le Samedi 28 mai 2022
le Mardi 28 septembre 2021 3:37 Société

Relever le défi de trouver une nouvelle salle

L’ancienne salle du Club Les Bons Amis — Photo : Éric Boutilier
L’ancienne salle du Club Les Bons Amis
Photo : Éric Boutilier

Le club d’âge d’or Les Bons Amis de North Bay est toujours à la recherche d’un nouveau local. L’organisme éprouve encore des difficultés à trouver une salle à prix abordable dans lequel il pourrait tenir ses activités.

Les Bons Amis sont en quelque sorte orphelins depuis la vente de l’édifice des Compagnons des francs loisirs. Pendant plusieurs décennies, ils étaient essentiellement locataires du sous-sol de l’ancien centre culturel avant de perdre leur espace au mois de mars.

«Il y a des places de disponibles, mais c’est le prix de 4000 à 5000 dollars [qui est un obstacle]. Conséquemment, 16 200 dollars ne va pas assez loin», explique le président du Club Les Bons Amis, André Tardiff.

Les Bons Amis faisaient partie de la liste des regroupements qui ont reçu une subvention d’urgence de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Le club ne semble toutefois pas trouver facilement un nouveau local dans les limites de son budget.

«On utilise [l’argent] pour le loyer de l’entrepôt et une partie de l’assurance civile de responsabilité et l’assurance pour l’équipement», révèle-t-il.

Les dirigeants des Compagnons ont dû prendre des décisions difficiles, mais nécessaires dans l’intérêt de l’organisme afin de maintenir sa santé financière. Au début de 2021, l’édifice de la rue Dudley a été vendu et Les Compagnons ont déménagé dans des locaux de la Garderie Soleil.

«J’ai fait une demande auprès de la fondation Trillium et autres, mais je suis bloqué à cause que le club n’a pas été incorporé pendant plus d’un an. Il faut que j’attende à la fin de novembre avant de faire d’autres demandes, s’il y en a de disponibles.»

Une solution pourrait se présenter d’ici les prochains mois. Les Bons Amis ont fait une demande auprès du comité paroissial de St-Vincent de Paul pour reprendre certaines activités dans une salle communautaire à l’intérieur de l’église. L’organisme ignore pour le moment s’il va recevoir ou non le feu vert.

Photo : Éric Boutilier