le Jeudi 26 mai 2022
le Vendredi 18 mars 2022 22:15 Arts et culture

Les origines du style unique de P’tit Belliveau

P’tit Belliveau — Photo : Érika Essertaize
P’tit Belliveau
Photo : Érika Essertaize
Originaire de la Baie-Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, le son de P’tit Belliveau, alias de Jonah Guimond, est tout à fait unique, mélangeant country et pop avec beaucoup d’humour, le tout accompagné de son accent acadien. P’tit Belliveau arrive à Sudbury le 25 mars pour un concert intime à la salle Trisac du Collège Boréal et présenté par La Slague.

La couverture du troisième album de P’tit Belliveau, Un homme et son piano, qui paraitra le 1er avril.

Image : Fournie

Sudbury sera le premier arrêt de sa tournée canadienne, pour son troisième album à venir, Un homme et son piano, qui paraitra le 1er avril. Ses deux premiers albums, Greatest Hits Vol. 1 et … chante Baptiste (2021) sont des tourbillons de styles différents. 

Bien que sa musique puisse être assez pop et country, il affirme que son style sur la scène est délibérément du rock et qu’il a créé son concert pour qu’il y ait beaucoup d’humour. «Souvent, le monde peut être surpris. C’est beaucoup plus rock and roll et axé sur faire la fête et avoir du fun. Il y a certainement des changements dans les arrangements», souligne-t-il. 

Adopteur précoce de la musique électronique, Jonah a été auparavant DJ. «J’ai vraiment commencé avec ça, la musique électronique», dit-il. Il a ensuite voulu se concentrer davantage sur l’écriture de chansons plus élaborées avec une approche un peu plus pop, en mélangeant la musique populaire avec la musique électronique.

La couverture du premier album de P’tit Belliveau, Greatest Hits Vol. 1.

Image : Fournie

Par la suite, il s’est procuré un banjo. «Mon grand-père m’a envoyé un banjo out of the blue. Je ne le connaissais pas très bien, mais je pense que c’était sa tentative pour genre redonner la vie à notre relation», explique-t-il. 

Voilà la recette pour les trois styles réunis dans la musique de P’tit Belliveau.

Ayant grandi en tant que francophone entouré d’anglophones, sa musique reflète sa façon de parler : très bilingue. D’un naturel comédien, il aime mettre de l’humour dans sa musique, c’est l’un des aspects qui le rendent unique. 

Par exemple, le titre ironique de son premier album Greatest Hits Vol. 1, a été choisi parce que c’était «vraiment drôle», il n’y avait «pas autres raisons que ça». Un look qui s’accorde bien avec l’aspect très vibrant des années 1980 et 1990 de ses photographies et couvertures d’album.

Des billets pour aller voir P’tit Belliveau sont encore disponibles. Pour plus de renseignements, veuillez visiter http://laslague.ca.

P’tit Belliveau

Photo : Érika Essertaize