le Vendredi 20 mai 2022
le Dimanche 3 octobre 2021 20:09 Société

La paix, c’est plus que l’absence de guerre

Les conseillers municipaux du Grand Sudbury Bill Leduc et Joscelyne Landry-Altmann ont procédé au dévoilement du mât de la paix des clubs Rotary du Grand Sudbury. — Photos : Julien Cayouette
Les conseillers municipaux du Grand Sudbury Bill Leduc et Joscelyne Landry-Altmann ont procédé au dévoilement du mât de la paix des clubs Rotary du Grand Sudbury.
Photos : Julien Cayouette

Les deux clubs Rotary de Sudbury ont dévoilé un nouveau mât de la paix (peace pole) dans le parc Rotary, tout près du centre de ski Adanac. Le mât affiche le message «Puisse la paix régner dans le monde» en huit langues. Il s’agit du douzième mât du genre dans le Grand Sudbury. 

Le message des mâts de la paix a été pensé par Masahisa Goi, un japonais grandement affecté par la Deuxième Guerre mondiale et les deux bombes nucléaires larguées sur son pays. Le premier mât a été installé en 1976 au Japon. Il y en a maintenant plus de 200 000 dans près de 200 pays le monde.

Le message de paix que veut véhiculer The World Peace Prayer Society et ceux qui adhèrent à son message est plus que l’absence de guerre. Il parle aussi des efforts à faire pour créer la paix et la préserver. Il faut créer un monde respectueux, absent de préjugés, d’inégalités et de pauvreté.

Photos : Julien Cayouette

Dans le même objectif de paix, le groupe sudburois membre de International Physicians for the Prevention of Nuclear War était présent pour recueillir des signatures pour une pétition. Celle-ci demande au conseil municipal du Grand Sudbury de rejoindre d’autres villes canadiennes afin de demander au gouvernement fédéral de signer le traité mondial sur l’abolition des armes nucléaires. Cinquante-quatre pays l’ont fait jusqu’à présent. 

D’ailleurs, selon le texte de leur pétition, «les régions productrices de métaux sont souvent la cible des armes nucléaires et Sudbury est un important centre de production de nickel et de cuivre». Le groupe a recueilli 1000 signatures sur les 10 000 recherchées.