Programme Franco : Bien accueilli par les organismes, qui en espèrent plus Photo : iStock
Nord de l’Ontario — S’ils épluchent encore le nouveau Programme Franco dévoilé la semaine dernière par la ministre ontarienne des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, les organismes de la francophonie du Nord-Est de l’Ontario accueillent positivement l’initiative. Mais au-delà des bonnes intentions du gouvernement et de l’occasion qu’ils auront de mettre la main sur des enveloppes pouvant atteindre 50 000 $, ils ont hâte de connaitre la suite des choses.

Les nouvelles sources de financement sont toujours bienvenues, selon la directrice générale de l’ACFO du grand Sudbury, Joanne Gervais, à l’instar de bien d’autres intervenants.

Paulette Gagnon, directrice du développement de La Place des Arts de Sudbury, croit que le programme, qui prévoit verser 3 millions $ sur trois ans, «permettra au gouvernement de l’Ontario de soutenir plusieurs initiatives louables de la francophonie dans les différentes régions de l’Ontario».

Beaucoup de joueurs

En effet, les organismes sentent que beaucoup de joueurs voudront mettre la main sur une partie du premier million, qui sera remis en décembre. «C’est la première fois depuis le début des années 1990 que le gouvernement provincial débloque des fonds pour les organismes francophones en général», soutient le directeur de l’Alliance de la francophonie de Timmins, Sylvin Lacroix.

Autre signe que le bassin de demandeurs est très grand : les demandes pourront être déposées en anglais comme en français, comme le fait remarquer le président du Mouvement des intervenants en communication radio de l’Ontario (MICRO) et directeur général de la radio communautaire CKGN à Kapuskasing, Claude Chabot. Il se dit d’ailleurs inquiet que l’enveloppe ne soit pas assez importante pour répondre aux besoins des organismes qui desservent la communauté francophone.

D’autant plus que la majorité des organismes interrogés tenteront leur chance. Le centre culturel de Moonbeam déposera une demande. Dans les radios communautaires, on a confié le mandat au MICRO. L'Association française des municipalités de l'Ontario (AFMO) souhaite que tous les organismes francophones reçoivent leur part du gâteau. Mais ici comme è CKGN, on se pose la question : «1 000 000 $, est-ce suffisant vu le grand nombre d'organismes francophone qui en fera demande?»

«Il faut qu’on ait un projet et un budget qui sont suffisamment articulés pour déposer la demande et ce n’est vraiment pas clair à ce temps-ci [pour le TNO]», précise le directeur administratif du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO), Martin Lajeunesse.

Peu de temps pour la première phase

Les organismes ont seulement jusqu’au 2 novembre pour compléter l’exercice de planification et envoyer la demande. «Les délais sont relativement serrés», indique M. Lajeunesse. «Ça va favoriser les organismes qui ont déjà dans leur collimateur des projets pour lesquels ils n’avaient peut-être pas identifié toutes les sources de fonds nécessaires et ça tombe comme une manne pour ce genre de projet là.»

Le TNO attendra-t-il la deuxième phase de financement? Il semble que la Place des arts de Sudbury, en plein développement, le fera. «Le programme pourrait jouer un rôle important au cours des prochaines années, alors que l’on passe de la conception à la réalisation d’un projet immobilier de taille», indique Paulette Gagnon.

Une bonne nouvelle, mais qui ne règle pas les problèmes

Ce financement prévoyant l’appui d’initiatives ponctuelles plutôt que des fonds de roulement, des organismes comme CINN-FM et l’ACFO du grand Sudbury rappellent que les organismes devront encore se plonger dans la paperasse. À CINN-FM, on estime ne pas avoir les ressources pour ce faire.

Au fil des années, Mme Gervais de l’ACFO du grand Sudbury, a constaté que ce genre de financement couvrait rarement l’ensemble des dépenses encourues. «Il faut tout de même retrouver, dans le milieu d’une année financière, un pourcentage du financement pour le projet. Ce n’est pas toujours évident. Les budgets sont déjà assez serrés», dit-elle.

Tout de même, on y voit généralement un pas dans la bonne direction. Martin Lajeunesse établit un lien entre la création du ministère des Affaires francophones et celle de ce programme. Paulette Gagnon, pour sa part, y voit une première étape «qui permettra au ministère d’évaluer de plus près les besoins de la communauté. Cela pourrait mener à la création d’autres programmes dans le futur. »
Lu 650 fois Dernière modification le jeudi, 05 octobre 2017 14:46
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login