FacebookTwitter
mardi, 30 octobre 2018 15:32

Je pense que mon amie subit de la violence...

Écrit par  Madeleine


Question

Je vous écris aujourd’hui, car je ne sais plus quoi faire. J’ai une amie qui a souvent des marques sur le corps et semble toujours très nerveuse. J’ai l’impression qu’elle est victime de violence conjugale. À chaque fois que je lui demande comment se fait-il qu’elle ait des bleus au visage ou sur les bras, elle me répond qu’elle est tombée ou que son ls, sans le faire exprès, l’a bousculée. Je pense que mon amie me cache la vérité, elle n’ose peut-être pas parler. Je connais peu son conjoint et il est charmant avec moi quand je vais chez eux. Cependant, un jour lorsque je suis allée chercher mon amie pour une sortie au cinéma, j’ai remarqué que son conjoint la fusillait du regard et j’ai senti une forte tension. Une autre fois, j’ai demandé à mon amie si on la maltraitait, elle m’a regardée terrorisée et m’a fuie pendant des semaines. Elle ne répondait même plus à mes appels téléphoniques.

Qu’est-ce que je peux faire pour l’aider? Y a-t-il des ressources pour les femmes victimes de violence conjugale?



Réponse

J’aimerais d’abord vous féliciter de vous préoccuper ainsi du bien-être de votre amie. D’après ce que vous me dites, il y a de fortes chances que votre amie soit en e et victime de violence conjugale. Son attitude de repli est courante chez les femmes violentées, elle a peut-être honte de sa situation, car la violence est encore pour plusieurs un sujet tabou. C’est aussi une chose très dificile à dénoncer, car elle peut craindre la réaction de son conjoint. Il y a des ressources pour les femmes victimes de violence conjugale.

Au départ, je vous suggère de contacter la ligne provinciale de soutien Fem’aide au 1 877 336-2433, ATS : 1 866 860-7082 et de parler avec une intervenante. Elle pourrait vous aider à trouver des moyens d’aborder le sujet avec votre amie de façon à ce que celle-ci ne se sente pas menacée, et vous donner des informations sur les services disponibles dans votre région. Il est certain que votre amie devra elle-même faire les démarches, et il est possible que cela prenne du temps, il n’est pas rare que les femmes attendent d’être rendues « au bout » avant de faire appel aux services. Il est important de demeurer patiente, de respecter son rythme et de continuer à lui accorder votre soutien.



Ce texte, tiré de faits vécus, est produit par Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF) et vise la sensibilisation du public à la violence faite aux femmes. www.aocvf.ca.
La production de cette fiche a été rendue possible grâce à une contribution financière du gouvernement de l’Ontario.
Les vues exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du gouvernement de l’Ontario.

Lu 374 fois Dernière modification le mardi, 30 octobre 2018 16:19

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login