le Vendredi 9 Décembre 2022
le Lundi 24 janvier 2022 21:20 Société

Se faire des amies avec l’aide d’une petite annonce

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
La pandémie demande une touche d'originalité pour ceux qui n'avaient pas d'amis dans leur nouvelle ville.

Les restrictions sanitaires pour freiner la montée des cas de COVID-19 forcent certaines personnes isolées à se trouver d’autres façons de tisser des liens et faire des rencontres. Il y en a quelques-unes qui, plutôt que de demeurer seules, ont décidé de placer une publicité sur des sites de petites annonces dans le but de se créer de nouvelles amitiés.

Les occasions pour se rassembler face à face se font rares, car, pour une deuxième année après le temps des Fêtes, des mesures empêchant l’ouverture de plusieurs commerces et lieux de rassemblement ont été remises en place par les autorités de la santé publique et les gouvernements.

Deux femmes de la région du Nipissing, Amanda et Tricia, ont accepté de partager leurs expériences de recherches d’amies sur la toile à l’ère de la pandémie.

«J’ai décidé de placer une annonce, car je venais de déménager à North Bay il y a trois ans et je ne connaissais personne. Après seulement une année, la pandémie avait commencé et l’amie que je m’étais faite est déménagée. Je me suis donc retrouvé à la case départ à une époque où les gens avaient peur d’être autour des autres», raconte Amanda.

«Après un certain temps, j’ai commencé à manquer prendre un café ou à partager des nouvelles — bonnes ou mauvaises — avec les gens. Je me suis réveillée un matin et j’ai décidé que ça ne serait pas une mauvaise idée de mettre une annonce sur un site que je naviguais.» 

«J’ai décidé que ce serait la meilleure façon pour communiquer avec les autres, reconnait Tricia. Ce n’est pas juste à cause de la pandémie, mais c’est néanmoins plus difficile de se trouver des gens avec qui je veux être ami maintenant.»

«C’est important de demeurer en contact avec les autres. C’est essentiel pour la santé mentale d’une personne», ajoute-t-elle.

Des défis parfois incontournables

Le simple fait de solliciter une rencontre amicale en ligne peut parfois attirer de l’attention non désirée. Les deux femmes ont reçu leur part de messages de personnes qui cherchaient plutôt une connexion physique que d’esprit. Elles doivent donc filtrer les réponses.

«L’expérience a été assez unique. J’ai reçu une trentaine de réponses, dont une seule était normale. La plupart venaient de gars qui voulaient des histoires d’un soir, malgré que ce n’était pas du tout ce que j’ai indiqué dans mon annonce», témoigne Amanda.

«Si l’annonce n’est pas bien rédigée, tu reçois toutes sortes de demandes de personnes — parfois dans un langage très coloré. C’est donc important de donner le ton afin d’ouvrir une discussion propre avec d’autres gens», précise Tricia.

L’impact de la pandémie se fait ressentir par plusieurs depuis presque deux ans. Mais Amanda et Tricia gardent espoir de pouvoir éventuellement ajouter à leurs cercles d’amies et de satisfaire à leur besoin de faire des connexions intellectuelles.