le Jeudi 1 Décembre 2022
le Mercredi 23 mars 2022 15:37 Francophonie

Disparition d’un homme qui pensait avant tout aux autres

Fernand Tremblay — Photo : Archives
Fernand Tremblay
Photo : Archives
Timmins — Fernand Tremblay est décédé à l’âge de 90 ans à Timmins le 15 mars. M. Tremblay a laissé sa marque dans la communauté, particulièrement en politique municipale, en culture et en aide aux gens moins favorisés.

Fernand Tremblay présente son autobiographie.La famille de Fernand Tremblay lors du Snowarama de 2017.

Photo : Archives

Sa vie a été si bien remplie qu’il se devait de la partager. Il l’a fait à l’aide d’une autobiographie, publiée en 2016, alors qu’il avait 85 ans : Se lever pour servir. Ses écrits relatent sa vie et ses engagements communautaires.

Il faut plutôt dire ses nombreux engagements communautaires. Une implication remarquée par le directeur de l’Alliance de la francophonie de Timmins, Sylvin Lacroix, qui a connu M. Tremblay chez les Chevaliers de Colomb. «Fernand était probablement le plus grand bénévole de Timmins. Il a été impliqué dans tellement d’associations, de groupes. Il faisait des prélèvements de fonds importants. Tu lui demandais un service et c’était tout le temps “oui”», raconte-t-il. «Il était toujours souriant et content de te voir.»

Les Timminois ont la chance de se rappeler de M. Tremblay chaque année. C’est lui qui a instauré le Bonhomme Carnaval à Timmins en 1967.

Ses enfants témoins de son amour

Les enfants de Fernand Tremblay disent que l’amour démontré par leur père envers leur mère Pierrette (née Goulet, décédée), envers Dieu et envers autrui les inspirera toute leur vie. Ginette, Line, Marquis et Rosanne voyaient leur père comme un pilier de sa communauté, un défenseur humble pour sa famille qui créait un milieu sécurisant en assurant solidité et stabilité par sa présence.

Rosanne Harvey partage qu’elle, ses sœurs et son frère croient que leur père leur «a tous enseigné de bonnes valeurs». Il était toujours prêt à servir sa communauté et ça lui faisait plaisir. Il n’attendait rien en retour. «Nous, ses enfants pouvons, simplement aspirer à continuer ce qu’il a déjà accompli.»

Line Tremblay Lemire ajoute plus de détails sur l’amour que portait leur père à leur mère. «Un amour inconditionnel et pur qui ne s’est jamais éteint, même pas après la mort de maman. Chaque fois qu’il parlait d’elle, ses yeux s’illuminaient! Il honorait et valorisait toujours sa belle Pierrette avec qui il a eu la joie de célébrer 60 ans de mariage», précise Line Tremblay Lemire. 

Elles ajoutent que la confiance en Dieu de Fernand lui permettait de faire tout son possible pour éviter des malheurs aux autres et  qu’il fallait se pardonner et pardonner les autres en toutes circonstances. 

Une autre fille de M. Tremblay, Ginette Gaudreau, ajoute que les enseignements de Dieu et de Jésus étaient à la base de sa façon de vivre. «Papa, était peut-être de petite stature, mais il était un géant dans la foi et dans la foi en action. Il aimait Jésus de tout son cœur et son prochain comme lui-même. Ce fut pour nous très clair que cet amour était l’inspiration de sa compassion et la motivation pour tout ce qu’il entreprenait et accomplissait. Cet amour était la source de sa paix et sa joie en toutes circonstances. C’est aussi ce qui nous a inspirées et nous inspirera jusqu’à ce que nous soyons réunis de nouveau. Je disais souvent à papa, même dans ma soixantaine : “Quand je serai grande, je veux être comme toi!” Je n’y suis pas encore arrivée, mais je continuerai à grandir sous son inspiration.» Elle ajoute que le passage 1 Corinthiens 13:4-8 S21 illustre parfaitement comment son père voyait les choses.

Plus que des prélèvements de fonds

La liste des prélèvements de fonds auxquels a participé Fernand Tremblay est effectivement longue. Mais il a fait un pas de plus : il a créé une fondation en 2003. La Fondation Joseph Fortier offre une aide financière aux familles qui doivent voyager pour obtenir des soins médicaux. En 2016, M. Tremblay rapportait que la Fondation avait «donné à peu près 600 000 $ en 13 ans».

Il a également lancé une tradition pour sa famille, celle de participer au Snowarama. Il a lui-même participé aux 25 premières randonnées. Ses enfants et petits-enfants ont continué. Cette collecte de fonds ontarienne au profit des Timbres de Pâques existe depuis 1975. La randonnée de motoneige permet aux participants de recueillir des fonds pour les personnes handicapées du Canada. En 2017, la famille calculait avoir donné un total de 132 772 $.

La famille de Fernand Tremblay lors du Snowarama de 2017.

Photo : Archives

S’ajoutent à cela Centraide de Porcupine et les Chevaliers de Colomb. Au cours des dernières années, il s’est davantage concentré sur le don d’organes, plus particulièrement des yeux pour ceux qui attendent des greffes de cornée. Une cause qui lui tenait à cœur depuis les années 1960.

«Je pourrais dire que j’ai commencé très jeune à servir les autres. Quand mon père a été malade, il a fallu que je lâche l’école [en 8e année] pour prendre soin de lui. Ma mère était une personne qui disait : “ce que tu fais aux autres, c’est quelque chose de bien”. Je pense que c’est elle qui m’a inspiré le plus», racontait M. Tremblay au Voyageur lors de la sortie de son autobiographie.

M. Tremblay a été honoré plus d’une fois pour son dévouement. Il fait partie des 60 000 Canadiens qui ont reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. Il a aussi reçu la Médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada, le titre d’Homme de l’année du Community Pride Award de la Ville de Timmins, une reconnaissance de l’Institut national canadien pour aveugles, une reconnaissance des Chevaliers de Colomb et le Médaillon de la paix du YMCA.

Au-delà du bénévolat

Fernand Tremblay s’était également engagé en politique. Il a été conseiller du canton Mountjoy, puis préfet avant l’amalgamation avec Timmins. Il a été conseiller municipal au sein de cette nouvelle entité administrative.

«Fern Tremblay était une force pour le bien», affirme le maire de Timmins, George Pirie, par voie de communiqué. «Aider ceux qui en avaient besoin et encourager les autres à en faire autant était sa passion. Il était infatigable, dédié à la collecte de fonds et généreux de son temps. Il est un exemple de ce que signifie aider sa communauté.»

En 2019, la Ville de Timmins a renommé le parc de la rue King dans le Mountjoy le parc Fernand Tremblay.

M. Tremblay laisse dans le deuil ses quatre enfants et leurs conjoints.es; Ginette (Mark Gaudreau), Line (Serge Lemire), Marquis «Mark» (Terri), and Rosanne (Robert «Bob» Harvey), ses 13 petits-enfants, 14 arrière-petits-enfants, deux sœurs, un frère et leurs familles.

En 2019, la Ville de Timmins a renommé le parc de la rue King dans le Mountjoy le parc Fernand Tremblay.

Photo : Archives