FacebookTwitter
mercredi, 15 août 2018 16:00

Chronique d’humeur : Mon une piastre

Écrit par 
Comme tout bon gouvernement, les conservateurs ontariens ont rapidement compris — peut-être même plus vite que les autres — comment [tenter] de faire croire qu’une de leur mesure insignifiante était une bonne nouvelle.

La bière à 1 $ par canette a été vendue comme la nouvelle économique de la semaine par les conservateurs. Oublions le fait que la mesure sera effective après la saison des terrasses et concentrons-nous sur ce qui est vraiment important : vous nous faites perdre notre temps, monsieur le premier ministre.

Le prix minimum jusqu’au 27 aout est de 1,25 $... grosse différence. Aucune bière n’est vendue à ce prix en ce moment de toute façon. Les moins chères sont 1,60 $. Dans un monde où tout coute de plus en plus cher, qui pourra baisser ses prix? Les taxes provinciales à elles seules empêcheront le rêve de Doug Ford de se réaliser et il n’a pourtant rien promis sur ce sujet. Le seul gain, pour ceux qui pourraient y arriver, est plus de markéting gratuit.

Si une guerre de prix devait survenir, et si les consommateurs embarquent, les perdants seraient les microbrasseries, ces petits entrepreneurs à qui l’ont doit la dynamisation de ce marché en Ontario, qui font des produits de qualité et qui ont le désire de payer les employés un salaire décent. Produire une canette leur coute déjà plus de 1 $.

Les seules entreprises qui pourraient se permettre de tomber si bas sont les très grands brasseurs, comme Labatt et Molson. De toute façon, si vous voulez mon avis, toutes leurs bières goutent déjà le... un liquide jaune et chaud. Est-ce que quelqu’un sait si M. Ford a des amis dans ces entreprises?

Donc, une annonce complètement inutile, dont personne n’avait besoin et qui ne changera (très probablement) rien dans la vie des Ontariens.

Peut-on gouverner plus sérieusement, svp!!!


Une quinzaine de microbrasseries ont participé au Craft Beer Festival au centre-ville de Sudbury samedi. Aucun des entrepreneurs présents n’a l’intention d’essayer de vendre de la bière à 1 $. — Photo : Julien Cayouette



Aussi triste peuvent être les conséquences de la guerre diplomatique entre le gouvernement du Canada et celui de l’Arabie Saoudite, il me semble que ça fait du bien de voir un gouvernement canadien mettre ses culottes et ses gants de boxe en matière de droits de la personne.

Ce genre de chicane est souvent dominée par les aspects économiques, qui ramollissent les jambes du pays critiqueur. La question des étudiants saoudiens qui doivent quitter nos universités, emportant avec eux leur devise étrangère que les administrations universitaires convoitent tant, a tout de même fait surface, mais l’impact sur l’économie entière était trop faible pour créer une réaction forte.

Il reste de plus en plus vrai, malheureusement, que l’argent mène le monde, mais il y a autre chose à défendre dans notre société de plus en plus globale, des choses qui devraient être considérées comme plus importantes que l’argent. Pour un pays qui veut une place au conseil de sécurité de l’ONU, qui se dit ouvert, qui est un pionnier des missions de paix, la réaction de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, était la bonne.

Lu 776 fois Dernière modification le mardi, 14 août 2018 14:47
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login