le Vendredi 20 mai 2022
le Mardi 29 mars 2022 0:28 Tapage

La Journée internationale de la femme

La famille de Mélanie Denis-Plante — Photo : Courtoisie
La famille de Mélanie Denis-Plante
Photo : Courtoisie
Le 8 mars, la Journée internationale de la femme, nous célébrons tous les accomplissements et les contributions des femmes partout autour du monde. De génération en génération, nous accomplissons des choses pour être plus près de l’égalité entre les hommes et les femmes. Nous sommes passées de ne pas être considérées comme des personnes à pouvoir voter, travailler, nous éduquer et avoir les mêmes droits que les hommes. Nous avons encore du chemin à faire, mais grâce aux pionnières d’autrefois, le gros du travail est fait.

Le 8 mars, la Journée internationale de la femme, nous célébrons tous les accomplissements et les contributions des femmes partout autour du monde. De génération en génération, nous accomplissons des choses pour être plus près de l’égalité entre les hommes et les femmes. Nous sommes passées de ne pas être considérées comme des personnes à pouvoir voter, travailler, nous éduquer et avoir les mêmes droits que les hommes. Nous avons encore du chemin à faire, mais grâce aux pionnières d’autrefois, le gros du travail est fait.

Je pense par exemple à Nellie McClung, une suffragette qui, avec Henrietta Muir Edwards, Emily Murphy, Louise McKinney et Irene Parlby, ont fait que les femmes se fassent enfin reconnaitre comme étant des personnes et donc ont pu voter au Canada. C’est grâce à elles que, maintenant, les femmes peuvent même se présenter comme candidates aux élections. Au gouvernement fédéral, de nos jours, il y a le même montant d’hommes et de femmes dans le cabinet des ministres. Elles ont persévéré pour la liberté et l’égalité. Quels merveilleux accomplissements!

Nous avons aussi fait beaucoup de progrès dans la façon dont les femmes se font payer au travail. Auparavant, les femmes étaient beaucoup moins payées que les hommes, même si elles faisaient le même travail. Grâce à ces femmes courageuses qui ont protesté et se sont battues pour l’égalité, les salaires deviennent de plus en plus égaux, du moins au Canada. Espérons que tous les pays suivront notre exemple.

Afin d’avoir l’égalité dans tous les domaines, nous devons continuer à améliorer la façon dont nous traitons les femmes. La société met une immense pression sur les femmes et s’attend qu’elles soient «parfaites». Ceci peut causer plusieurs insécurités pour les femmes et faire en sorte qu’elles ne se sentent jamais à la hauteur de ces attentes inatteignables. Et nous ne nous attendons pas à tout ceci des hommes.

Plusieurs «influencers», comme Spencer Barbosa (une femme canadienne populaire sur TikTok), utilisent leurs plateformes pour aider les filles en se moquant des attentes de la société. Elle nous montre que c’est normal que son ventre se détende lorsqu’elle s’assoit, que c’est normal d’avoir des vergetures, du poil sur ses jambes, du gras sur les os! Elle nous montre aussi que les femmes sont belles sans maquillage. Elle encourage les femmes à être elles-mêmes, à être bien dans leur peau et à vivre leur vie comme elles le veulent. Elle encourage aussi d’autres «influencers» à faire comme elle.

Comment est-ce que les femmes peuvent être égales lorsque nous continuons de les juger pour des choses insignifiantes comme l’apparence et la beauté? Nous devrions plutôt les valoriser pour leur courage, leur détermination, leur persévérance, leurs accomplissements et leurs contributions… comme nous le faisons pour les hommes. Une chance que nos ancêtres — ces braves pionnières — ne se sont pas laissées décourager et distraire par ces folies.

Quoique ceci n’était qu’un très bref aperçu du progrès que les femmes ont connu, en croyant en elles-mêmes, en se battant, en luttant pour leurs droits, en changeant le monde, les idées, les règlements, il va sans dire qu’elles en ont fait du chemin!

Et comme les pionnières l’ont fait, nous devons continuer à défendre la cause comme elles, jusqu’à ce que nous ayons, partout dans le monde, l’égalité… pour nos enfants, nos petits-enfants et pour les générations à venir. Merci à toutes ces braves dames d’avoir battu les sentiers et ouvert toutes ces portes, qui étaient toutes fermées.