FacebookTwitter
dimanche, 12 novembre 2017 22:59

La Voix Junior : Le cœur de Clara Lévesque est à Timmins

Écrit par 
La Voix Junior : Le cœur de Clara Lévesque est à Timmins Photo : OSA IMAGES et TVA
Timmins — Une jeune montréalaise de 13 ans, née d’une mère vietnamienne et d’un père originaire de Timmins, n’a pas tardé à épater les coachs dès les premières notes de son audition à l’aveugle à La Voix Junior en octobre dernier. Clara Lévesque a gagné la toute dernière place dans l’émission de téléréalité dans l’équipe d’Alex Nevsky.

Débordante d’énergie et de créativité, l’étudiante de secondaire 2 se dit privilégiée de faire partie d’une telle aventure qui se voudra, bien sûr, le début de quelque chose de grand. «Moi, je suis ici à La Voix parce que je veux que ce soit le début de ma carrière», déclare Clara, qui rêve de devenir chanteuse. «Je considère ça comme le premier pas dans une course, j’espère.»

Clara affirme humblement qu’elle n’avait jamais pensé un jour avoir la chance de faire partie de quelque chose d’aussi grand. «Quand on m’a dit que j’allais participer, quand on m’a confirmé tout ça — tout au long de l’aventure en fait —, je n’ai jamais arrêté d’avoir comme un buzz dans le cœur. Ça n’arrête jamais. Je suis toujours, toujours vraiment excitée d’y retourner, de me voir à la télé, de chanter et d’apprendre.»

Sa plus grande réalisation à ce jour

Avant La Voix Junior, Clara n’avait jamais chanté devant public. «Depuis le début de ma vie, je n’ai rien fait d’autre que La Voix en musique et j’ai toujours vraiment, vraiment eu le gout de me faire connaitre en musique. Je pense que depuis que je suis née, il y a quelque chose en moi qui veut toujours faire de la musique et, maintenant, c’est comme si on vient d’ouvrir les barrages et ça fait juste sortir en gros tsunami. C’est juste la meilleure expérience de ma vie.»

Elle affirme être comblée d’avoir une place dans l’équipe du chanteur Alex Nevsky et qu’une complicité s’est installée entre son coach et elle. «À mon avis, c’est le meilleur coach du monde», lance-t-elle. «On a une sensibilité qui est vraiment similaire moi et lui. On a le même sens de l’humour aussi. On fait des blagues ensemble souvent et on se comprend très, très bien. Sa musique m’inspire beaucoup.»

Par ailleurs, lorsque son coach a retourné sa chaise aux auditions à l’aveugle, Clara a laissé entrevoir une profonde émotion. «J’essayais de ne pas fondre. C’était intense. Je pense que c’était le moment le plus heureux de ma vie.»

Les duels : Mission accomplie

«Toute ma vie, je ne sentais pas avoir une place dans le monde, même pas à La Voix. Je ne sens même pas comme si j’appartenais entièrement à La Voix, mais pour la première fois dans ma vie, je sens que c’est une bonne chose», confie-t-elle au journal Le Voyageur. «Et donc, quand j’ai été choisie [à l’étape des duels], c’était un peu comme une confirmation de ça. Ça m’a vraiment touché qu’Alex ait vu quelque chose en moi que j’espérais que j’avais.»

Une évolution musicale

Clara explique qu’elle a déjà acquis un bagage musical extraordinaire à La Voix. «En fait, j’ai évolué en musique plus que je pensais qu’il était possible. Peut-être les trois quarts de chanter, c’est de la pratique et j’ai eu beaucoup, beaucoup de pratique avec La Voix. Il fallait aussi que je m’évalue moi-même, il fallait que je regarde ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas et je me suis améliorée en s’il vous plait.»

Une première prestation devant le public

Bien que Clara ait déjà donné un petit concert devant quelques parents, étant jeune, c’est lors de son audition à l’aveugle qu’elle chantait réellement pour la première fois devant public. «À part ça, à la récré, j’allais avec mes amis chanter et jouer du piano. C’était notre récré. On ne sortait pas courir, sauter et danser. Nous, on allait au piano, on relaxait et on chantait. […] Je ne chantais pas devant mes parents, parce que je trouvais ça embarrassant, mais maintenant ils le savent», mentionne-t-elle en riant.

Passionnée par la musique depuis toujours

Clara a l’impression de chanter depuis toujours; ses parents l’ayant entourée de musique depuis un très jeune âge. «Je suis complètement entourée de musique», dit-elle. «J’ai l’impression que ma personnalité aurait été tellement, tellement différente si je n’avais pas connu la musique depuis ce jeune âge-là. Moi et ma sœur, on ne faisait pas juste écouter de la musique. On participait, on dansait, on hochait de la tête et on chantait aussi. C’était l’fun au début, c’était juste le fun de chanter. Mais après c’est devenu une chose que j’ai commencé à prendre plus sérieusement. C’est ce que je veux faire dans la vie et c’est ce que j’adore faire. Si je vous dis pourquoi j’aime chanter, ça va prendre deux heures.»

S’inspirer de sa vie pour composer

Jeune pianiste depuis l’âge de 4 ans, Clara compose aujourd’hui ses propres mélodies. Elle puise son inspiration dans les toutes petites choses de la vie pour ensuite les raconter en chanson. «Je m’inspire de ma vie, de ce que je vois autour de moi et de ce que je ressens. J’ai une vie avec beaucoup d’évènements et je suis une personne qui est très observatrice», raconte-t-elle. «Je regarde tout ce qui se passe. Même la plus petite des actions d’une personne veut dire vraiment beaucoup pour moi, donc je pourrais écrire mille pages sur une toute petite chose.»

