le Vendredi 20 mai 2022
le Lundi 11 avril 2022 11:50 Francophonie

Reprise prudente des activités chez les ainés

Les couturières sont revenues rapidement faire leurs courtepointes en groupe, début mars, au Club action de Hearst. — Photo : Courtoisie.
Les couturières sont revenues rapidement faire leurs courtepointes en groupe, début mars, au Club action de Hearst.
Photo : Courtoisie.
Kapuskasing et Hearst — Depuis sa réouverture, début mars, La Forge Jos Godin de Kapuskasing a le vent dans les voiles. Au Club Action et au Centre de l’âge d’or de Hearst et de Kapuskasing, les activités reprennent plus lentement. Les tricoteuses et les tisserandes ont renoué avec le centre, mais quelques obstacles freinent la reprise.

À Hearst, le centre d’activités destiné aux ainés a perdu des bénévoles depuis deux ans. «On veut ramener le plus d’activités qu’on peut», explique la coordonnatrice du Club Action, Caroline Aubin. «Il y en a beaucoup qui étaient menées par des entreprises qui sont maintenant fermées, comme l’autodéfense, le kickboxing, le karaté, le yoga. Il faut trouver de nouvelles activités, de nouveaux instructeurs, même de nouveaux participants.» 

Retisser les liens

Le groupe de courtepointe a fait partie des premiers à revenir dans l’édifice de la 13e Rue. Il était en pause depuis deux ans. «Quelques-unes se sont retrouvées en petits groupes pour créer», précise la responsable du groupe, Nicole Proulx. 

Depuis la reprise, une douzaine de couturières se retrouvent au club. Certaines portent le masque, d’autres non. «Tout le monde est très content de se rencontrer, de se parler, de jaser de courtepointe, décrit-elle. On laisse les malheurs à la porte, ça a toujours été une loi.»

À La Forge Jos Godin de Kapuskasing, les membres sont aussi heureux de se retrouver après deux ans d’ouvertures intermittentes. «Le soir, on a de la misère à les mettre à la porte», lance en riant Florent Tanguay, qui préside l’organisme depuis 15 ans.

La coordonnatrice du Centre de l’âge d’Or de Kapuskasing, Denise Girouard, qualifie d’ailleurs la réouverture d’importante. «Il y en a beaucoup qui disent qu’ils avaient hâte de voir du monde.»

Là aussi, les tisserandes, les couturières et les tricoteuses ont vite fait de retrouver leurs quartiers.

La Forge a servi un premier brunch le 20 mars et 215 personnes se sont présentées. «C’est le plus gros depuis longtemps, le monde avait hâte de sortir», commente le président Florent Tanguay.

Plus d’activités en avril

Cependant, le Centre de l’âge d’or déplore de faibles taux de participation à des activités comme les jeux de cartes et les quilles. Les diners attirent une quarantaine de personnes, alors qu’avant, de 70 à 80 convives étaient de la partie, précise la coordonnatrice. Elle estime que de nombreux membres ont créé de nouvelles habitudes ou craignent encore de socialiser. 

À Hearst, on relève que les activités reprennent au compte-goutte. En plus de trouver des bénévoles, il faut faire de nouvelles demandes de permis, pour le bingo, par exemple. 

Nicole Proulx a hâte d’assister à la reprise des diners soupe dessert du Club Action en avril, du mardi au jeudi. Les groupes — courtepointe, joueurs de cartes, groupes d’entraide — se croisent encore somme toute assez peu. Les diners permettront de renouer avec les autres membres du Club, comme les joueurs de cartes, les participants aux groupes d’entraide et les danseurs en ligne, qui regagneront aussi le club en avril.