FacebookTwitter
jeudi, 21 février 2019 14:51

Visite à Sudbury de l’autrice de la BD Assignée garçon

Écrit par 
Visite à Sudbury de l’autrice de la BD Assignée garçon Images : www.serioustransvibes.com
Sudbury — Sylvie Liard trouve que les jeunes Sudburois qui ont une identité non binaire manquent de modèles, surtout en français, et que les discussions se retrouvent trop souvent confinées dans des cercles fermés. C’est pourquoi elle a voulu inviter la bédéiste Sophie Labelle à Sudbury après avoir découvert son travail.

«Le contenu est vraiment accessible. Ça touche tous les âges», décrit Mme Liard. «C’est aussi un modèle de succès francophone, d’une expérience d’être une adulte trans. Ce n’est pas un discours que l’on voit beaucoup.»

Sophie Labelle est l’autrice derrière la série de bandes dessinées Assignée garçon, et bien d’autres, publiées en anglais et en français sur internet.

Son but premier est de divertir et non pas de faire la morale. «C’est rapidement devenu pour moi un moyen de remplir un besoin que j’avais en grandissant de voir des personnages qui me ressemblaient et qui avaient des expériences similaires à la mienne, ce que je voyais très peu dans les médias.»

En fait, de son point de vue, les choses ne se sont pas améliorées depuis. Les personnages transgenres dans les médias sont souvent «le méchant dans le film» ou l’objet de risées. Sophie Labelle déplore également le fait que de «militer pour que les personnes trans aient moins de droits est une position légitime dans les médias».

Elle se défend cependant d’être éducatrice ou porte-parole au nom de la communauté trans, «moi, ce que je fais, ce sont des bandes dessinées qui ont comme audience cible des personnes LBGT». «Ce que je veux, c’est qu’on célèbre la diversité sans que ça devienne un objet de curiosité ou de savoir avant de traiter les personnes trans avec normalité.»

«On mélange souvent l’orientation sexuelle et l’expression de l’identité de genre, rappelle Sylvie Liard. Ce n’est pas quelque chose qui est assez bien compris.» Il y a vraiment une différence entre l’attirance et «comment je me représente dans le monde, en société».

La qualité de vie, et même l’espérance de vie, des personnes trans ou non binaire est très basses selon les statistiques. Mme Liard croit que les écoles ont un grand rôle à jouer dans le soutien des jeunes en questionnement, surtout ceux qui n’auraient pas un milieu familial en mesure de les appuyer.

Le français problème

Sylvie Liard constate que la langue française crée un défi de plus pour les gens non binaires, peu importe leur âge. Lorsque l’on parle de quelqu’un, le français impose de choisir «il» ou «elle», ce à quoi ne s’identifient pas toujours les non binaires.

«Les pronoms neutres en français sont quelque chose que l’on rajoute à la langue, ça serait un changement culturel. Il faudrait imposer ce changement-là et disons que les francophones sont réticents», argumente Mme Liard.

Dans ses bandes dessinées, Sophie Labelle utilise entre autres un vocabulaire épicène, soit des mots qui ont la même forme au masculin ou au féminin ou qui assignent un genre au reste de la phrase, comme : cette personne est heureuse...

Sophie Labelle décrie l’argument qui dicte que l’utilisation du masculin neutre est une longue tradition de la langue. «Ça date du milieu du 19e siècle en fait, que le masculin l’emporte est une idée très récente.»

Le français aura aussi besoin d’évoluer pour inclure plus de termes qui servent à décrire les différentes expériences de genre, croit Sophie Labelle. En ce moment, il y a beaucoup trop de transgenre et de non binaire qui choisissent de simplement communiquer en anglais pour éviter de choisir son genre français.

Présentation bilingue

Le 25 février à 18 h, Sophie Labelle sera à la succursale du centre-ville de la Bibliothèque publique du Grand Sudbury dans le cadre d’une tournée canadienne, après avoir passé la journée à l’école Sudbury Secondary. Sylvie Liard remercie La Cuisine, Sew Local et CEIU-SEIC (section) Local(e) 534 qui lui ont permis de faire venir Sophie Labelle.

Elle parlera de son travail de bédéiste, mais aussi de son expérience en tant que personnalité en ligne et du harcèlement vécut. Le reste de la rencontre suivra les questions des jeunes présents. La rencontre se déroulera davantage en anglais, mais Sophie Labelle est bilingue et pourra répondre en français aux questions. On peut également voir son travail sur www.serioustransvibes.com.


Photo : assigneegarcon.tumblr.com

Abonnez vous
Lu 3254 fois Dernière modification le mercredi, 27 février 2019 11:22
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login