FacebookTwitter
mercredi, 11 octobre 2017 16:06

Améliorer l’éducation par la collaboration

Écrit par  Rachel Barber
Nord-Est de l’Ontario — Des représentants du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE), du Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières (CSCDGR), du District School Board Ontario North-East (DSBONE) et du Northeastern Catholic District School Board (NCDSB) se sont rencontrés le 2 octobre afin de discuter des possibilités de collaboration entre les quatre conseils.

Ces conseils scolaires du Nord-Est de l’Ontario ont décidé d’échanger des idées de projets qui leur permettront de collaborer davantage afin de suivre le Plan pour renforcer l’éducation en milieu rural et dans le Nord publié par le ministère de l’Éducation le 28 juin. Le gouvernement propose, entre autres, une augmentation des fonds destinés à la collaboration des conseils pour des projets d’immobilisation ainsi qu’un meilleur soutien de l’éducation rurale et nord-ontarienne.

La directrice de l’éducation du DSBONE, Lesleigh Dye, est heureuse que le gouvernement reconnaisse certains défis auxquels les conseils scolaires du Nord doivent faire face.

«De la perspective du DSBONE, avec un déclin du nombre d’inscriptions dans les écoles du Nord, il est devenu très important pour nous d’approcher nos partenaires en éducation pour voir quelles sortes d’opportunités et de collaborations sont disponibles. Avec la création du Fonds pour l’éducation en milieu rural et dans le Nord, ça nous encourage davantage à étudier les besoins de nos communautés et de voir s’il y a des occasions pour collaborer», explique Mme Dye. 

«Je pense que le gouvernement commence à comprendre certains des besoins qu’on a spécifiquement dans le Nord. Un des défis du DSBONE, c’est que plusieurs de nos édifices sont vieux et le cout pour les réparer devient éventuellement trop cher. Donc, s’il existe des façons de travailler en partenariat avec d’autres conseils scolaires et d’avoir des édifices utilisés par plus d’un conseil, je crois que ce serait avantageux pour tout le monde», poursuit-elle.

Selon les conseils scolaires du Nord, des projets d’immobilisations collectifs auront un impact positif sur l’éducation de leurs élèves. D’abord, la cohabitation d’édifices évitera la sous-utilisation des écoles existantes, ce qui permettra aux conseils de réduire les couts d’entretien et d’utiliser leur financement plus efficacement. De plus, dans le cas où une nouvelle école est construite, les élèves auraient accès à un espace plus moderne dans lequel apprendre et étudier.

Déjà en marche

Il existe déjà certains projets de collaboration entre les conseils scolaires du Nord. Par contre, le directeur de l’éducation du CSPNE, Simon Fecteau, explique qu’il y a place à l’amélioration dans les collaborations existantes et des occasions pour collaborer dans d’autres communautés.

«Le CSPNE a déjà des projets de collaboration, par exemple à Kapuskasing, où notre école secondaire Écho du Nord est à l’intérieur de l’école secondaire anglophone publique. En ce moment, c’est plus des locaux, donc c’est en partie collaboratif, mais je pense qu’il y a du travail à faire pour que ça soit encore plus un projet de collaboration qu’il l’est présentement. C’est un des exemples où on est en train de travailler pour voir de quelles façons qu’on peut s’assurer que ce soit une collaboration plus égale pour les deux parties. On a aussi des ententes de collaboration avec le CSCDGR, à Iroquois Falls entre autres. Donc il y a déjà des choses qui se passent et qui montrent que la collaboration est possible.»

M. Fecteau croit que la collaboration entre conseils aidera à surmonter quelques-uns des défis spécifiques à l’éducation du Nord de l’Ontario, mais est conscient des quantités de travail et d’énergie qui devront être mises dans un projet collaboratif.

«La collaboration prend de la volonté de la part de tout le monde et ça prend du temps. Une des choses qu’on trouve que le ministère a besoin de réaliser est que lorsque tu décides de collaborer et que tu montes un projet, spécialement un projet d’immobilisation qui est une collaboration entre deux ou trois conseils, ça va prendre du temps et ça va prendre un peu plus d’énergie que si le conseil travaillait seul. Puisqu’on a différentes valeurs et qu’on a parfois différentes façons de voir les choses, ça prend une certaine négociation pour être capable d’avoir des ententes qui sont solides.»

Malgré que les discussions entre les quatre conseils n’en sont qu’aux premières étapes, Mme Dye est optimiste. «Le DSBONE est très fier et a très hâte de pouvoir travailler en partenariat avec les autres conseils scolaires.»

Le Voyageur n’a pu obtenir les commentaires du CSCDGR.

Lu 404 fois

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login