le Samedi 28 mai 2022
le Mercredi 15 Décembre 2021 17:36 | mis à jour le 16 avril 2022 22:13 Décembre 2021

Le sport mineur à Kapuskasing: bon pour le physique et le moral!

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock

La pandémie de la COVID-19 a eu un effet néfaste sur la vie des gens de tous les âges dans notre société. Les enfants ont dû s’habituer à l’école virtuelle et l’absence forcée a réduit de façon importante leurs interactions sociales.  

L’isolation a entrainé l’annulation des activités parascolaires. En temps normal, les enfants profitent d’activités, telles que les sports, afin de développer non seulement leurs talents athlétiques, mais aussi l’autonomie, l’esprit d’équipe, la coopération et l’estime de soi. 

C’est pourquoi le retour des sports est si important pour la jeunesse de Kapuskasing. Les enfants de la communauté ont toujours participé avec enthousiasme aux sports d’équipes, comme le soccer, baseball, hockey, ballon-panier de même que des sports individuels tels que la natation, le badminton, le ski de fond pour ne nommer que ceux-là.

Grâce à l’effort de tous les bénévoles qui s’occupent de ces activités, nous nous dirigeons vers un retour à la normale. Cependant, les athlètes ont remarqué des changements dans le déroulement de leurs sports respectifs. 

Une patineuse du Kapuskasing Figure Skating Club explique : «Au moins sur la glace, on ne portait pas de masques. C’était surtout obligatoire pour les entraineurs.»

Au hockey, le contact physique a été limité, ce qui a entrainé un gros problème entre les joueurs de l’équipe de représentants et ceux de l’équipe de maison. Durant la pandémie, les deux équipes se sont regroupées pour les pratiques. «C’était presque toujours des entrainements de passe et du travail d’équipe», explique un joueur de l’équipe de maison.  

De plus, les compétitions et les tournois ont été limités depuis le retour aux sports. Tandis que le hockey à Kapuskasing est bel et bien organisé pour l’année au niveau des tournois, c’est complètement différent pour la natation. 

«C’était en septembre 2020 que nous sommes retournés à la piscine», explique l’une des nageuses du club Kapswim. «À ce moment-là, les membres de Swim Ontario avaient seulement une chose en tête : de recommencer à nager. Cette année, ils explorent la possibilité d’avoir une rencontre avec plusieurs équipes.»

Elle partage aussi son opinion sur la diminution des nageurs et nageuses durant la pandémie : «Il n’y avait rien à faire. La raison qu’on pratique, c’est pour participer aux rencontres avec d’autres équipes. Parce qu’il n’y avait pas de compétitions pendant les années 2020 et 2021, beaucoup de parents ont retiré leurs enfants de notre équipe.» Il y aura bel et bien des compétitions en 2021-2022. 

Évidemment, ces changements étaient nécessaires afin de pouvoir reprendre les sports. Maintenant, les sports redeviennent de plus en plus normaux, sauf pour les détails comme les règlements de COVID-19; par exemple le désinfectant pour les mains et la vaccination, parfois nécessaire pour pratiquer certains sports, surtout le hockey où il y a souvent des contacts physiques.  

Le retour aux sports en 2020 a été bénéfique pour les enfants. Durant la première période d’isolation, les jeunes ont perdu cette confiance que les sports amènent. Le retour aux sports a non seulement permis aux jeunes de reprendre la forme physique, mais aussi l’estime de soi, la confiance et la santé mentale.