le Dimanche 27 novembre 2022
le Samedi 5 mars 2022 16:00 Société

AEACUL : Célébrations limitées pour le Mois de l’histoire des Noirs

Le comité de l’Association des étudiants africains et caribéens de l’Université Laurentienne. — Photo : Courtoisie
Le comité de l’Association des étudiants africains et caribéens de l’Université Laurentienne.
Photo : Courtoisie
Sudbury — Don de plasma, distribution de prix aux gagnants des jeux-questionnaires sont autant d’activités réalisées par l’Association des étudiants africains et caribéens de l’Université Laurentienne (AEACUL) au cours du Mois de l’histoire des Noirs. N’eût été la pandémie, le partage de cultures et de valeurs des étudiants afro-caribéens et les activités pour les membres de la collectivité sudburoise auraient été nombreuses.

Avant que le mois réservé à l’histoire des Noirs ne s’écoule, les étudiants membres de l’AEACUL ont, en date du 22 février, organisé une activité pour la communauté de Sudbury. En collaboration avec la Société canadienne du sang, le comité de l’association a programmé une activité de don de plasma. «Nous avons motivé nos membres à faire don de plasma et répondre ainsi à un besoin qui se fait sentir à Sudbury et au Canada, en général», déclare le président de l’AEACUL, Romuald Kouadio.

Avant la COVID-19, l’Association avait l’habitude de préparer des galas qui rassemblaient toutes les communautés présentes à l’Université Laurentienne. L’organisation des activités culturelles était possible, car il y avait moyen de se retrouver ensemble. 

Pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs, cette année, les membres de l’association ne se sont pas rassemblés, étant donné les circonstances actuelles imposées par la pandémie. Ils ont toutefois rappelé quelques personnalités noires qui ont marqué l’histoire. 

«À travers nos médias sociaux, nous avons posté, le vendredi de chaque semaine, au moins deux grandes figures noires. Occasion de réapprendre, d’en savoir plus sur des hommes et des femmes noirs qui ont contribué au bienêtre des communautés canadiennes, américaines ou africaines», souligne M. Kouadio.

Des jeux-questionnaires

Des jeux-questionnaires ont été conçus pour ceux qui lisaient les informations postées sur les pages des médias sociaux de l’AEACUL. Ce fut une occasion pour eux de gagner des prix (cartes-cadeaux, produits cosmétiques, etc) provenant des petites entreprises de la communauté afro-caribéenne de Sudbury. C’était une opportunité pour ces boutiques de se faire connaitre, mais aussi pour la communauté locale de découvrir les produits de l’Afrique et des Caraïbes.

Créée en 2002, l’Association des étudiants africains et caribéens de l’Université Laurentienne s’est heurtée ces deux dernières années aux conséquences de la pandémie. Celle-ci n’a pas permis l’organisation des activités. Le manque de moyens financiers et de médiatisation efficace sont d’autres défis de l’association.

L’AEACUL a pour mission de rassembler les étudiants africains et caribéens, francophones et anglophones, présents à l’Université Laurentienne. Elle intègre aussi ceux qui fréquentent les Collèges Boréal et Cambrian. Ses membres représentent les couleurs de toutes les cultures. Le but est de partager ce qu’ils ont comme cultures et valeurs à la communauté laurentienne et à toute personne vivant à Sudbury.

Ne manquez rien de ce que nous publions sur le site.

Le Voyageur offre une vue d’ensemble de la francophonie et de la vie dans le Nord-Est de l’Ontario.