le Mardi 9 août 2022
le Vendredi 14 janvier 2022 4:52 Francophonie

Guy Labine quitte la direction générale de Science Nord

Guy Labine — Photo : Courtoisie
Guy Labine
Photo : Courtoisie

Le PDG de Science Nord a été recruté par l’Arizona Science Center, il en prendra les commandes dès mars. Guy Labine se réjouit des réalisations de Science Nord au cours des dix dernières années pendant lesquelles il a assuré la direction de l’organisation.

«J’ai été recruté, ce n’est pas un poste pour lequel j’ai fait une recherche active. J’aime bien mon rôle à Science Nord, j’aime bien l’organisation. J’aurais pu continuer ma carrière à Sciences Nord, mais l’Arizona Science Center des États-Unis est venu me recruter», explique Guy Labine.

Le centre des sciences d’Arizona est une organisation solide avec un conseil d’administration compétent, mais aussi avec une équipe forte et la possibilité d’élargir l’impact, le mandat et le travail que le centre des sciences fait. «C’est un peu semblable à ce que j’ai fait à Sciences Nord dans les dix dernières années : approfondir et élargir les relations avec les communautés à travers le Nord de l’Ontario.» 

Des réalisations encourageantes

Le PDG de Science Nord est fier de ce qu’il a réalisé avec son équipe du deuxième plus grand centre des sciences au Canada. Il évoque notamment le développement continu de relations avec des partenaires à travers le Nord de l’Ontario et dans d’autres communautés. 

«C’est quelque chose qu’on a agrandi. Par exemple, pour les camps d’été, quand j’ai commencé comme directeur général, on avait 1200 jeunes qui étaient dans les camps d’été. Avant la pandémie, en 2019, on avait près de 4000 jeunes dans 35 communautés. Les relations à travers le nord et les cinq grandes villes (Thunder Bay, Timmins, Sault-Sainte-Marie, North Bay et Sudbury) sont importantes. On dessert à peu près 100 communautés avec la programmation et les activités», se réjouit Guy Labine.

Il y a lieu également, poursuit-il, de souligner le développement continu des expériences des visiteurs à Science Nord. Des expositions itinérantes ont été développées. Le renouvèlement de certaines parties du centre a permis aux gens de vivre de nouvelles expériences. 

Quant au développement de Terre dynamique, il a mis en place un projet de renouvèlement et d’expansion axé sur l’exploitation minière moderne et l’histoire de l’écologisation du Grand Sudbury. 

Guy Labine inclut aussi, parmi les grandes réalisations, du programme de leadeurship dans le Nord. Celui-ci vise à renforcer les capacités des chefs de file dans le Nord de l’Ontario. Depuis sa création en 2013, 150 boursiers ont participé au programme par l’intermédiaire de huit cohortes avec dix organisations partenaires.

Photo : iStock

La pandémie aura été le grand défi

La COVID-19 qui menace le monde entier depuis presque deux ans a perturbé tous les domaines de la vie. Pour le PDG de Sciences Nord, cette pandémie a été et reste un grand défi : «Le plus grand défi que j’ai vécu dans ma carrière professionnelle, c’est la pandémie. Science Nord est un centre des sciences, mais aussi une attraction touristique dans le Nord de l’Ontario. On le sait, la pandémie a entrainé des conséquences très sérieuses sur le tourisme. On a dû fermer nos attractions touristiques à cause de la pandémie. Mais aussi, ça a affecté notre valeur ajoutée à nos auditoires ainsi que l’offre des services et des activités de la programmation aux professeurs et étudiants des écoles élémentaires ou à nos partenaires à travers le monde», déplore Guy Labine.

Le futur PDG d’Arizona Science Center part avec de bons souvenirs : «Je vais manquer Sciences Nord, je vais manquer la communauté. Je vais manquer la collaboration. En même temps, j’ai hâte de voir ce que le nouveau directeur général ou la nouvelle directrice générale va pouvoir accomplir dans l’organisation.»