le Samedi 21 mai 2022
le Mercredi 12 janvier 2022 21:52 Santé

Retour en classe sécuritaire?

Mise à jour COVID-19 du 12 janvier 2022

Le gouvernement de l’Ontario va de l’avant avec le retour à l’éducation en classe pour les élèves de l’élémentaire et du secondaire le lundi 17 janvier. Pour assurer la sécurité des élèves et du personnel, l’accès aux vaccins, aux tests rapides et aux masques N95 sera augmenté.

L’Ontario demande aux bureaux de santé publique d’organiser des cliniques de vaccination dans les écoles. La vaccination sera sur une base volontaire et la permission des parents sera demandée avant de vacciner un enfant. 

On demande à tous les ontariens de 18 ans et plus et d’aller chercher sa dose de rappel et au parents des enfants de 5 à 11 ans de les faires vacciner dès que possible. Le taux de vaccination des enfants en Ontario est encore relativement bas à 50 % qui ont reçu leur première dose. On espère que les cliniques dans les écoles permettront de faire augmenter ce pourcentage.

Dès la rentrée, chaque élève et enfants qui fréquente une garderie pourra rapporter à la maison des tests rapides à utiliser en cas de symptômes ou de doute. L’élève devra évidemment rester à la maison avec un test positif. D’autres tests antigéniques rapides seront livrés et distribués au cours des prochaines semaines.

Des masques N95 et des filtres seront également remis aux conseils scolaires pour que toute enseignante et éducatrices de la petite enfance qui désire y avoir accès.

Le gouvernement s’engage à acheter 3000 autres purificateurs d’air qui s’ajouteront au 70 000 déjà installés dans des classes de l’Ontario.

En raison du niveau de gravité plus bas du variant Omicron, surtout chez les enfants, les classes et les écoles ne seront pas fermées si deux ou trois cas sont détectés. Le nouveau barème sera plutôt le taux d’absentéisme. Si environ 30 % des élèves sont à la maison, la classe ou l’école passera en apprentissage en ligne.

«On a vu que les écoles ne sont pas un vecteur important de la COVID dans la communauté», a affirmé le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore. 

Après l’annonce, le Elementary Teachers’ Federation of Ontario a indiqué qu’ils trouvaient qu’il y avait trop de trous dans le plan du gouvernement. Ils aimeraient que les enseignantes et les élèves aient accès aux tests PCR, les cliniques dans les écoles sont bien, mais ne vont pas convaincre ceux qui hésitent par leur simple présence, il manque un plan pour combler les absences qui vont surement augmenter et ils aimeraient que les enseignants puissent recevoir leur dose de rappel en priorité cette semaine.

Pendant la conférence de presse, Dr Moore a indiqué que le délai d’analyse des tests PCR limitait leur efficacité. Un test antigénique permet de savoir plus rapidement si une personne est contagieuse.

Le Nord-Est en chiffre

À la mise à jour matinale du 10 janvier, 3448 Ontariens sont hospitalisés pour des raisons associées à la COVID-19, 505 sont dans les unités de soins intensifs. 87,8 % de la population de 5 ans et plus a reçu sa première dose de vaccin, 82 % est pleinement vaccinée.

Un rappel que puisque l’accès aux tests PCR est limité, les chiffres ci-dessous sous-estiment le nombre de cas actifs dans chaque région. 

Santé publique Sudbury et districts : 993 cas actifs (-264 depuis le 10 janvier) (7344 au total pendant la pandémie, 54 (+2) décès).

Bureau de santé Porcupine : 854 cas actifs (+15 depuis le 10 janvier) (3647 au total pendant la pandémie, 31 décès).

Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : 267 cas actifs (-2 depuis le 10 janvier) (2153 au total pendant la pandémie, 9 décès). 

Service de santé du Timiskaming : 130 (-21 depuis le 10 janvier) (853 au total pendant la pandémie, 3 décès). 

Santé publique Algoma : 636 cas actifs (-118 depuis le 10 janvier) (2774 au total pendant la pandémie, 21 décès).