le Samedi 28 mai 2022
le Mercredi 19 janvier 2022 4:27 Éditorial

Mieux nous protéger… et pas seulement de la COVID

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock

Le Canada ne se préoccupe pas assez de sa sécurité alors que plusieurs récents développements devraient l’y inciter. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, nous avons lié notre sécurité militaire aux États-Unis. Ça a été une bonne décision pendant 75 ans puisque les États-Unis étaient sans contredit le pays le plus puissant de la planète. Mais la situation mondiale a beaucoup changé depuis les derniers 20 ans et nous continuons de nous complaire dans notre fausse sécurité. Il est temps que le Canada s’éveille à la nouvelle géopolitique et se prépare aux soubresauts de l’avenir.

C’est bien beau — et surtout bien important — de parler de santé, d’économie et de changements climatiques, mais ce ne sont pas les seuls dangers qui nous guettent. La Russie et la Chine sont en train de bouleverser la stabilité du monde. Les États-Unis sont en déclin et le Canada n’est pas préparé à ces changements de paradigmes.

Un chroniqueur du Globe and Mail publiait cette fin de semaine un texte demandant quand notre gouvernement s’attèlerait sérieusement à la protection du Grand Nord canadien. La menace y est des plus sérieuses. La Russie, notre plus proche voisin dans le Grand Nord, réclame maintenant une plus grande part du plateau continental du nord. Et la Chine, en plein milieu de l’Asie, à des milliers de kilomètres du Canada, prétend maintenant qu’elle a un intérêt vital dans le Grand Nord.

Jusqu’à présent, on pouvait s’accommoder des paroles en l’air de ces deux superpuissances, mais leurs actions depuis un an devraient nous réveiller. 

Le président chinois, Xi Jinping, menace d’utiliser la force afin de conquérir l’ile de Taiwan, qui est séparée de la Chine continentale depuis 1949. L’histoire du Tibet et de la Mongolie nous démontre clairement que les menaces chinoises sont sérieuses.

En Europe, le président russe, Vladimir Poutine, a déjà amassé plus de 100 000 troupes à la frontière de l’Ukraine et menace d’envahir le pays. Il veut que les anciens pays du bloc soviétique, dont l’Ukraine, retournent dans le giron de la Russie. On doit prendre au sérieux ce mégalomane qui a déjà envahi la Géorgie et annexé la Crimée.

Pendant ce temps, notre boulier traditionnel pendant le 20e siècle, les États-Unis, sont paralysés par des politiciens et des citoyens divisés ainsi que leur ras-le-bol des multiples guerres menées et perdues depuis 75 ans. Le Canada doit voir à ses propres intérêts en termes de sécurité.

Un bon commencement serait de moderniser notre équipement militaire, notamment notre marine et nos forces aériennes. Pas pour devenir belliqueux! Juste par précaution. En tant qu’un des rares pays entourés de trois océans, nous avons besoin de brise-glaces modernes et de navires-patrouilleurs afin de surveiller nos côtes. Surtout dans le Grand Nord. Comme deuxième pays le plus grand du monde, nous avons aussi besoin d’avions militaires à déploiement rapide. 

Évitons d’acheter du matériel obsolète d’autres pays. Nous devrions investir afin de créer une infrastructure industrielle pouvant bâtir l’équipement dont nous avons besoin. Nous l’avons fait pendant la Deuxième Guerre mondiale lorsque le Canada est devenu un des plus grands centres de production militaire. Pourquoi pas maintenant, alors que la stabilité mondiale est de plus en plus menacée? Il faut être préparé afin d’éviter les conflits.