FacebookTwitter
jeudi, 08 mars 2018 00:36

Dépression Post-Olympique

Écrit par  Véronique Champoux
Blogue sportif

Dépression Post-Olympique



Je me lance dans une nouvelle aventure, un blogue sur le sport!

Et quel bon moment pour partir le bal que ma dépression post-olympique.

Si vous écoutez mon émission le matin sur les ondes du Loup FM, vous savez déjà que j’adore les Olympiques. En fait, c’est encore plus que ça, j’en mange, pendant deux semaines j’arrête de vivre et je carbure à l’adrénaline pure... bien assise dans mon salon. J’ai un rêve d’assister en personne à des Jeux olympiques, peut-être même d’être bénévole, mais je m’écarte.

Les Jeux de Pyeongchang 2018 sont terminés.

Durant les deux dernières semaines, j’ai complètement chamboulé mon horaire de sommeil bien établi pour regarder des performances hors du commun et des déceptions crève-cœur. Je regarde TOUS les sports, du curling (allo le double mixte! J’adore) jusqu’au saut à ski, en passant par le patinage de vitesse et le slopestyle. Et j’avoue avoir regardé pratiquement toutes les manches de luge, skeleton et bobsleigh en rappel sur internet (bon ok, j’avoue que je voulais aussi écouter mon ami Nils Oliveto qui en était l’analyste francophone, Allo Nils!).

Mais une fois tout ça terminé, qu’en reste-t-il…

Les Jeux olympiques, tous les athlètes veulent y participer ou voir leur sport apparaitre à la grille des jeux, mais plus personne n’en veut. Les Olympiques restent LA plateforme sportive la plus importante au monde (n’en déplaise à la LNH), mais l’organisation de toute cette parade est difficile.

Beaucoup de pays dits « d’hiver » étaient intéressés à organiser les Jeux, jusqu’à ce qu’on demande à la population... Je pense ici à la Norvège, pays #1 au tableau des médailles des Jeux d’hiver, organisateurs des Jeux d’Oslo en 1952 et de Lillehammer en 1994 (ceux qui m’ont donné la piqure, j’avais 11 ans), pays où il y a de la vraie neige et de vraies températures hivernales. On a dit non. La Suisse, avec ses belles montagnes et son climat juste parfait. Encore une fois non (cela pourrait cependant changer avec la possible candidature de Sion dans les Alpes pour les Jeux de 2026).

Ça va tellement mal que les prochains Jeux olympiques d’hiver seront à Beijing, en Chine — pas un pays reconnu pour sa saison hivernale, disons-le — et qui ont été l’hôte des Jeux d’été il y a seulement 10 ans.

Et pour 2026, les villes ont jusqu’au 31 mars de cette année pour poser leur candidature. Il y a des noms intéressants sur la possible liste, comme Stockholm en Suède, Innsbruck en Autriche, Salt Lake City et Denver aux États-Unis ainsi que Calgary au Canada.

Cependant, l’avantage pour la plupart de ces villes, c’est que les installations sont déjà présentes et/ou à les rénover (de plus, je crois que Calgary, ou plutôt les Flames, aimeraient bien la construction d’un nouvel aréna). Ces villes sont aussi la preuve que les installations peuvent être utilisées à leur plein potentiel après la tenue des jeux, pas comme à Rio de Janeiro ou encore à Athènes.

J’avoue que j’aimerais énormément voir les jeux revenir au Canada, mais pas à n’importe quel prix. Je crois que le mouvement olympique à tout à gagner d’avoir des Jeux plus sobres. Car il ne faut pas oublier que ce qui importe dans tout ça, ce sont les athlètes.

Et les Jeux paralympiques dans tout ça… Je continue de croire que l’attention médiatique apportée à cet évènement est GRANDEMENT insuffisante. Pourquoi? Parce que c’est moins enlevant à regarder? Si vous avez déjà visionné les descentes de ski paralympique, je vous mets au défi de descendre sur un ski! Si les histoires des athlètes olympiques sont inspirantes, les histoires derrière les athlètes paralympiques le sont bien plus. Et quel bel exemple pour notre société en pleine lutte au bullying et au harcèlement — ne nous mettons pas la tête dans le sable, beaucoup d’athlètes avec des déformations physiques visibles sont passés par là.

Bon, c’est assez! Je pourrais continuer pendant encore 1000 mots, mais je vais retourner à mon traintrain de sport quotidien. Je serais d’ailleurs curieuse de voir les cotes d’écoute des matchs de la LNH durant les Olympiques, parce que, personnellement, j’avais complètement oublié que le hockey existait pendant les Olympiques (et la NBA et que les camps d’entrainement de baseball étaient commencés).

P.S. : Une dernière chose, voici une idée pour le CIO : pendant les prochains Jeux olympiques, on pourrait peut-être faire une cérémonie spéciale de remise de médaille pour les athlètes qui recevront une médaille à la suite des disqualifications d’athlète pour dopage. Il me semble que ce serait la moindre des choses au lieu de leur envoyer par la poste... Et bien sûr, ce serait aux frais du Comité international olympique.

Lu 1703 fois Dernière modification le jeudi, 08 mars 2018 00:41

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login