FacebookTwitter
mercredi, 16 mai 2018 00:00

Roubidou - partie 2

Écrit par  Chloé Thériault
Le journal Le Voyageur, en association avec le Collège Boréal, a préparé quelque chose de très spécial à l’occasion du Salon du livre du Grand Sudbury.

Voici la deuxième partie d’une histoire écrite par l’étudiante en théâtre et jeune auteure Chloé Thériault. La particularité de cette histoire : VOUS choisissez la suite. L’histoire sera divisée en quatre parties et prendra fin dans l’édition du 13 juin.

À la fin des trois premières parties, les lecteurs choisissent la prochaine action du personnage principal, ce qui influencera la création de la suite de l’histoire. Chloé écrira la suite à partir du choix qui aura reçue le plus de votes.

Pour cette deuxième partie, vous avez jusqu’au 24 mai 2018 à midi pour voter :
  • par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Mettez Roubidou 1 ou Roubidou 2 comme sujet, selon votre choix. Si vous utilisez un logiciel pour vos courriels, vous pouvez cliquer sur la réponse pour nous l'envoyer;
  • par le biais du sondage sur la page Facebook du Voyageur;
  • par le formulaire que vous retrouverez à la fin du texte.
Cliquez ici pour relire la première partie. Les lecteurs ont choisi : 1) Dominik répond que les pitbulls ne sont pas tous méchants et que le code rouge était exagéré...




Wow, un code rouge à cause d’un pitbull… Je réponds :

«Les pitbulls sont même pas dangereux monsieur Grégoire. Y’a toutes sortes de lois qui interdissent l’adoption des pitbulls, mais j’pense que c’est l’amour que tu donnes au chien qui détermine son caractère et ses actions. Vot’e code rouge était exagéré.» Et là, j’ai vu la fin de mes jours dans les yeux de monsieur Grégoire.

«Si mon code rouge est exagéré, ta retenue ce soir ne l’est pas. Mais on s’y voit quand même mademoiselle.»

Ugh. Nooooooon. Pas une retenue… Monsieur me fait signe de retourner en classe pour la dernière demi-heure d’école. Je marche tranquillement, jusqu’à temps que je tourne le coin et je sors de l’école.

Rendu dehors, mon sentier préféré m’attend. Celui qui passe entre l’école et ma subdivision. Je marche assez vite pour me sentir moins mal de quitter l’école trop de bonheur quand, tout à coup, je fige. Tous les muscles de mon corps sont paralysés de terreur. On dirait que mon cerveau ne croit pas vraiment ce qu’il y a devant moi, mais mon cœur oui, car il bat plus vite que Flash. Le pitbull. Le freaking pitbull est là. Drette là, devant moi.

Il a la queue raide et le corps engagé, comme s’il s’apprête à tuer sa proie… moi! Il n’a pas de collet… un sauvage en plus! Dans cette instance, j’ai compris le code rouge, j’ai compris Monsieur Grégoire, j’ai compris que j’aurais dû rester à l’école, même si je ne trouve pas ma place, même si personne ne me regarde avec des beaux yeux. Je sens les larmes qui montent et qui s’échappent de mes yeux. J’essaie de ne pas faire de bruit, mais le pitbull se rapproche de moi très lentement. Je me sens comme dans un cauchemar où j’essaie de courir, mais mon corps ne bouge pas.

«As if que c’est comme ça que je vais mourir».

C’est là que je pleure plus fort.

«Pleurrrrre pas.»

J’ouvre mes yeux. Le chien, yé assis devant moi avec la bouche ouverte.

«Roufff, pleurrre pas!»

Ok... C’est sûr que je suis en train de virer folle!

«Es-tu corrrect? Je ne morrds pas.»

Je n’arrive pas à parler. L’adrénaline a figé tout mon corps. What the heck…

«Je m’appelle Roubidou.»

OMG, un chien qui parle. Je SAVAIS que les animaux pouvaient parler!!! Mais c’te chien icitte est pas très bon pour cacher le secret… J’suis pas trop sure quoi dire. J’relaxe un peu.

«Moi je m’appelle Dominik… Merci d’avoir causé un code rouge, j’ai pu manquer ma dernière période.»

«Un code rouge?! Ah, même à Norrrdburrdy ils ont peur de moi! Oh, je n’ai pas de chance!», Réponds Roubidou, qui commence à pleurer.

À ce temps-là, j’entends la cloche de l’école pas trop loin qui sonne. Je fais signe à Roubidou de me suivre en courant pour ne pas qu’il terrorise les p’tits 7e années. Je cours jusqu’au Macs pas loin de chez moi, puis on se cache derrière.

«Tu vois, il faut toujourrrs que je me cache! Comme si je suis une matièrrre illégale.»

J’allais corriger Roubidou pour lui dire qu’il EST illégal, mais, au lieu, je réponds :

«Moi, j’ai pas peur de toi, Roubidou. Bin, avant oui, pis tu es quand même un chien qui parle et c’est bizarre, mais moi aussi je suis la personne bizarre de l’école. Personne me parle plus que ça, parce que je ne suis pas comme eux.»

«Qu’est-ce que tu veux dirrre “pas comme eux”? Tu me sembles êtrrre parfaitement norrrmale!»

Je lui explique que moi, j’suis pas trop sociale à l’école. J’ai de la misère à me faire des amis parce que j’me sens comme si tout le monde me juge, ou que j’porte pas des choses à la mode ou whatever. Alors je me suis donné l’image rebelle, genre «parle-moi pas», pour me protéger.

«C’est bizarrrrre ça, toi tu te donnes l’allure ‘“dangerrreuse” pis moi j’essaie de m’en débarrrrrasser!»

«Roubidou, t’as pas de collet… tu viens d’où? Des fermes dans vallée? Le bois?»

«Dans la Vallée de Pâquesville, y’a une mine secrète pour les réfugiés comme moi qui ne sont pas acceptés dans la société… qui ne trouvent pas leur place.»

Choisissez la suite de l’histoire! Quelle sera la prochaine action de Dominik?
(Si vous utilisez un logiciel pour vos courriels, vous pouvez cliquer sur la réponse pour nous l'envoyer.)

1) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 506 fois Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:02

Actualité du Nord

  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39
  • Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne
    Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne Sudbury — Martine Belanger, diplômée du programme francophone de sciences infirmières de l’Université Laurentienne de Sudbury depuis le mois de mai, a remporté l’un des trois prix Coup de cœur du jury lors du 7e Congrès mondial des infirmières et infirmiers…
    Ecrit le jeudi, 28 juin 2018 12:42
  • Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements?
    Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements? Sudbury — «Un environnement de travail toxique» : le terme a été utilisé plus d’une fois par des employés et la clientèle lors de l’assemblée générale annuelle du Centre de counselling de Sudbury (CCS) samedi dernier. Les relations entre la…
    Ecrit le mercredi, 27 juin 2018 10:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login