FacebookTwitter
mercredi, 20 mars 2019 09:29

Ah, les impôts!

À ce temps de l’année, les Canadiens sont en train de remplir leur déclaration d’impôts. Encore cette année, nous le ferons tous selon les normes inscrites pêlemêle dans un code qui n’a pas été revu depuis les années 1960. Au moment d’écrire ces lignes — lundi 18 mars — le ministre des Finances, Bill Morneau, n’a pas encore présenté son budget, mais on dit déjà qu’il ne comportera pas de revue en profondeur du code des impôts. Grave erreur si c’est bien le cas.

Les lecteurs du Voyageur se rappelleront sans doute notre éditorial du 30 janvier dernier dans lequel nous exhortions le ministre à se retrousser les manches et d’entreprendre un tel exercice de modernisation. Nous soulevions alors plusieurs aspects du code qui devraient être mis à jour. Le plus important est bien sûr la réduction de la disparité financière entre les ultra riches et le commun des mortels. Nous continuons de croire qu’en négligeant cet immense défi, les gouvernements fomentent actuellement le mécontentement, et même la révolution.

Depuis quelques jours, les fonctionnaires du ministère des Finances ont laissé filtrer quelques renseignements sur le prochain budget. Ils expliquent que l’énoncé financier de l’automne dernier tentait surtout de répondre aux revendications des entreprises en réduisant leurs taux d’imposition et en leur permettant d’amortir leurs dépenses plus rapidement. Le but étant de stimuler l’économie. Il n’y avait pas grand’chose là-dedans pour le vrai monde.

Or, les bribes de renseignements qui ont déjà coulé indiquent que le budget de cette semaine veut plutôt aider les individus. On parle notamment d’aide pour les travailleurs qui doivent suivre une nouvelle formation soit pour garder leur emploi ou pour en trouver un autre. Étant en période pré-électorale, le gouvernement doit aussi se pencher sur une question qui touche particulièrement les jeunes. Il annoncera donc une forme d’aide aux acheteurs d’une première maison qui, dans plusieurs régions du pays, ne peuvent que rêver de propriété.

Mais soyons francs. Il n’y a rien dans tout ça qui répartira plus équitablement la richesse. Le ministre Morneau peut encore nous surprendre, mais, d’après ce que nous savons aujourd’hui (lundi), il présentera plutôt un budget électoraliste, un budget de peureux.

Pendant toute la semaine, les députés libéraux se démèneront pour nous expliquer comment le gouvernement aide les travailleurs, les jeunes familles, mais, dans le fond, ne soyons pas dupes. Le budget de cette semaine a été pensé pour grappiller quelques votes ici et là, auprès de gens déjà enclins à voter libéral. Il a aussi été rédigé de sorte à ne pas effrayer les riches. N’oublions pas que ces derniers ont les poches creuses et peuvent embaucher de bons avocats, de grandes firmes de communication et, surtout, ils peuvent contribuer aux coffres des autres partis.

Continuons donc à faire nos déclarations d’impôts selon un vieux code qui ne correspond plus à la réalité économique d’aujourd’hui et qui continue à alimenter la grogne des citoyens. Nous ne pouvons qu’espérer recevoir un remboursement d’impôts de quelques piasses dans quelques semaines.

Lu 356 fois
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login