le Mercredi 25 mai 2022
le Vendredi 17 Décembre 2021 16:27 Société

À l’approche des Fêtes, apprenons à voir la violence

Ah, les Fêtes! C’est le moment de l’année où on se réunit en famille, où les traditions festives prennent vie, où on prend un moment pour soi. Par contre, l’atmosphère n’est pas joyeuse pour tout le monde. Même avant l’arrivée brusque de la pandémie, cette période de célébration n’a jamais été sécuritaire pour de nombreuses femmes.

Qu’est-ce que je peux faire?

Apprendre à reconnaitre les signes avertisseurs de violence : ça sauve des vies. La campagne Voir la violence, mise sur pied par Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF), a justement été conçue pour venir en aide aux membres de l’entourage. Elle présente les signes avertisseurs de violence et des pistes d’intervention sécuritaires.

À quoi ressemble la violence?

Fait important, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la violence psychologique est toujours la première à se manifester et accompagne toutes les autres formes de violence. Elle est omniprésente. Cette forme de violence est difficile à reconnaitre, car elle peut être subtile. L’homme violent use d’intimidation, d’humiliation, de surveillance et d’insultes pour miner l’estime de soi de sa conjointe et mieux la contrôler. Elle vient à croire qu’elle n’est bonne à rien, qu’elle ne trouverait pas mieux et qu’elle est responsable de la violence qu’elle subit. Ainsi, elle est plus susceptible d’accepter les autres formes de violence qui peuvent suivre et de rester.

Que sont les signes avertisseurs?

La violence conjugale est souvent invisible. La première étape pour une intervention sécuritaire est de connaitre les signes avertisseurs. 

Si vous remarquez l’un de ces signes avertisseurs, il est temps d’agir :

  • Il la rabaisse.
  • Il parle tout le temps et domine la conversation.
  • Il la surveille tout le temps, même au travail.
  • Il essaie de l’empêcher de vous voir.
  • Il agit comme si elle lui appartenait.
  • Elle s’excuse ou trouve des excuses à son comportement.
  • Elle devient agressive ou se met en colère.
  • Elle semble mal à l’aise de s’exprimer devant lui.
  • Elle est malade plus souvent et s’absente du travail.
  • Elle essaie de masquer ses blessures.
  • Elle trouve des excuses à la dernière minute pour ne pas vous rencontrer.
  • Elle semble triste, seule, repliée sur elle-même et craintive.
  • Elle consomme des drogues ou de l’alcool.

Comment intervenir en cas de danger?

Si la situation présente un danger immédiat, appeler la police au 9-1-1. La ligne francophone de soutien Fem’aide offre du soutien et des conseils anonymes et confidentiels aux femmes aux prises avec la violence en Ontario et aux membres de leur entourage.

ET à l’avenir?

La violence faite aux femmes s’est empirée tout au long de la pandémie en raison des consignes sanitaires qui lui sont associées. Afin de progresser, nous devons en tirer des leçons. La protection et la sécurité des femmes, des filles, des enfants et des personnes non binaires partout au monde en dépendent. 

Pour en savoir plus sur la violence conjugale, les facteurs de risque, l’intervention sécuritaire, et plus, visitez www.voirlaviolence.ca.