FacebookTwitter
mercredi, 14 février 2018 06:00

Pour une justice plus juste

Le récent procès et l’acquittement du fermier Gerald Stanley, accusé du meurtre de Colten Boushie, soulèvent l’indignation des peuples autochtones et de plusieurs Canadiens. Un jury composé exclusivement de blancs a trouvé Stanley non coupable du meurtre non prémédité du jeune autochtone. La famille Boushie avait d’ailleurs prédit une injustice lorsque le jury avait été choisi au tout début du procès. Plusieurs réclament aujourd’hui des changements à notre système de justice.

Un peu de background. L’affaire commence le 9 aout 2016, alors que Boushie et quatre ami(e)s se retrouvent avec un pneu crevé après avoir roulé pendant des heures sur les petites routes rurales de la Saskatchewan. Les jeunes avaient consommé de l’alcool et ils transportaient une arme. Ils se sont arrêtés dans la ferme de Stanley afin, disent-ils, d’obtenir de l’aide.

À partir de là, les témoignages sont discordants. Une chose est sure, Gerald Stanley est entré dans son garage, en est ressorti avec un pistolet automatique et a tiré sur la voiture dans laquelle se trouvait encore Boushie et sa petite amie. Boushie est mort d’une balle dans la tête. Stanley affirme que c’était un accident.

L’acquittement de Stanley vendredi dernier a donné lieu à plusieurs manifestations à travers le pays et à plusieurs déclarations dans les journaux et réseaux sociaux. La plupart réclament une justice plus équitable envers les autochtones et les minorités et accusent la pratique juridique appelée récusation péremptoire.

Cette pratique est un des fondements de notre système juridique, où un accusé a le droit d’être jugé « par ses pairs ». Elle permet aux avocats des deux parties, Couronne et Défense, de rejeter un certain nombre de jurés potentiels sans donner de raison. Dans le cas de Gerald Stanley, ses avocats ont automatiquement rejeté plusieurs jurés potentiels autochtones. Seuls des jurés blancs ont été choisis. Ce qui fait dire à plusieurs éminents juristes qu’il était impossible pour ces jurés de comprendre la situation et les motivations des jeunes autochtones lorsqu’ils se sont arrêtés sur la ferme de M. Stanley.

La question est complexe. Stanley est blanc et il a été jugé par un jury « de ses pairs ». Nulle part dans la loi dit-on qu’un jury devrait aussi être composé des pairs de la victime. Le procès a donc suivi les règles juridiques actuelles. Plusieurs veulent donc les changer.

Une des lacunes du système actuel de jury réside dans le fait qu’il n’y a pas beaucoup d’autochtones sur les listes de jurés potentiels. Et ces listes sont administrées par les provinces. Dans certaines provinces, il faut être propriétaire ou détenir un permis de conduire ou être inscrit sur la liste électorale. Or, plusieurs autochtones ne se qualifient pas.

Notre système judiciaire s’est penché plusieurs fois sur la sous-représentation autochtone sur les jurys. En 1991, un Rapport d’enquête sur la justice autochtone au Manitoba soulevait la question. En 2013, un rapport de l’ancien juge de la Cour suprême, Frank Iacobucci, présentait plusieurs recommandations pour augmenter le nombre de jurés autochtones en Ontario. En 2015, le procès pour meurtre d’un autochtone s’est rendu jusqu’en Cour suprême sur cette question de jury des pairs. Mais rien n’a changé.

Si quelque chose de positif devait sortir du procès Stanley, ce serait de rétablir un équilibre entre les droits de l’accusé et ceux des victimes, surtout quand elles sont issues de minorités.

Lu 1123 fois Dernière modification le mardi, 13 février 2018 15:00
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39
  • Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne
    Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne Sudbury — Martine Belanger, diplômée du programme francophone de sciences infirmières de l’Université Laurentienne de Sudbury depuis le mois de mai, a remporté l’un des trois prix Coup de cœur du jury lors du 7e Congrès mondial des infirmières et infirmiers…
    Ecrit le jeudi, 28 juin 2018 12:42
  • Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements?
    Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements? Sudbury — «Un environnement de travail toxique» : le terme a été utilisé plus d’une fois par des employés et la clientèle lors de l’assemblée générale annuelle du Centre de counselling de Sudbury (CCS) samedi dernier. Les relations entre la…
    Ecrit le mercredi, 27 juin 2018 10:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login