FacebookTwitter
mercredi, 25 avril 2018 06:00

1, 2, 3, Go!

Il est habituel que, juste avant une élection, un gouvernement soit plus préoccupé à garder le pouvoir qu’à desservir le bon peuple. C’est ainsi que plusieurs projets de loi ou de financement finissent par mourir, faute de temps pour les adopter. Exemple : le futur centre de santé communautaire de Timmins.

Après 28 ans de démarchages de toutes sortes pour créer un centre de santé dans cette ville, tous les astres se sont finalement alignés en janvier dernier. C’est à ce moment que le Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Nord-Est a finalement envoyé une recommandation unanime au ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario favorisant la création d’un tel centre. Depuis, le projet est sur le bureau de la ministre, la Dre Helena Jaczek.

On dit que le personnel du ministère fait des pieds et des mains pour que le projet voit le jour. Le hic!, c’est que la session parlementaire sera abrogée le 3 mai, autrement dit la semaine prochaine, afin de lancer la période électorale. Au moment où nous écrivons ces lignes (le mardi 24 avril), ça ne laisse qu’à peine une semaine pour annoncer la création du centre. La rumeur voudrait que le ministère attende la nomination de son candidat libéral pour l’élection dans Timmins pour dévoiler le projet. C’est de bonne guerre, mais ça rend les francophones de Timmins nerveux.

Il est inconcevable que ce projet tombe à l’eau.

Les francophones de Timmins ont travaillé d’arrachepied pour que le projet se rende enfin chez la ministre. Rappelons que l’idée d’un centre de santé communautaire pour desservir les quelque 15 000 francophones de Timmins — sans compter les quelques milliers des communautés environnantes — a premièrement vu le jour en 1990. Ça n’a pas marché. Un nouveau groupe a relancé le projet en 2000 et tente depuis de convaincre le gouvernement et ses agences de sa nécessité. Il aura fallu deux rapports favorables, des mises en demeure de la part d’avocats et finalement une menace de recours collectif pour que le projet soit adopté à l’unanimité par le RLISS. Il fait cependant du surplace à Queen’s Park depuis 3 mois.

Le projet actuel inclut trois modèles de centre basés sur l’achalandage. Tous prévoient un arrimage avec les services de santé déjà existants dans la région. Le premier modèle, qui desservirait quelque 14 300 patients, couterait 2 946 000 $ annuellement; le second, pour 18 400 clients, couterait 3 800 000 $; le troisième scénario prévoit 20 500 patients et nécessiterait près de 4 millions $ par année. Le comité de Timmins croit pouvoir obtenir un édifice gratuitement pour loger le centre. Les rénovations y couteraient de 11 à 14 millions $. Le comité affirme que ces chiffres sont en ligne avec les couts dans les centres déjà existants en province.

Il est possible que le bureau de la Dre Jaczek fouille présentement dans le budget provincial afin d’y dénicher les sommes nécessaires. Encore là, c’est compréhensible, mais toute la communauté franco-ontarienne les exhorte à bouger. Go!, il reste peu de temps.
Lu 1229 fois Dernière modification le mardi, 24 avril 2018 15:01
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login