le Jeudi 26 mai 2022
le Mercredi 13 avril 2022 10:55 Éditorial

Ça sent les élections

Queen's Park — Photo : Shutterstock
Queen's Park
Photo : Shutterstock
Éditorial — Ça sent de plus en plus les élections en Ontario. Les Ontariens iront aux urnes le 2 juin et la campagne électorale officielle sera déclenchée le 4 mai, mais le gouvernement Ford est déjà sur le pied de guerre. À preuve, les montants d’argent promis par le premier ministre depuis quelques semaines.

Tout à coup, il y a de l’argent pour tout le monde. Prenons par exemple l’entente fédérale-provinciale sur les garderies à 10 $, sur laquelle Ford était assis depuis plus d’un an pour finalement signer juste avant une élection. Et que dire du remboursement des vignettes sur nos plaques d’immatriculation et de la réduction de 5,7 % de la taxe sur les carburants qui devraient aider tous les Ontariens. Même nos hôpitaux sous financés depuis des décennies se partageront maintenant quelques 21 millions $. Étalée sur 10 ans pour 371 hôpitaux, la somme est vraiment dérisoire, mais, hey!, ça en jette pour gagner quelques votes.

Certaines annonces sont à caractère plus régional. Plusieurs concernent des développements dans le sud de la province, le château fort des conservateurs, comme les 259 millions $ pour les usines de General Motors à Oshawa et Ingersoll. 

Il y a aussi quelques sous pour le Nord, comme  l’annonce de cette fin de semaine 75 millions $ pour rétablir le service ferroviaire entre Toronto et Timmins. En passant par North Bay, le fief de Vic Fedeli, bien sûr.

Des études indiquent d’ailleurs que les jeux se feront dans le sud et l’est de l’Ontario. Tous les gains ciblés par les conservateurs sont des circonscriptions dans ces régions. Sur les 14 circonscriptions que les libéraux ou les néodémocrates pensent pouvoir arracher, trois seulement sont dans le Nord, soit Sault-Ste-Marie, Thunder Bay-Supérieur Nord et Thunder Bay-Atikokan.

En lisant cette liste, certains pourraient y voir une certaine opposition aux conservateurs. Détrompez-vous, tous les partis au pouvoir font la même chose avant une élection. Pourquoi? Parce qu’ils le peuvent, puisqu’ils détiennent les cordons de la bourse. 

Les partis d’opposition ne sont pas en reste. Ils nous abreuvent aussi de promesses, comme le NPD qui nous promet, entre autres, plus de logements abordables ainsi que des soins universels de santé mentale. 

Un bémol dans tout ça? Souvenez-vous de «buck-a-beer». C’est arrivé, mais ça a été un pétard mouillé qui n’a pas fait long feu. Il en va de même pour plusieurs autres promesses.

Un plus dans tout ça? Les candidates et candidats qui se présentent et les bénévoles qui travaillent à leur campagne. On peut ne pas être d’accord avec leur parti, leurs politiques, leurs opinions, mais rappelons-nous que ce sont ces personnes qui maintiennent la démocratie. Qu’on soit d’accord ou non, elles mettent leur propre carrière en pause en croyant fermement qu’elles peuvent améliorer notre province. Sans elles, notre système, selon lequel nous pouvons choisir qui nous gouverne, tombe à l’eau.

Ils méritent notre respect. Pendant la campagne qui débute bientôt, soyons donc généreux et aimables avec eux. 

Et votons.