le Jeudi 26 mai 2022
le Mercredi 9 mars 2022 15:34 Politique

Des révisions sont à prévoir pour les taxis

Bureau de l’entreprise Le Taxi de Sturgeon Falls — Photo : Éric Boutilier
Bureau de l’entreprise Le Taxi de Sturgeon Falls
Photo : Éric Boutilier
Nipissing Ouest — La Municipalité de Nipissing Ouest veut moderniser son règlement sur les services de taxis dans le but d’éliminer le monopole dans la communauté. Elle pourrait éventuellement ouvrir la porte à des compagnies de covoiturage pour mieux répondre à la demande de résidents qui ont besoin de se déplacer.

Les élus de Nipissing Ouest ont retiré de façon temporaire le permis d’exploitation du seul fournisseur – Le Taxi – pour des raisons liées à des problèmes de conformité aux règles sur les taxis et à la Loi sur les municipalités.

Les propriétaires avaient pourtant demandé une période de grâce pour réparer et/ou remplacer leurs anciennes voitures. Dans une lettre adressée aux élus, l’entreprise a fait part des difficultés que plusieurs concessionnaires ont à obtenir des pièces en raison de nombreux défis reliés à la chaine d’approvisionnement.

Le conseil municipal veut agir pour remédier à cette situation, mais reconnait que ce ne sera pas facile d’encourager la concurrence. «C’est difficile à prévoir, car le nombre de licences pour un taxi est accordé d’après la population. Pour environ 1400 résidents, ceci représente dix taxis», explique la mairesse, Joanne Savage.

«La concurrence est toujours favorable, mais y a-t-il de l’intérêt d’investisseurs et d’entrepreneurs qui désirent offrir ce service avec seulement un certain nombre de licences? L’industrie est tellement règlementée que pour certains, l’investissement peut être non attrayant si le taux de rentabilité n’est pas favorable.» 

«C’est une situation déplorable, car la municipalité n’a aucun service de transport pour ses résidents. Il y a une pénurie pour ceux et celles qui dépendent ou nécessitent un accès à un service de transport», affirme-t-elle.

Le règlement municipal sur les taxis a été adopté en 2016. Il assure que les chauffeurs détiennent un permis et que les voitures soient propres et en bon état. Pour le moment, tout autre service de transport à tarif n’est pas autorisé dans la municipalité.