le Samedi 3 Décembre 2022
le Lundi 17 janvier 2022 20:33 Éducation

André Bidal dira bientôt au revoir au monde de l’éducation

André Bidal — Photo : Courtoise CSCNO
André Bidal
Photo : Courtoise CSCNO

Le président du Conseil scolaire catholique du Nouvelon (CSCNO), André Bidal, ne se présentera pas aux prochaines élections scolaires. «C’est le temps de donner la chance à quelqu’un d’autre d’avoir le poste de présidence. C’est tout du bon monde qui se retrouve dans notre conseil», dit-il au Voyageur

Il reste un an à son mandat comme conseiller scolaire. «C’est tout probable que je vais prendre ma retraite après ça», affirme-t-il.

Bien qu’il a de nombreuses raisons d’être fier, il considère que l’une de ses plus grandes réalisations est sa participation à la planification de la construction de plusieurs écoles dans le Nord de l’Ontario. 

«Je suis fier de ce que j’ai accompli. On a construit plusieurs nouvelles écoles. On a aussi détruit des écoles désuètes et on les a rebâties meilleurs», déclare-t-il. 

Un exemple important qui est en train de se réaliser en ce moment : la construction d’une nouvelle école à Val Thérèse, qui remplacera les écoles élémentaires Notre-Dame de Hanmer, Sainte-Thérèse et Saint-Joseph de Hanmer. 

«Ça va remplacer nos trois écoles les plus désuètes. Ils manquent de place aussi, notamment pour les garderies. Donc, on va bâtir une belle grosse école», affirme-t-il. 

Un homme de famille

Il n’est pas surprenant qu’André Bidal se soit lancé dans l’éducation pour avoir son mot à dire dans l’éducation catholique de ses enfants; il a toujours suivi leurs intérêts. 

Son premier grand engagement était auprès des enfants de chœur à la paroisse Sainte-Dominique, lorsque sa fille a voulu se joindre à eux. «Si mes enfants s’impliquaient dans quelque chose, bien, je m’impliquais aussi.» Il a occupé ce poste pendant 17 ans. 

Pour lui, sa famille a joué un rôle évident pour qu’il se lance dans le domaine. Son père a aussi été conseiller scolaire et président d’un conseil scolaire pendant 32 ans. «Alors, c’était un peu de la généalogie. C’était toujours dans mon sang», souligne-t-il. 

Bien qu’il ait toujours été occupé, il affirme qu’il n’aurait pas été capable de faire tout cela sans une personne proche de son cœur. «J’avais toujours mon épouse pour m’aider. Elle était toujours là.»

Une longue carrière

M. Bidal, un comptable de formation, a commencé sa carrière de 47 ans  en l’éducation lorsque sa fille a commencé l’école à Léon XIII, en 1975. «Je me suis fait demander d’être le président de l’Association des parents et instituteurs catholiques (APIC) de l’école», dit-il. Peu de temps après, il se retrouve président de l’APIC pour trois écoles : Collège Notre-Dame, Félix-Ricard et Léon XIII. 

Son dévouement continue au fil des ans. Il a siégé à plusieurs comités représentant les parents pour l’éducation catholique au niveau provincial. Jusqu’à directeur régional de Parents partenaires en éducation (PPE) en 1987. 

Il a poursuivi sa passion en consultant les écoles partout dans la province pour former des Conseils d’école catholique (CEC) tout en continuant à représenter de nombreuses communautés de parents pour l’éducation catholique jusqu’en 2000, lorsqu’il a décidé de se présenter en tant que conseiller scolaire. 

Il occupe donc le poste de conseiller scolaire au CSC Nouvelon depuis 2000. Il a été élu au poste de la vice-présidence pendant cinq mandats, de 2004 à 2006 et de 2010 à 2013. Il a également été élu à la présidence pendant neuf mandats : en 2007, 2008 et de 2013 à 2021.

Il est très fier de la confiance que ses collègues lui ont démontrée au fil des ans. «Je suis très reconnaissant. Ça fait chaud au cœur que, pendant toutes ces élections-là, ils voulaient me ravoir», dit-il.