le Samedi 3 Décembre 2022
le Jeudi 24 février 2022 13:30 Éducation

Quelques appels pour s’assurer du bienêtre des étudiants

Une adolescente au téléphone — Photo : Shutterstock
Une adolescente au téléphone
Photo : Shutterstock
Sudbury — Le Collège Boréal est en campagne d’appels auprès de ses étudiants afin de vérifier leur bienêtre ainsi que leur pleine compréhension de tous les services offerts par l’institution.

La campagne, intitulé J’appelle, j’écoute, a commencé le 14 février et se terminera le 25 février. Elle se concentre sur tous les élèves qui sont en deuxième et troisième année de leurs études ainsi que ceux qui commencent leur première année durant le semestre d’hiver 2022. L’an dernier, une campagne similaire a été faite auprès du personnel de l’institution postsecondaire. 

Le directeur des Services aux étudiants du Collège Boréal, Patrick Lafontaine, raconte que l’idée est venue naturellement. «On connait notre réalité. On est tous en pandémie et on sait que ce n’est pas facile. De plus, plusieurs ne viennent pas sur campus souvent et ceux qui se rendent n’ont pas toujours accès à nos services, puisque plusieurs sont en télétravail. Donc, on commençait à s’inquiéter puisqu’on savait qu’il y avait plusieurs élèves qui avaient des difficultés, mais on ne savait pas les défis qu’ils avaient.»

Tous les appels sont effectués par l’équipe des Services aux étudiants, qui travaillent à domicile. La première ronde d’appels, qui a eu lieu pendant le semestre d’automne 2021, s’est concentrée sur les premières années. Il y a eu environ 700 interactions. 

Cette deuxième ronde comptera un autres 660 appels.

Le directeur des Services aux étudiants du Collège Boréal, Patrick Lafontaine 

Photo : Courtoisie

Les appels permettent de faire un bilan complet de l’état des étudiants et les interlocuteurs essaient de les aider de toutes les manières possibles. Qu’il s’agisse d’un soutien technique ou de références à des services de santé mentale, entre autres. «On voulait juste faire certains qu’ils étaient bien», ajoute-t-il. 

En général, M. Lafontaine pense que le projet en valait vraiment la peine. «Il y a deux choses qu’on a été capable de faire. On a été capable d’apprendre le sentiment des étudiants et on a été capable de les référer vers des ressources pour assurer leur bienêtre ainsi que leur réussite», souligne-t-il. 

L’initiative lui a aussi réservé une agréable surprise. «J’étais surpris du fait qu’ils se sentaient mieux que je m’attendais. Nous avons des étudiants résilients. Plusieurs nous ont dit qu’ils étaient bien et qu’ils appréciaient l’appel», dit-il.

M. Lafontaine pense que c’est une initiative que le collège devrait poursuivre. «On a l’avantage. C’est une plus petite école, alors on peut rejoindre tous les étudiants, et on le sait qu’on aide beaucoup d’entre eux», dit-il. Il estime que le Collège Boréal compte entre 2500 et 3000 étudiants.