FacebookTwitter
lundi, 18 décembre 2017 15:40

La liberté d’expression et les nouveaux médias

Écrit par  François Côté-Vaillancourt et Inès Bagaoui-Fradette
Le Centre d’éthique de l’Université de Sudbury est un centre de service, de recherche et de coordination qui se préoccupe des questions d’éthique contemporaines. Le Voyageur collabore avec le Centre afin de publier un texte sur une question d’éthique d’actualité une fois par mois.

L’arrivée des nouvelles technologies a révolutionné la diffusion de l’information tellement rapidement que les institutions traditionnelles peinent à garder le rythme. C’est particulièrement le cas de la législation et de la jurisprudence, qui demeurent assez vagues, voire inexistantes, dans le domaine des nouveaux médias, blogs et sites web. Au sein d’une masse immense de personnes qui communiquent les uns avec les autres, souvent de façon anonyme, il n’est pas rare qu’un cas particulier soit oublié par le système.

Au sein des médias traditionnels, la liberté d’expression est reconnue comme fondamentale et la plupart d’entre nous s’entendent pour la protéger. Or, il est plus ardu de s’assurer que toutes les plateformes d’information numériques respectent également la liberté d’expression.

En 1997, les États-Unis ont été la scène de la première décision juridique majeure portant sur la liberté d’expression sur internet, lors d’une poursuite menée par l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). La Cour suprême a tranché que le gouvernement ne pouvait pas plus restreindre l’accès à l’internet qu’aux livres ou à l’art, rapatriant en principe les nouveaux médias dans le giron des médias traditionnels.

Cependant, comme tous les autres droits, la liberté d’expression n’est pas absolue; le gouvernement peut la limiter suivant certaines justifications raisonnables. C’est par exemple le cas lorsque des personnes encouragent la participation à des actions illégales. Il est également légitime d’intercepter les menaces de violence ou la publication d’information dangereuse (par exemple, les plans d’une bombe nucléaire).

Par contre, et c’est là le nœud du problème, les médias sociaux risquent à la fois de ne pas contrôler ces formes d’expression problématiques, tout en bloquant des utilisateurs pour leur choix de vocabulaire ou leurs opinions politiques. Le tout, d’une manière qui s’éloigne considérablement de la liberté d’expression dans un journal ou un livre.

Devant des changements technologiques et sociaux très rapides, les pratiques de censure raisonnable qui existent déjà se révèlent souvent trop générales. En effet, il est presque impossible de se pencher correctement sur chaque cas particulier devant leur nombre et leur complexité croissants. À l’inverse, des formes de modération plus spécifiques du contenu en ligne sont à risque d’être plus strictes sur certaines plateformes ou de limiter la voix des minorités. On passe ainsi rapidement du respect d’autrui à la censure des points de vue marginaux, dont la colère et la rancœur sont peut-être justifiées. Dès lors que l’on souhaite que le web puisse demeurer un outil d’expression et de transformation de la société, la ligne est fine entre les formes d’expressions qui devraient être protégées, limitées ou totalement interdites.

À tout cela, s’ajoute un phénomène propre aux nouveaux médias, soit l’anonymat. Cette garantie est d’ailleurs controversée dans le monde numérique. En effet, elle apporte des avantages et protège les minorités de la domination de la majorité, mais elle peut aussi protéger des discours haineux.

On s’imagine souvent le droit comme une simple question de déterminer si une personne est coupable ou non d’un crime. Or, la plupart des situations sont bien plus complexes et la liberté d’expression en est un exemple parfait. Avant de pouvoir répartir blâmes et sanctions juridiquement, il faut immanquablement débattre du type de société que nous voulons.

Au final, un concept aussi fondamental que la liberté d’expression est souvent tenu pour acquis, mais est encore incomplet et à risque de nos jours. Même si la technologie et les mœurs se transforment rapidement, il serait bon de commencer à débattre ensemble des principes et pratiques qui encadreront les nouveaux médias afin de véritablement développer un fil directeur équivalent à celui guidant les médias traditionnels.

Inès Bagaoui-Fradette, étudiante à l’Université Laurentienne
François Côté-Vaillancourt, professeur à l’Université de Sudbury
Lu 3057 fois

Actualité du Nord

  • Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario
    Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario Sudbury et Timmins — Valérie Demers de Timmins, Miss South Porcupine, sort grande gagnante du concours Miss North Ontario Regional Canada Pageant 2019 qui a été présenté à Sudbury du 9 au 11 mai. Mme Demers n’est pas la seule Franco-Ontarienne…
    Ecrit le lundi, 13 mai 2019 10:10
  • Quelle est la différence entre une IP et une IA?
    Quelle est la différence entre une IP et une IA? Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 15:45
  • Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé
    Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé Timmins — Le futur Centre de santé communautaire de Timmins a trouvé sa première directrice générale en la personne de Julie Béchard. Elle entrera en fonction le 21 mai. Mme Béchard est la directrice générale et fondatrice du Centre Passerelle…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 11:46
  • La Place des Arts a trouvé son premier directeur général
    La Place des Arts a trouvé son premier directeur général Sudbury — Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.…
    Ecrit le mardi, 07 mai 2019 10:00
  • 100 ans de présence francophone à Kirkland Lake
    100 ans de présence francophone à Kirkland Lake Kirkland Lake — Les élèves et le personnel de l’École secondaire catholique Jean-Vanier ont présenté une soirée de reconnaissance des fondateurs francophones qui se sont installés à Kirkland Lake au début du XXe siècle. Dans le cadre du 100e anniversaire de la…
    Ecrit le jeudi, 02 mai 2019 13:00
  • Il y a plus de théâtre en français que l'on pense
    Il y a plus de théâtre en français que l'on pense Sudbury — L’École secondaire catholique l’Essor de Tecumseh repart du Festival Théâtre action en milieu scolaire (FTAMS) avec le prix Première ligne pour le meilleur texte pour leur pièce Au-delà du cadre. Cependant, le jury a tenu à remettre une…
    Ecrit le mardi, 30 avril 2019 15:44
  • Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle
    Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle Bonfield et North Bay — Natalie Daoust, une jeune femme de 24 ans qui demeurait à Bonfield jusqu’à tout récemment, commence tranquillement à regagner ses forces à la suite d’une greffe des deux poumons. Souffrant de problèmes pulmonaires depuis quelques années,…
    Ecrit le mercredi, 24 avril 2019 14:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login