FacebookTwitter
jeudi, 18 octobre 2018 09:00

Chapleau : Développement versus prudence fiscale

Écrit par 
Chapleau : Développement versus prudence fiscale Photo : Courtoisie
Chapleau — Au cours de l’été, deux résidents de Chapleau ont déposé leur candidature pour le poste de maire. Les électeurs iront aux urnes lundi, comme dans toutes les municipalités ontariennes, pour choisir les candidats qui siègeront au conseil municipal de cette communauté rurale de près de 2000 habitants.

Le maire sortant, Michael Levesque, espère pouvoir à nouveau diriger le canton en favorisant le développement économique et l’amélioration des infrastructures municipales. Son rival, Ryan Bignucolo, propose d’alléger le fardeau fiscal des contribuables en trouvant de nouvelles sources de financement pour réaliser des projets municipaux. Les deux candidats ont répondu aux questions du Voyageur.

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à la mairie?
M. Levesque :
J’espère solliciter un deuxième mandat afin de continuer les travaux entamés par le dernier conseil municipal. L’infrastructure du canton est l’une de mes priorités. Le conseil municipal a pu obtenir 9,6 millions $ pour des projets d’immobilisation qui ne couteront que 13 % du cout total [1,3 million $], sans une augmentation à la facture des contribuables. Même si j’ai des rides sur le visage, ça ne devrait pas m’empêcher de jouer un rôle de leadeur dans la communauté. Je veux redonner à Chapleau, car c’est une place qui m’a permis de gagner ma vie en tant que professeur et directeur d’école et où j’ai élevé ma famille.
R. Bignucolo : Je crois que Chapleau est à un point critique. Nous vivons dans une petite communauté isolée et si nous souhaitons survivre et prospérer, nous avons besoin d’un maire avec une vision. À l’heure actuelle, le leadeurship a laissé tomber la communauté et nous sommes à risque d’avoir une population et une économie stagnante. Nous avons besoin d’un maire qui cherchera à l’extérieur de la communauté pour des subventions et de l’appui, qui attirera de nouveaux investissements, qui travaillera avec l’industrie et qui apportera de nouveaux résidents à notre communauté avec de bons emplois et un style de vie enrichissant.

Que comptez-vous réaliser en tant que maire?
M. Levesque :
Je propose le développement d’un programme équilibré pour adresser les enjeux de l’économie, de la fiscalité, de l’administration et de la qualité de vie de nos résidents. Je veux continuer à améliorer notre infrastructure, favoriser le dialogue avec la mine Goldcorp et le moulin Ryam, assurer la qualité des chemins et développer une route d’urgence pour pouvoir sortir de la ville. Il faut aussi maintenir notre approche de travail d’équipe en collaboration entre le conseil municipal et l’administration de la ville. De plus, il faudra continuer à dialoguer avec le conseil d’administration de la maison des ainés Boréal et rétablir certains comités, dont des services culturels et des loisirs, du musée et de l’embellissement de la communauté.
R. Bignucolo : Mon mandat va miser sur la croissance, c’est-à-dire l’arrêt du déclin de la population. Je veux faire tout ce qui est requis pour donner de bonnes raisons de rester à Chapleau — et de déménager ici. Je veux amener plus de résidents dans notre ville pour renforcer l’économie, pour élargir la base d’imposition, et épanouir la communauté. Chapleau a besoin d’un leadeur qui peut travailler avec tous les paliers gouvernementaux et qui peut voyager vers Ottawa et Toronto pour agir à titre d’ambassadeur et de champion de Chapleau.

Quels sont les dossiers importants du Canton?
M. Levesque :
Il y a quatre dossiers importants, soit la sécurité financière, le logement, l’infrastructure et la qualité de vie. Nous n’avons pas encore déterminé comment le changement du gouvernement provincial va avoir un impact sur notre budget municipal. Nous avons des difficultés à combler le manque de logements, une situation qui pourrait s’aggraver lorsque la production de la mine va augmenter. Il faut aussi moderniser nos égouts et notre système d’eau potable.
R. Bignucolo : Les impôts augmentent, notre population est en déclin et nous ne faisons pas assez pour l’empêcher. Chaque année, nous consacrons environ 750 000 $ pour divers projets d’infrastructure et ce n’est pas soutenable. Nous devons trouver des subventions à l’extérieur de Chapleau, [ce qui veut dire aller directement aux bailleurs de fonds et de ne pas abandonner avant d’avoir reçu de l’argent]. À l’heure actuelle, notre leadeurship refuse d’investir dans l’avenir de notre ville. Nous avons besoin de meilleurs chemins, plus d’investissements et de meilleures raisons pour attirer de nouveaux résidents et retenir notre population. Un changement est nécessaire si nous voulons réussir et avoir une communauté durable.

Quels sont les enjeux de la communauté francophone?
M. Levesque :
La population francophone semble satisfaite des services offerts par la municipalité. Nos publications sont traduites simultanément et l’Hôtel de ville offre des services dans les deux langues. Le conseil municipal est ouvert à adresser de nouveaux enjeux qui surviendront dans le futur.
R. Bignucolo : Je suis bilingue et je reconnais qu’il y a certains problèmes pour les francophones dans notre communauté. Nous avons besoin d’un maire qui sera plus inclusif. Nous devons célébrer des évènements pour souligner les contributions de nos francophones. Nous vivons dans une petite ville, mais nous sommes une grande famille. Nous devons célébrer toutes les cultures dans notre communauté. Les futures communications de la municipalité doivent aussi inclure les francophones. Il y a plusieurs sujets à explorer et ma porte sera toujours ouverte pour écouter une fois que je serai élu.

Abonnez vous
Lu 2121 fois Dernière modification le mercredi, 17 octobre 2018 22:49
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login