le Samedi 26 novembre 2022
le Lundi 13 Décembre 2021 21:27 Économie et finances

Promotion des métiers, un chandail à la fois

Jeff et Connor Lafortune — Photo : Courtoisie
Jeff et Connor Lafortune
Photo : Courtoisie
My Mining Tee

L’entreprise père-fils de Jeff et Connor Lafortune prend du galon dans la région. Leurs chandails aux designs originaux font la promotion des métiers oubliés à la base de l’économie depuis maintenant deux ans. 

Ils travaillent principalement chacun de chez eux à Sudbury et les teeshirts sont distribués dans tout le Nord de l’Ontario, mais Connor rêve d’éventuellement établir pied à terre pour l’entreprise dans la Première Nation de Dokis près de la Rivière des Français, où il a grandi et où les deux sont encore engagés.

L’idée pour l’entreprise, Jeff Lafortune l’a eue il y a une vingtaine d’années, avant la naissance de Connor. Mais avec une famille et un emploi, il n’a jamais eu le temps de l’amener à son plein potentiel. Il le fait maintenant avec les encouragements et l’aide de son fils.

«On voulait une compagnie qui promouvoit la fierté des trades, mais on a commencé avec l’aspect minier jusque parce que c’est le parcours de mon père. Mais on est en train de s’élargir à d’autres différents trades», explique Connor Lafortune.

Jeff Lafortune s’est rendu compte qu’il y avait si peu de vêtements associés au métier de mineurs que dès qu’il y avait quelque chose de disponible à l’image d’un fournisseur — que ce soit un chandail, une casquette ou autre —, tout le monde en voulait. «Parce que ça nous reliait avec la mine ou notre occupation», dit-il. 

Travail d’équipe

La réflexion et la création commencent à deux, mais chacun a ensuite sa spécialité. Jeff s’occupe de finaliser le design et Connor est responsable des ventes et de la promotion. 

«Les idées, c’est vraiment d’écouter ce qui se passe dans les mines. Les petites choses qui peuvent être drôles et qui rassemblent les gens. De tirer de ces expériences pour créer un logo qui fait du sens», explique Connor. L’idée est de susciter l’intérêt et, peut-être, de lancer une conversation.

Ils peuvent même créer des dessins spéciaux sur demande. Ce genre d’échange, avec la permission du ou de la demandeuse, permet d’ajouter de nouvelles créations à leur collection. «Une chose unique avec notre compagnie, […] si on en vend deux douzaines, on peut donner un petit royalties à la personne qui a donné l’idée de départ», explique Jeff Lafortune.

Cette idée d’accessibilité et d’échange est importante pour Connor, pour que l’entreprise se démarque.

Leurs créations sont disponibles dans quelques boutiques de la région, comme au Watershed près de Gogama et chez True North Made à Sudbury. On peut également en trouver à Timmins, à Chapleau, dans le Témiskaming, à Matachewan, à Dubreuilville et ils viennent d’en livrer à Val d’Or. L’idée est d’être visible dans les communautés près des mines ou en route vers des mines. 

Les acheteurs en magasin sont majoritairement des travailleurs des métiers, mais pour les ventes sur le site web, ce sont plutôt des femmes, révèle Connor. Elles achètent pour faire un cadeau, par exemple pour donner un à un travailleur retraité.