FacebookTwitter
lundi, 18 février 2019 11:42

Hurlement de joie pour la Meute culturelle de Lafontaine

Écrit par 
Le directeur du CFOF, Patrick Breton, remet le Billochet du jongleur à Joëlle Roy et Martin Lalonde de la Meute culturelle de Lafontaine. Le directeur du CFOF, Patrick Breton, remet le Billochet du jongleur à Joëlle Roy et Martin Lalonde de la Meute culturelle de Lafontaine. Photo : Julien Cayouette
Sudbury — Le prix le Billochet du jongleur a été remis cette année à la Meute culturelle de Lafontaine. L’organisme est à l’origine du Festival du loup de Lafontaine, dans la région de la baie Georgienne, et d’initiatives de plus en plus nombreuses afin de célébrer l’histoire francophone de la région.

Ce prix vient couronner le travail des bénévoles et celui de Martin Lalonde, qui a pris la tête du premier festival et qui y est toujours impliqué. Lui et l’actuelle directrice générale de La Meute culturelle, Joëlle Roy, ont fait le voyage à Sudbury pour recevoir le prix dans cadre du Souper du patrimoine du Centre franco-ontarien de folklore (CFOF) le samedi 16 février.

«Ça signifie que ce qu’on fait résonne en dehors des murs du village, note Mme Roy. Qu’il y a des gens qui trouvent que c’est une bonne idée, ce que l’on fait et comment on le fait. Alors ça, ça fait du bien.»

Le Festival du loup en sera à sa 16e édition en 2019, «il est solide», ajoute le directrice. Si l’idée originale de la Meute culturelle était d’établir un musée autour de l’histoire francophone de Lafontaine et sa légende du loup qui a permis d’unir le village, cette idée a été mise de côté en faveur du festival, qu’ils ont évalué être plus viable et soutenable financièrement. Ce prix semble leur donner raison, croit Mme Roy.

«Au premier festival, la réaction que j’ai remarquée, c’était la fierté des villageois, ajoute M. Lalonde. Parce qu’ils avaient vécu la crise scolaire et [les francophones] n’étaient pas valorisés. Et là, tout à coup, il y avait quelque chose de bien, quelque chose avec lequel ils pouvaient s’identifier.»

Mme Roy croit également que le festival permet d’associer la francophonie à la célébration, plutôt qu’aux revendications. «C’est notre patrimoine qu’on célèbre, notre langue, notre culture et nos chansons», explique M. Lalonde.

Lafontaine est dans un canton où il y a seulement 12 % de francophones, 3 % au total dans le comté de Simcoe. «C’est vraiment un village gaulois», compare Mme Roy. Mais elle est témoin de la contribution positive du festival pour le fait français et la culture perdue par certains.

Le Billochet du jongleur est remis annuellement depuis 2002 à une personne, un groupe ou un organisme qui fait un travail exceptionnel de promotion du patrimoine oral franco-ontarien.

Abonnez vous
Lu 1072 fois Dernière modification le lundi, 18 février 2019 11:46
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login