le Vendredi 9 Décembre 2022
le Mercredi 23 février 2022 10:35 Éditorial

Après la fin

Les policiers se préparent à faire reculer les manifestants à Ottawa. — Photo : Inès Lombardo – Francopresse
Les policiers se préparent à faire reculer les manifestants à Ottawa.
Photo : Inès Lombardo – Francopresse
Éditorial - Fin des Olympiques et de l'occupation de la capitale.

Les Jeux olympiques de Beijing — deuxièmes Jeux en huit ans dans ce pays autocratique qui bafoue les droits humains, restrictions de déplacements pour les participants, dangers liés à la COVID — ont suscité beaucoup de controverse partout dans le monde, mais il y a une chose dont nous sommes fiers, ce sont les succès connus par nos athlètes. Ils et elles nous ont fait honneur en récoltant 26 médailles ce qui place le Canada en 4e position en termes de nombre de médailles. Nous pourrions être tenté de nommer les vedettes qui ont mérité l’or, mais comme, en comptant l’équipe de hockey féminin il y en a 24, la liste serait trop longue pour ce texte. Ce qui est encore plus important, c’est que nous sommes fiers de tous nos athlètes qui ont participé aux Jeux. Nous sommes fiers de tous nos athlètes qui ont tout donné pour leur sport et leur pays et qui, médaille pas médaille, doivent revenir au Canada la tête haute. Félicitations à tous.

Il est maintenant clair que les Canadiens doivent remercier et féliciter les policiers d’Ottawa ainsi que leurs alliés de partout au Canada. Ils ont réussi à déloger les manifestants au centre-ville de la capitale. Les forces policières ont utilisé des tactiques plutôt douces — peu importe ce que peuvent en penser les manifestants — pour chasser les centaines de personnes et les nombreux véhicules qui, depuis plus de trois semaines, paralysaient les rues entourant le Parlement canadien. Certains voyaient là une manifestation pacifique contre la règlementation sanitaire liée à la COVID, mais les nombreux témoignages de résidents et de commerçants du secteur ont clairement fait état de gestes violents et dangereux à travers cette apparence de calme. Les manifestants eux-mêmes ont d’ailleurs claironné leur but ultime inacceptable, soit un coup d’État pour déloger un gouvernement dument élu. Un pays démocratique se devait de mettre fin à cette insurrection.  

Le nettoyage des rues d’Ottawa est survenu à la suite de l’imposition de la Loi des mesures d’urgence par le gouvernement Trudeau. Nous appuyons la mesure, mais avec certaines réserves. Il est évident qu’il fallait une massue pour convaincre ces manifestants que nous ne tolérons pas leurs tactiques d’intimidation. Les autorités devaient avoir le pouvoir de couper leur financement, de saisir leurs véhicules, de mobiliser des milliers de policiers, de porter des accusations et d’imposer de sévères sentences. Les mesures d’urgence ont permis ça, mais une telle loi ne peut être utilisée pendant longtemps. En tant que gouvernement minoritaire, les Libéraux ont eu besoin de l’appui des néodémocrates pour adopter cette loi. Le chef Jagmeet Singh a cependant dit que l’appui du NPD ne serait pas de longue durée et, surtout, pas pour tous les pouvoirs. Nous appuyons cette retenue. Cette loi draconienne devra être levée dès que le danger de l’insurrection sera écarté. Ce qui ne devrait pas tarder au train où vont les choses.