le Vendredi 27 mai 2022
le Jeudi 16 Décembre 2021 5:55 Francophonie

Morgandy Leadbetter, Miss Nord de l’Ontario 2021

Morgandy Leadbetter — Photo : Courtoisie
Morgandy Leadbetter
Photo : Courtoisie

Une jeune activiste pour les droits des femmes de Wawa, Morgandy Leadbetter, a été couronnée Miss Nord de l’Ontario 2021. La finissante de l’École secondaire Saint-Joseph a dépassé une vingtaine de jeunes filles de différentes régions du Nord au début novembre. 

Miss Nord de l’Ontario se concentre sur l’engagement communautaire des participantes pour trouver une fière représentante du Nord de l’Ontario. «C’était vraiment une belle expérience et je suis tellement heureuse de m’être inscrite», lance la gagnante. 

Photo : Courtoisie

Après son inscription, elle a publié une campagne sur les médias sociaux dans le but de promouvoir ses intérêts, ses ambitions et sa passion pour les droits des femmes. «C’était vraiment quelque chose de spécial et j’ai vraiment aimé faire ça. C’est quelque chose qui me passionne beaucoup», explique-t-elle. 

Le concours lui-même comporte plusieurs catégories, des arts aux affaires en passant par l’engagement communautaire. Une des composantes demandait de faire une collecte de fonds pour donner à un organisme de son choix et gagner une bourse. Morgandy Leadbetter a passé beaucoup de temps à recueillir des fonds et elle a éventuellement remporté cette catégorie. 

Faisant confiance à son expérience en danse, elle fait sa propre chorégraphie pour un numéro de danse solo. Elle a aussi remporté la catégorie talent en format vidéo grâce à celle-ci. «C’était beaucoup de plaisir. J’ai vraiment aimé ça», dit-elle. 

Mme Leadbetter était sous un grand choc lorsqu’elle a su qu’elle avait gagné le grand prix. «J’étais tellement surprise et aussi tellement contente. J’ai beaucoup aimé mon expérience. Les autres filles étaient magnifiques aussi», dit-elle. 

Photo : Courtoisie

La jeune adulte franco-ontarienne fait déjà du bénévolat dans deux écoles locales avec des clubs de discussions pour les femmes. Les discussions portent sur des enjeux comme la confiance en soi, la perception positive de son corps et l’intimidation. Elle continue de s’engager dans d’innombrables entreprises et organisations «pour donner un coup de main». «Je veux juste faire une différence au sein de ma communauté», souligne-t-elle. 

L’épreuve finale de la compétition a eu lieu à Sudbury il y a quelques semaines. En plus de celle-ci, les participantes ont pu suivre toutes sortes d’ateliers sur le développement de la personne, le leadeurship, la prise de parole devant public, etc.

La jeune activiste pour les droits des femmes a terminé ses études secondaires en juin. Elle a décidé de prendre un an de congé en préparation de son inscription dans le programme de l’Institut d’études féministes et de genre à l’Université d’Ottawa en septembre 2022. Elle souhaite éventuellement devenir avocate et concentrer sa carrière sur l’amélioration de la qualité de vie des femmes à plus grande échelle.