le Mercredi 17 août 2022
le Lundi 2 mai 2022 3:03 | mis à jour le 2 mai 2022 3:04 Tapage

Fur Harvesters : Une passion pour la fourrure

M. Robert Desbiens, trappeur au congrès en 2013, moule une peau de castor. — Photo : Courtoisie
M. Robert Desbiens, trappeur au congrès en 2013, moule une peau de castor.
Photo : Courtoisie
Du 24 au 28 mars, Fur Harvesters a lancé une vente aux enchères. Fur Harvesters est reconnu pour mettre en vedette les fourrures des trappeurs. Habituellement, les acheteurs viennent voir des échantillons de fourrures. À cause de la pandémie, cela s’est fait virtuellement.

Fur Harvesters a la meilleure fourrure pour l’industrie internationale de la mode de la fourrure. Les acheteurs sont toujours satisfaits de la sélection.

Fur Harvesters existe depuis 30 ans. Elle a remplacé une compagnie qui s’appelait Ontario Trappers Associations, qui avait été fondée en 1947. Chaque année, ils font deux ventes.

Chez Fur Harvesters, tout est concentré sur les fourrures. Selon Jean-Pierre Courchesne, travailleur et trappeur chez Fur Harvesters, «à peu près toutes les fourrures sauvages» s’y retrouvées, «comme l’écureuil, le vison, le rat musqué, le castor, la loutre, le pékan, le renard, le loup, le coyote, la moufette, l’ours noir et la belette. Si on va plus dans l’ouest, on a les blaireaux, la fourrure du Grand Nord. Il y a les carcajous, l’ours polaire et le grizzly. Moi, je n’haïs pas le rat musqué», dévoile M. Courchesne.

«Avec toutes ces fourrures, nous pouvons faire des vêtements comme des manteaux, des tuques, des mitaines. Il est possible de même changer la couleur de la fourrure et y mettre des motifs. «J’ai même déjà vu quelqu’un qui avait fait un bikini avec de la peau d’opossum!», explique M. Courchesne en riant.

Enfin, il ne faut surtout pas oublier le congrès annuel qui attire une grande foule. Cette rencontre a pour but de promouvoir la fourrure des trappeurs. Cela permet aux gens de voir le monde de la fourrure sauvage. Les visiteurs ont aussi la chance de jaser avec des gens et d’échanger leurs expériences.

Il y a aussi les ventes aux enchères. Lors des ventes, il y a souvent des kiosques. «Il y a des vendeurs d’équipement, des vendeurs de manteaux, de fourrure, de chapeaux, de cossins tous faits de fourrures», raconte M. Courchesne.

Fur Harvesters vient tout récemment d’avoir une vente aux enchères. Cette vente sert à vendre les fourrures des trappeurs.

Chose certaine, un congrès est attendu avec impatience dans les prochaines années. Depuis l’âge de 15 ans, Jean-Pierre Courchesne partage sa passion pour la trappe avec les gens lors du congrès ou avec les acheteurs et les vendeurs lors de la vente aux enchères.

Visitez le site de Fur Harvesters Inc. pour plus d’informations au sujet des évènements. Peut-être que vous découvrirez, vous aussi, une passion liée à la trappe ou à la fourrure.