Ses racines à Timmins : La famille Lévesque

L’endroit favori de Clara est Timmins. Rendre visite à sa famille paternelle à Timmins et profiter du plein air au lac Kenogamissi et au Star Lake est une chose que Clara chérit beaucoup.

«J’ai beaucoup de famille là-bas. Du côté de mon père, mon grand-père, des oncles, des tantes, beaucoup de cousins, ils sont tous en Ontario. Y aller pour les vacances d’été, c’est mon endroit favori. Je me sens tellement bien là-bas. Parfois je me sens plus à l’aise à Timmins qu’à la maison. Tout est tellement heureux et je suis tellement en paix. Je veux y revenir avec un ukulélé, en chantant et en composant», détaille-t-elle avec enthousiasme. «Donc là, je veux revenir et redécouvrir cet endroit-là avec ce nouveau bagage que j’ai en musique. Si on me disait que je pourrais être à n’importe quelle place en ce moment, je dirais presque toujours Timmins, parce que j’adore.»

Des vacances au Star Lake, comme Justin Bieber

Il n’y a pas que Justin Bieber qui prenait plaisir à passer ses vacances au Star Lake; Clara Lévesque aussi. Son oncle lui racontait d’ailleurs que le Star Lake porte bien son nom : l’endroit des «stars».

«Quand j’étais petite, j’allais au lac Kenogamissi et au Star Lake. Je suis allée à Timmins et on parlait de Justin Bieber moi et mon oncle. Donc là, mon oncle dit : “Tu sais que sa famille, on la connait?” J’ai dit : “Non, ce n’est pas vrai!” Il dit : “Oui oui, on la connait”. Il m’a montré une photo de lui avec de la famille, qui n’était pas sur internet et tout. J’ai dit : “Wow!” Apparemment, mon grand-père faisait de la pêche avec son père.»

«Mon oncle a un chalet près du lac Kenogamissi. J’adore y aller. La meilleure chose, c’est surtout de faire du tube. C’est tellement l’fun», dit-elle en riant. «Je me sens Canadienne-Montréalaise, mais quand je suis à Timmins, je me sens très Ontarienne. Je suis comme les deux.»

En spectacle à Timmins un jour?

Après La Voix, son parcours musical ne s’arrêtera certainement pas là. Déterminée, Clara désire poursuivre ses rêves et sa passion. Aurions-nous un jour l’honneur de la voir se produire sur une scène à Timmins? «J’adorerais ça! Ce serait tellement l’fun, ce serait la meilleure affaire du monde. J’aimerais tellement y aller», conclut-elle.
Lu 8526 fois Dernière modification le dimanche, 12 novembre 2017 23:12
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple
    Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple Ontario —La pénurie d’enseignants francophones a gagné le Nord de la province. Le gouvernement a commencé à mettre en place des stratégies de promotion et de recrutement, mais les intervenants en éducation soulignent que les deux années nécessaires à l’obtention…
    Ecrit le mercredi, 14 février 2018 14:59
  • Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan
    Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan Sudbury — Les questions francophones et autochtones ont pris pratiquement toute la place lors d'une discussion ouverte entre la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, et les étudiants de l'Université Laurentienne lundi dernier. On a pu entre autres entendre la…
    Ecrit le lundi, 12 février 2018 15:57
  • Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février
    Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février Mise à jour Sudbury — L’horaire du passage à Sudbury de la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, est maintenant connu. Accompagnée par le député de Sudbury et ministre de l’Énergie, Glenn Thibault, elle visitera les trois institutions postsecondaires du…
    Ecrit le dimanche, 11 février 2018 16:00
  • Un toit pour la patinoire de Field
    Un toit pour la patinoire de Field Field — Dans le cadre de l’ouverture officielle du Carnaval de Field jeudi, les dirigeants de la Caisse populaire Alliance et la Municipalité de Nipissing Ouest ont conjointement annoncé un financement d'un projet de construction d’un toit pour la patinoire…
    Ecrit le vendredi, 09 février 2018 09:32
  • Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale
    Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale Ontario — Le 1er janvier 2018, le salaire minimum a bondi de 11,60 $ de l’heure à 14 $. Alors que certains petits commerces sont déjà touchés négativement par cette hausse, des organismes appréhendent plutôt la hausse à 15 $ le 1er janvier 2019. Le Voyageur…
    Ecrit le lundi, 05 février 2018 14:30
  • Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada
    Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada TimminsAlexya Racicot, élève de 12e année de l’École secondaire catholique Thériault, est la seule ambassadrice du Youth Advisory Board (YAB) de D.A.R.E. America au Canada depuis 2017. Le projet qu’elle a conçu après une conférence à Hawaï en mars est l’un…
    Ecrit le mercredi, 31 janvier 2018 22:30
  • 57 organismes franco-ontariens se partagent près de 2 millions $
    57 organismes franco-ontariens se partagent près de 2 millions $ Sudbury — L'annonce est tombée à 10 h mardi matin : 57 organismes, municipalités et groupes à but non lucratif ontariens recevront du financement en vertu du Programme d'appui à la francophonie ontarienne (PAFO), lancé en septembre dernier. Selon l'Assemblée de la…
    Ecrit le mardi, 23 janvier 2018 13:23

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login